En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
-
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
-
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.143
+0.37 %

Le régime syrien se prépare à un assaut contre un fief rebelle

| AFP | 373 | Aucun vote sur cette news
Une vue d'une rue aux bâtiments détruits de la localité d'Arbine dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale près de Damas, le 17 février 2018
Une vue d'une rue aux bâtiments détruits de la localité d'Arbine dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale près de Damas, le 17 février 2018 ( ABDULMONAM EASSA / AFP )

L'armée syrienne a renforcé ses positions autour de la Ghouta orientale en prévision d'une offensive terrestre contre cette enclave rebelle aux portes de Damas, dans laquelle 14 civils ont été tués dimanche dans des bombardements, a indiqué une ONG.

De leur côté, certains habitants de l'est de Damas, craignant des tirs de représailles des rebelles, cherchent à quitter les secteurs proches de l'enclave assiégée par le régime depuis 2013 et soumise régulièrement à des pilonnages.

Ces derniers jours, le régime de Bachar al-Assad a envoyé des renforts aux limites de la Ghouta, où quelque 400.000 habitants sont pris au piège dans des conditions très difficiles.

"Les renforts sont en place, l'offensive attend juste le feu vert", a dit à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, alors que l'assaut semble imminent.

Dimanche soir, les forces du régime ont tiré plus de 260 roquettes et l'aviation a mené des raids intensifs sur plusieurs localités de la Ghouta orientale, a ajouté l'ONG, qui s'appuie sur un vaste réseau de sources dans le pays en guerre depuis près de sept ans.

Au moins 14 civils dont quatre enfants ont été tués dans les bombardements et des dizaines blessés, selon l'OSDH.

Les groupes rebelles Jaich al-Islam et Faylaq al-Rahmane contrôlent la Ghouta, le dernier bastion rebelle près de la capitale Damas, fief du régime. Ce dernier veut reprendre cette enclave pour mettre un terme aux tirs, parfois meurtriers, d'obus et de roquettes des rebelles sur la capitale.

Selon un correspondant de l'AFP sur place, six obus se sont abattus sur la capitale dimanche.

Des habitants de l'est de Damas ont commencé à faire leurs valises et à chercher des endroits où aller, avant le début de l'assaut.

L'un d'eux, Karim, 29 ans, prévoit d'évacuer ses parents de l'est de la capitale, une région régulièrement touchée par les tirs rebelles. "Je préfère les emmener dans notre village de Wadi al-Qalaa", dans la province de Lattaquié, contrôlée par le régime, a-t-il dit à l'AFP. "C'est plus sûr là-bas".

Selon M. Abdel Rahmane, le régime a dépêché des renforts vers la Ghouta le 5 février, date à laquelle il a lancé une campagne aérienne dévastatrice de cinq jours sur l'enclave. Quelque 250 civils ont péri dans les raids et les tirs rebelles de représailles sur Damas ont fait environ 20 morts, a précisé l'OSDH.

- Négociations sur une évacuation -

En outre, des négociations impliquant la Russie, qui aide militairement le régime Assad, sont en cours en vue d'une évacuation des combattants du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham de la Ghouta, a indiqué M. Abdel Rahmane.

La présence de ce groupe dominé par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda est limitée dans l'enclave mais les jihadistes contrôlent certains secteurs adjacents à la capitale.

Dimanche, le quotidien syrien Al-Watan, proche du régime, a fait état de pourparlers. Mais les rebelles ont démenti de telles négociations.

"Nous sommes attachés à notre droit légitime à l'autodéfense. Nous avions ouvert la porte à une solution politique et avions participé à des négociations pour stopper le bain de sang en Syrie, mais l'autre partie a violé tous les accords et tous les cessez-le-feu", a affirmé à l'AFP Mohamad Allouche, un haut dirigeant de Jaich al-Islam.

Le régime a réussi à reprendre la grande majorité des zones proches de Damas, en concluant notamment des accords qui prévoient l'évacuation des rebelles en échange de la levée des sièges des localités.

Quoiqu'il en soit, les chances d'un compromis semblent minces. "Un effondrement des négociations marquerait le début d'un assaut", selon M. Abdel Rahmane.

"Nous sommes déterminés à repousser toutes les tentatives d'agression ou d'invasion de la Ghouta", a dit, de son côté, Waël Alwane, un porte-parole de Faylaq al-Rahmane, en mettant "le monde entier et l'ONU devant leurs responsabilités" en cas d'assaut du régime.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…