En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 514.57 PTS
-
5 490.00
-
SBF 120 PTS
4 340.77
-
DAX PTS
12 228.44
-
Dowjones PTS
26 548.22
-0.67 %
7 591.54
-1.70 %
1.135
-0.10 %

Le procès des attentats de janvier 2015 prévu du 20 avril au 3 juillet 2020

| AFP | 337 | 4.75 par 4 internautes
Les fleurs déposées par les Parisiens devant la porte de Charlie Hebdo le 7 février 2015
Les fleurs déposées par les Parisiens devant la porte de Charlie Hebdo le 7 février 2015 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Ils furent les premiers attentats jihadistes de la vague qui a frappé la France depuis 2015 : le procès des attaques ayant visé Charlie Hebdo, une policière à Montrouge et l'Hyper Cacher devrait se tenir du 20 avril au 3 juillet 2020, a appris vendredi l'AFP de sources proches du dossier.

Il s'agit du premier procès organisé pour un attentat jihadiste commis en France depuis celui, en 2017, des tueries perpétrées par Mohamed Merah cinq années plus tôt.

Le 7 janvier 2015, les frères Chérif et Saïd Kouachi, des islamistes radicaux, avaient tué 12 personnes dans l'attaque de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris avant de prendre la fuite.

Le lendemain, Amédy Coulibaly avait tué une policière municipale à Montrouge, près de Paris. Le 9 janvier, il avait ensuite tué quatre hommes, tous juifs, lors de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher, dans l'Est parisien.

Il était mort sur place dans un assaut policier. Les frères Kouachi avaient été abattus peu avant dans une imprimerie où ils s'étaient retranchés, à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne).

Quatorze accusés, soupçonnés à des degrés divers de soutien logistique, ont été renvoyés devant une cour d'assises spéciale, uniquement composée de magistrats: onze sont aux mains de la justice française et trois sont visés par un mandat d'arrêt.

Ces trois derniers sont Hayat Boumedienne, compagne de Coulibaly, et les deux frères Belhoucine, partis quelques jours avant les attaques pour la zone irako-syrienne. Leur mort a été évoquée par diverses sources sans être officiellement confirmée.

"Un procès catharsis"

Les juges ont retenu les charges les plus lourdes, la "complicité des crimes" commis par les trois terroristes, contre l'aîné des frères Belhoucine, Mohamed, et contre Ali Riza Polat, un proche de Coulibaly pour sa part en détention en France.

Des deux, seul Ali Riza Polat sera vraisemblablement sur le banc des accusés. Cet homme proche de Coulibaly, en détention depuis quatre ans, est mis en cause pour son rôle central dans les préparatifs des attentats, en particulier la fourniture de l'arsenal utilisé par le trio terroriste.

"Il ne faut pas donner de faux espoirs aux victimes: ce sera un procès catharsis qui ne va pas apporter de révélations", a réagi auprès de l'AFP Me Antoine Comte, avocat de victimes de Charlie Hebdo. "Les assassins ne sont plus là pour répondre de leurs actes et les gens attendent de savoir qui sont les commanditaires, mais quatre ans d'enquête n'ont pas permis d'apporter toutes les réponses".

"Nous craignons que ce soit le procès du désarroi", a commenté pour sa part Me Patrick Klugman, avocat de victimes de l'Hyper Cacher, qui aurait préféré voir ce volet dissocié de celui de Charlie Hebdo et jugé plus tôt, compte tenu d'investigations moins complexes.

Les magistrats du pôle antiterroriste du tribunal de Paris poursuivent depuis janvier les investigations sur les soutiens des frères Kouachi au Yemen, où l'un deux s'était rendu en 2011.

L'attaque visant Charlie Hebdo avait en effet été revendiquée du Yemen par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), dont un cadre proche des deux frères, Peter Cherif, a été arrêté le 16 décembre à Djibouti et remis à la France.

Au total, le vague d'attentats perpétrés en France depuis janvier 2015 a fait 251 morts.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.75
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2019

Les obligations seront admises aux négociations sur Euronext Access à compter du 5 juillet 2019...

Publié le 25/06/2019

A la suite de cette levée de fonds et sur la base des éléments de trésorerie et de ses dépenses opérationnelles prévisionnelles, la société considère être en mesure de faire face à ses…

Publié le 25/06/2019

Hopscotch porte sa participation à 66% du capital...

Publié le 25/06/2019

"La situation de trésorerie du sous-groupe allemand demeure très tendue"...

Publié le 25/06/2019

En réduisant ou éliminant le recours au prototypage physique, le développement produit est moins coûteux et la mise sur le marché aussi proche que possible de la détection des tendances...