En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-
4 836.00
-
SBF 120 PTS
3 859.34
-
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.03 %

Le régime syrien contrôle totalement Damas et sa région après avoir chassé l'EI

| AFP | 448 | 4 par 1 internautes
Des members des forces prorégime font le V de la victoire en marchant dans les rues détruites du camp de Yarmouk à Damas, le 21 mai 2018
Des members des forces prorégime font le V de la victoire en marchant dans les rues détruites du camp de Yarmouk à Damas, le 21 mai 2018 ( LOUAI BESHARA / AFP )

Le régime de Bachar al-Assad a repris lundi le contrôle "total" de Damas et ses environs pour la première fois depuis 2012, après une bataille féroce remportée contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) chassé de son dernier réduit dans la capitale syrienne.

En deux jours, plus d'un millier de jihadistes ont été évacués de secteurs et du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk dans le sud de Damas, permettant l'entrée des forces prorégime dans ces zones soumises depuis plus d'un mois à des bombardements, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les unités de l'armée ont "réussi à exterminer un grand nombre de combattants du groupe terroriste Daech, ce qui leur a permis de prendre le contrôle de Hajar al-Aswad et de Yarmouk", a déclaré un porte-parole militaire syrien, en utilisant un acronyme en arabe de l'EI.

"Damas et ses environs sont désormais totalement sécurisés", a-t-il proclamé, plus d'un mois après la reprise aux rebelles de la totalité de la Ghouta orientale, une vaste région près de Damas cible elle aussi pendant des semaines de bombardements aériens dévastateurs du régime.

En un mois d'offensive dans le dernier réduit repris à l'EI, plus de 250 membres des prorégime ont été tués, ainsi que 233 jihadistes et plus de 60 civils, selon l'OSDH qui dispose d'un vaste réseau de sources dans le pays en guerre.

Les combats au sol, accompagnés d'un déluge de feu de l'aviation et de l'artillerie du régime, ont également provoqué des destructions colossales.

Au milieu des amas de ruines dans le camp de Yarmouk et à Hajar al-Aswad, des soldats tiraient en l'air ou faisaient le V de la victoire, a constaté un correspondant de l'AFP emmené avec d'autres journalistes dans une tournée organisée par le ministère de l'Information.

- "La dernière bataille à Damas" -

Des colonnes de fumée se dégageaient toujours de certains secteurs, tandis que des voitures et des immeubles étaient encore en feu.

"C'était la dernière bataille à Damas. Je me sens très heureux", a déclaré à l'AFP le lieutenant Mohsen Ismaïl.

Selon l'OSDH, "1.600 combattants et civils" ont été évacués vers une région désertique contrôlée par l'EI dans l'est du pays.

DSes soldats syriens se tiennent debout devant des immeubles détruits dans le secteur de Hajar al-Aswad à Damas, conquis après une bataille féroce contre les jihadistes, le 21 mai 2018
DSes soldats syriens se tiennent debout devant des immeubles détruits dans le secteur de Hajar al-Aswad à Damas, conquis après une bataille féroce contre les jihadistes, le 21 mai 2018 ( Louai Beshara / AFP )

Depuis septembre 2015 et l'intervention militaire de l'allié russe, le régime syrien a multiplié les victoires face aux rebelles et jihadistes, grâce aussi à l'aide de l'Iran et du Hezbollah libanais. Il contrôle désormais plus de 60% du territoire.

Les provinces d'Idleb (nord-ouest) et celle de Deraa (sud) continuent de lui échapper.

Avant le déclenchement du conflit syrien en 2011, quelque 160.000 personnes vivaient à Yarmouk, le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie. Seules quelques centaines y résident encore.

L'opération d'évacuation a débuté dimanche, après un cessez-le-feu entre le régime et l'EI, selon l'OSDH.

Le gouvernement syrien n'a pas confirmé l'existence d'un accord avec l'EI.

- Loin des médias -

Selon M. Abdel Rahmane, l'opération a eu lieu "dans le secret" et loin des médias pour s'assurer que le convoi de jihadistes ne serait pas visé par des bombardements de la coalition internationale menée par Washington qui combat l'EI dans l'est syrien.

Une évacuation négociée de jihadistes, comme celle qui avait été coordonnée en août par le Hezbollah depuis le Liban vers l'est syrien, pourrait être dénoncée comme un simple déplacement du problème que pose la présence de l'EI en Syrie.

Damas : évacuation de jihadistes
Damas : évacuation de jihadistes ( Omar KAMAL / AFP )

L'EI ne contrôle plus que moins de 3% du territoire syrien. Dans l'est de la province orientale de Deir Ezzor, le groupe jihadiste perd aussi du terrain face à une alliance arabo-kurde soutenue par des troupes françaises et américaines présentes au sol, selon l'OSDH.

Cette alliance des Forces démocratiques syriennes a annoncé début mai le lancement de la phase "finale" de son offensive contre l'EI, dans cette région reculée et désertique frontalière de l'Irak.

La guerre en Syrie, qui a fait plus de 350.000 morts, a éclaté en 2011 après la répression sanglante de manifestations pacifiques en faveur de réformes avant de se complexifier au fil des ans avec l'implication de groupes jihadistes et de puissances étrangères.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…