En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 153.19 PTS
+0.00 %
5 158.50
+0.15 %
SBF 120 PTS
4 084.66
+0.00 %
DAX PTS
11 299.80
-
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
+0.00 %
1.131
+0.14 %

Le principal opposant du Cameroun inculpé de "rébellion" et "insurrection"

| AFP | 210 | Aucun vote sur cette news
L'opposant camerounais Maurice Kamto photographié le 14 août 2018.
L'opposant camerounais Maurice Kamto photographié le 14 août 2018. ( Reinnier KAZE / AFP/Archives )

Plus de deux semaines après son arrestation, le principal opposant du Cameroun, Maurice Kamto, qui conteste la réélection l'an dernier du président Paul Biya, a été inculpé pour "rébellion, insurrection, hostilité contre la patrie" et transféré à la prison centrale de Yaoundé.

Maurice Kamto, 64 ans, avocat de renom et ancien ministre, a été présenté avec 26 de ses partisans devant le tribunal militaire de Yaoundé qui, dans la nuit de mardi à mercredi, les a tous inculpés pour les mêmes motifs.

Cinq ont été libérés sous caution et 22, dont M. Kamto, ont été transférés à la prison centrale de Yaoundé, selon Olivier Bibou Nissack, porte-parole de l'opposant.

Théoriquement, M. Kamto et les autres inculpés peuvent encourir la peine de mort, légale au Cameroun mais qui n'a pas été appliquée depuis plus de trente ans.

Maurice Kamto est arrivé deuxième à la présidentielle d'octobre 2018 (14,23% des voix), loin derrière Paul Biya réélu pour un septième mandat consécutif (71,2% des suffrages). Il qualifie depuis la victoire du président sortant de "hold-up électoral" et a plusieurs fois appelé à des marches de protestation interdites par le pouvoir.

Depuis son arrestation le 28 janvier dans la capitale économique Douala, Maurice Kamto était en garde à vue dans les locaux d'une unité spéciale de la police à Yaoundé, le Groupement spécial d'opérations (GSO).

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) de Maurice Kamto affirme que plus de 200 de ses partisans ont été arrêtés ces dernières semaines, en marge de manifestations contre la large réélection de Paul Biya, au pouvoir depuis 36 ans.

Selon les autorités, 147 personnes au total sont en détention provisoire, dans l'attente de leur présentation à un juge.

"Dictature"

"On s'enfonce dans la dictature", a commenté Philippe Manga, un responsable de la société civile camerounaise.

Maximilienne Ngo Mbe, directrice du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), a demandé la libération de "tout ce monde-là": "Il faut que le Cameroun respecte ses engagements internationaux (...) relatifs aux libertés d’association, de manifestation, d’expression, d’opinion qui sont des libertés fondamentales."

La France, ancienne puissance coloniale, s'est dite "préoccupée" par la "situation de M. Kamto et celle d'environ 200 de ses partisans qui sont détenus". Elle a insisté sur la nécessité pour l'opposition de "pouvoir s'exprimer librement".

Tous les partisans de M. Kamto ont été arrêtés fin janvier en marge de manifestations dans plusieurs villes du pays, dont Yaoundé et Douala.

Plusieurs de ces marches avaient été réprimées par la police et au moins six manifestants blessés: début février, l'Union européenne (UE) avait dénoncé un "usage disproportionné de la force par les forces de sécurité".

Le principal opposant camerounais, Maurice Kamto, le 30 septembre 2018 lors d'un rassemblement à Yaoundé.
Le principal opposant camerounais, Maurice Kamto, le 30 septembre 2018 lors d'un rassemblement à Yaoundé. ( MARCO LONGARI / AFP/Archives )

Depuis l'annonce des résultats de la présidentielle, Maurice Kamto a plusieurs fois appelé à marcher contre la réélection de M. Biya, réunissant à chaque fois une base solide de militants dans la rue.

Après son arrestation, dans un souci d'apaisement, son parti avait décidé d'annuler d'autres marches interdites.

Depuis son arrestation à Douala, ses avocats ont martelé que sa détention était "illégale", sa garde à vue à Yaoundé ne lui ayant pas été notifiée.

"Entêté politique"

Mardi, ils ont à nouveau indiqué que leur client et plusieurs autres militants en garde à vue au GSO étaient "privés du droit de visite et d'assistance de leurs avocats".

Gardés à vue aux côtés de M. Kamto, figurent plusieurs personnalités qui lui sont proches, dont Paul-Eric Kingue, son ex-directeur de campagne, ou Valsero, rappeur réputé au Cameroun.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Paul Biya en 1982, l'opposition avait toujours été incarnée par le Social Democratic Front (SDF) de Ni John Fru Ndi, jusqu'à la montée en puissance de Maurice Kamto à la dernière présidentielle.

Il est désormais considéré comme le principal opposant à Paul Biya, qui fête mercredi ses 86 ans.

"Il y a longtemps que le Cameroun n’avait pas eu un opposant de cette envergure", a déclaré à l'AFP Hans de Marie Heungoup, analyste au centre d'analyse politique International Crisis Group (ICG).

"Celui que même certains opposants décrivaient comme mollasson à ses débuts se révèle finalement être un véritable entêté politique", a-t-il ajouté.

Depuis 1982, Paul Biya règne en maître absolu au Cameroun, où il a tout verrouillé pour assurer son maintien à la tête du pays, s'appuyant sur l'administration et sur un parti-Etat, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), qu'il a créé en 1985.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 18 février 2019

CODE OFFRE : SNOW19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SNOW19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/02/2019

Au 1er trimestre 2019, le Groupe Cafom a enregistré un chiffre d'affaires de 113 millions d'euros, en croissance de +2% retraitée des activités...

Publié le 18/02/2019

Cellnovo Group, société de technologie médicale qui distribue la première plateforme de gestion du diabète composée d'une micro-pompe à insuline...

Publié le 18/02/2019

Nanterre (France), le 18 février 2019   RÉSULTATS DE L'ANNÉE 2018   TOUS LES OBJECTIFS FINANCIERS ATTEINTS MALGRÉ UN CONTEXTE DEFAVORABLE AU S2 VENTES,…

Publié le 18/02/2019

Acheter-louer.fr est confiant en sa capacité à réaliser une bonne année 2019...

Publié le 18/02/2019

  RESULTATS CONSOLIDES DE L'ANNEE 2018 Des réalisations supérieures aux objectifs annoncés :        Forte progression de la base clients Groupe à 61 millions…