En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-
5 822.5
-
SBF 120 PTS
4 598.60
-
DAX PTS
13 105.61
-
Dow Jones PTS
27 909.60
-0.38 %
8 362.74
-0.41 %
1.107
+0.03 %

Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises

| AFP | 305 | Aucun vote sur cette news
Lancement de la sonde Parker Solar Probe le 12 août 2018 depuis Cape Canaveral en Floride
Lancement de la sonde Parker Solar Probe le 12 août 2018 depuis Cape Canaveral en Floride ( Bill INGALLS / NASA/AFP/Archives )

Sous le Soleil exactement... La sonde Parker, lancée en 2018 à l'assaut des mystères de notre étoile, s'est approchée de son ardente couronne, la couche la plus externe de son atmosphère, découvrant "un monde étonnamment chaotique".

"Nous avons trouvé des choses que nous n'attendions pas du tout!", s'enthousiasme Matthieu Berthomier, du laboratoire français de physique des plasmas, coauteur des travaux.

"Notamment que la vitesse du vent solaire n'est pas du tout régulière. Elle peut augmenter de façon très impulsive, parfois de 100/150 km par seconde. C'est très bizarre", détaille-t-il à l'AFP.

De la taille d'une voiture et protégée par un bouclier thermique très épais, la sonde Parker Solar Probe de la Nasa est la construction humaine qui s'est approchée le plus près du soleil.

"Nous attendions depuis des décennies et des décennies de comprendre ces mystères", s'est félicitée la cheffe de la Nasa pour les missions d'études du Soleil, Nicola Fox, lors d'une conférence téléphonique.

Les premières observations de la sonde nourrissent quatre études publiées mercredi dans la revue Nature et dévoilent un monde que l'université du Michigan qualifie d'"étonnamment chaotique".

"Nous avons été choqués de voir à quel point la couronne est différente quand on l'observe de près", avoue Justin Kasper, de l'université du Michigan, coauteur des travaux.

Les observations de la sonde Parker
Les observations de la sonde Parker ( Gal ROMA / AFP )

Depuis son lancement, le 12 août 2018, Solar Probe fonce à toute allure vers le Soleil (la sonde détient le record de la plus grande vitesse par unité de masse). Son objectif est de tenter de résoudre un vieux mystère: qu'est-ce qui chauffe sa couronne solaire?

La partie la plus externe de l'atmosphère solaire est curieusement 200 fois plus chaude que la surface de l'astre. Cette chaleur extrême (plus d'un million de degrés Kelvin) ne peut donc pas être générée par notre étoile puisque, selon les lois de la nature, plus on s'éloigne de la source de chaleur, plus la température baisse.

"La couronne trouve donc un moyen de se chauffer par elle-même. Nous cherchons à déterminer les processus physiques qui le permettent", explique à l'AFP Alexis Rouillard, chercheur CNRS à l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie, également coauteur.

Petits orages solaires

La sonde Parker Solar Probe le 12 août 2018 à Cape Canaveral en Floride
La sonde Parker Solar Probe le 12 août 2018 à Cape Canaveral en Floride ( JIM WATSON / AFP/Archives )

Si ce mystère n'est pas encore résolu (il reste encore six ans à la sonde qui sera au plus près du Soleil en 2024), certaines des observations reçues permettent d'en apprendre un peu plus, notamment sur l'énigmatique vent solaire.

Ce flux de particules ionisées libérées par le Soleil prend naissance dans les couches hautes de son atmosphère. Il peut être senti jusque sur Terre, où ses tempêtes peuvent perturber le réseau électrique ou provoquer des pannes de satellites.

"Les réseaux de communication et électrique sur Terre sont maintenant très complexes, du coup les perturbations engendrées par le Soleil pourraient être très graves", explique Stuart Bale, de l'université de Berkeley en Californie. Les comprendre permettrait de les prévoir.

D'après les observations de Parker, "le vent ne serait pas un écoulement laminaire continu, non perturbé, mais serait, en grande partie, constitué de petits jets de matières chaotiques, comme des petits orages", explique Alexis Rouillard. Une surprise pour les astrophysiciens.

Le soleil vu depuis Ovda dans le sud d'Iraël, le 11 novembre 2019
Le soleil vu depuis Ovda dans le sud d'Iraël, le 11 novembre 2019 ( JACK GUEZ / AFP/Archives )

"Nous ne nous attendions également pas du tout à ce que ces augmentations très soudaines de la vitesse du vent solaire s'accompagnent d'une augmentation considérable de la densité des particules du plasma, elle peut doubler", ajoute Matthieu Berthomier.

Autre découverte inattendue: le comportement du champ magnétique (qui joue surement un rôle dans le mystère du chauffage de la couronne). Par moment, le champ magnétique s'inverse soudainement de 180 degrés, puis, quelques secondes ou quelques heures plus tard, se retourne, rapporte un communiqué de l'université de Berkeley.

Et ce n'est pas tout: "le vent solaire était par moment dévié de manière assez significative", la couronne solaire tournait plus vite que prévu...

"Ces observations changeront fondamentalement notre compréhension du Soleil et du vent solaire et donc notre capacité à prévoir les événements météorologiques spatiaux", juge Justin Kasper, de l'université du Michigan, coauteur des travaux.

D'autant que le bolide spatial envoie "des données tous les 150 jours", précise Matthieu Berthomier. Et ce encore pendant près de six ans.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Les sociétés d'investissement de Jean-Charles Naouri, qui coiffent le groupe de distribution Casino, ont annoncé lundi avoir finalisé leurs projets de plans de sauvegarde.

Publié le 09/12/2019

Le groupe Avenir Telecom a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 15,2 millions d'euros au 1er semestre 2019-2020, quasiment stable par rapport à...

Publié le 09/12/2019

La cession de l'activité banque de détail de HSBC en France serait devenue une priorité, selon des sources syndicales citées lundi par 'Les Echos".

Publié le 09/12/2019

Prochaines rendez-vous à San Francisco...

Publié le 09/12/2019

Visiativ présentera le 8 janvier 2020 son 3e plan stratégique, baptisé Catalyst 2023, après avoir achevé avec succès ses deux précédents plans stratégiques avec un an d'avance...