En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 877.5
-0.49 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 526.57
-0.00 %
6 730.67
-0.49 %
1.135
-0.18 %

Le Sud-Coréen Kim Jong-yang élu président d'Interpol

| AFP | 523 | 5 par 1 internautes
Photo non datée de Kim Jong-yang, fournie par l'agence sud-coréenne Yonhap le 21 novembre 2018
Photo non datée de Kim Jong-yang, fournie par l'agence sud-coréenne Yonhap le 21 novembre 2018 ( YONHAP / YONHAP/AFP )

Le Sud-Coréen Kim Jong-yang a été élu mercredi président d'Interpol pour un mandat de deux ans face à un général russe, Moscou dénonçant de "fortes pressions" sur le scrutin.

M. Kim, dont la candidature était "fermement" soutenue par les Etats-Unis et plusieurs pays occidentaux, était déjà président par intérim d'Interpol depuis la "démission" subite de son ancien patron, Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine et qui a mystérieusement disparu début octobre au cours d'un voyage dans son pays.

Réunis depuis dimanche à Dubaï, les délégués d'Interpol ont élu le Sud-Coréen lors d'une assemblée générale. La candidature du général de police russe, Alexandre Prokoptchouk, avait suscité une levée de boucliers dans plusieurs pays et des menaces de l'Ukraine et de la Lituanie de quitter l'organisation mondiale de police.

Bien que le poste de président soit plus honorifique qu'opérationnel, les critiques de Moscou craignaient que l'organisation internationale ne devienne un outil du Kremlin pour lutter contre ses opposants politiques en cas d'élection de M. Prokoptchouk.

"C'est dommage, bien sûr, que notre candidat ne l'ait pas emporté. Mais d'un autre côté, si on regarde de manière impartiale les déclarations d'une série de pays la veille du vote, il est évident qu'il y a eu de fortes pressions", a déclaré à Moscou le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Les Etats-Unis, par la voix de leur secrétaire d'Etat Mike Pompeo, avaient indiqué mardi, à la veille du vote, qu'ils "soutenaient fermement" le Sud-Coréen.

- "Excellente nouvelle" -

"Nous encourageons toutes les nations et organisations faisant partie d'Interpol et respectant l'Etat de droit à choisir un chef intègre. Nous pensons que ce sera le cas de M. Kim", avait déclaré le chef de la diplomatie américaine.

Les présidents d'Interpol
Les présidents d'Interpol ( Jean Michel CORNU / AFP )

Après l'élection du Sud-Coréen, la Grande-Bretagne s'est réjouie "d'une excellente nouvelle (...) pour l'Etat de droit" dans le monde, selon les mots du chef de la diplomatie Jeremy Hunt.

Le nouveau président d'Interpol a estimé après son élection que le "monde fait aujourd'hui face à des changements sans précédents qui représentent d'énormes défis à la sécurité et sûreté publiques".

L'Argentin Néstor R. Roncaglia a été élu vice-président pour les Amériques pour un mandat de trois ans, a par ailleurs fait savoir Interpol.

Quatre sénateurs américains avaient appelé, dans une lettre ouverte rendue publique lundi, les délégués des 192 pays membres d'Interpol à rejeter la candidature de M. Prokoptchouk.

- "Tentacules criminelles" -

"Les événements récents ont montré que le gouvernement russe abusait des procédures d'Interpol pour harceler ses opposants politiques", avait appuyé mardi sur Twitter le porte-parole du Conseil national de sécurité américain Garrett Marquis.

Selon sa biographie sur le site internet du ministère russe de l'Intérieur, qu'il a rejoint dans les années 1990, Alexandre Prokoptchouk a obtenu en 2003 le grade de général de police et commencé à travailler avec Interpol en 2006, d'abord en tant que responsable adjoint du bureau russe de l'organisation.

Alexandre Prokoptchouk (à gauche), candidat russe à la présidence d'Interpol, et Meng Hongwei, ancien patron de cette organisation, photographiés à Singapour le 4 juillet 2017
Alexandre Prokoptchouk (à gauche), candidat russe à la présidence d'Interpol, et Meng Hongwei, ancien patron de cette organisation, photographiés à Singapour le 4 juillet 2017 ( ROSLAN RAHMAN / AFP/Archives )

Ce polyglotte a également été chargé de la coopération avec Europol, l'agence européenne de police criminelle, puis nommé au comité exécutif d'Interpol en 2014, avant d'en être élu vice-président en novembre 2016.

Il continuera à exercer cette fonction, a indiqué une porte-parole du ministère russe de l'Intérieur, Irina Volk, à des agences de presse russes.

"Comme avant, son travail se concentrera sur le renforcement des positions d'Interpol dans la communauté de police internationale et de l'efficacité du travail de l'organisation", a-t-elle dit.

Le secrétaire général d'Interpol, l'Allemand Jürgen Stock, au siège de l'organisation à Lyon, le 8 novembre 2018
Le secrétaire général d'Interpol, l'Allemand Jürgen Stock, au siège de l'organisation à Lyon, le 8 novembre 2018 ( JEFF PACHOUD / AFP )

La Russie va "étendre ses tentacules criminelles à chaque coin de la planète" si M. Prokoptchouk est élu président, avait dénoncé sur Twitter le financier britannique William Browder, l'ex-patron du juriste Sergueï Magnitski, mort dans une prison russe en 2009.

Il avait brièvement été arrêté cette année en Espagne à cause d'un mandat d'arrêt émis par Interpol, et Moscou tente d'obtenir son extradition depuis des années. Avec l'ex-oligarque russe en exil Mikhaïl Khodorkovski, M. Browder a annoncé mardi son intention d'entamer une procédure pour faire "suspendre" la Russie d'Interpol.

De son côté, l'opposant numéro un au Kremlin, Alexeï Navalny, a affirmé sur Twitter que son équipe avait "souffert d'abus d'Interpol à cause de persécutions politiques par la Russie".

Et l'Ukraine et la Lituanie avaient même menacé de se retirer d'Interpol en cas d'élection du général russe.

"Cette bataille a été gagnée", s'est félicité sur Twitter le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov, après le vote.

Avec son élection à la tête d'Interpol, M. Kim devra désormais terminer le mandat de quatre ans que M. Meng devait achever en 2020, mais le véritable patron de l'organisation est dans les faits son secrétaire général, l'Allemand Jürgen Stock.

L'élection de M. Kim s'est déroulée de manière "démocratique, transparente, libre et claire", a assuré M. Stock lors d'une conférence de presse à Dubaï, qualifiant Interpol d'agence "neutre et indépendante".

burs-mer/cgo/iw

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...

Publié le 13/12/2018

Thales et Gemalto ont annoncé avoir obtenu l’Autorisation Règlementaire relative au contrôle des concentrations de la part de l’autorité de la concurrence (Commerce Commission) en…

Publié le 13/12/2018

Lumibird, spécialiste des technologies laser, a annoncé le succès de son augmentation de capital en numéraire avec maintien du droit préférentiel de souscription d’un montant de 7 828 812…