En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.140
+0.09 %

Le robot franco-allemand Mascot largué sur un astéroïde par une sonde japonaise

| AFP | 322 | Aucun vote sur cette news
Photo fournie par l'Agence spatiale nippone Jaxa le 3 octobre 2018 montrant l'ombre de la sonde japonaise Hayabusa2 au-dessus de l'astéroïde Ryugu
Photo fournie par l'Agence spatiale nippone Jaxa le 3 octobre 2018 montrant l'ombre de la sonde japonaise Hayabusa2 au-dessus de l'astéroïde Ryugu ( Handout / JAXA/AFP )

Le petit robot spatial franco-allemand Mascot a été largué mercredi au-dessus d'un astéroïde par la sonde japonaise Hayabusa2, pour une mission éclair qui pourrait fournir de précieuses données sur la naissance du système solaire.

"Après vérification des données envoyées par Hayabusa2, nous pouvons confirmer que Mascot s'est séparé de la sonde comme prévu", a annoncé l'Agence spatiale nippone Jaxa sur Twitter sans être en mesure de confirmer pour l'instant qu'il s'était bien posé.

L'appareil de 10 kg, de la taille d'une boîte à chaussures et d'une durée de vie de 12 à 16 heures, doit rejoindre deux micro-robots japonais Minerva, arrivés sur les lieux il y a une dizaine de jours.

"J'y vais! Je descends vers Ryugu! On ne peut pas m'arrêter maintenant!", a lancé sur son propre compte Twitter le robot Mascot (Mobile Asteroid Surface Scout), conçu par le Centre national d'études spatiales (Cnes) français et son homologue allemand DLR.

Les étapes de la mission de Hayabusa2
Les étapes de la mission de Hayabusa2 ( Jean Michel CORNU / AFP )

Il s'agit du premier succès mondial pour ce type de mission, après une précédente tentative japonaise ratée en 2005, selon la Jaxa.

L'aventure a débuté le 3 décembre 2014 pour la sonde Hayabusa2, partie pour un long périple de 3,2 milliards de kilomètres.

Il lui a fallu exactement trois ans et dix mois pour parvenir à destination: en juin dernier, elle s'est finalement stabilisée à 20 kilomètres de l'astéroïde Ryugu, lui-même à 300 millions de kilomètres de notre planète.

Mais pour larguer Mascot mercredi, Hayabusa2 s'est rapprochée jusqu'à 51 mètres seulement, éjectant l'engin à 01H57 exactement.

Photo fournie par l'Agence spatiale nippone Jaxa le 23 septembre 2018 de l'astéroïde Ryugu sur lequel la sonde japonaise Hayabusa2 va larguer le robot Mascot
Photo fournie par l'Agence spatiale nippone Jaxa le 23 septembre 2018 de l'astéroïde Ryugu sur lequel la sonde japonaise Hayabusa2 va larguer le robot Mascot ( Handout / JAXA/AFP/Archives )

Après une chute d'une dizaine de minutes, il devait se poser sur le sol très accidenté de l'astéroïde après plusieurs rebonds. Une fois bien positionné, il devrait peu se déplacer pour économiser ses batteries à la différence des robots Minerva deuxième génération qui se déplacent en effectuant des sauts de 15 m à l'horizontale.

Mascot va servir d'"éclaireur", transmettant pendant sa courte vie des données à Hayabusa-2 pour l'aider dans sa principale tâche prévue plus tard dans le mois: jeter violemment sur Ryugu un projectile pour provoquer un choc en surface et collecter les poussières ainsi créées.

Ces échantillons seront ensuite rapportés sur Terre fin 2020.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…