5 281.29 PTS
+0.27 %
5 274.00
+0.32 %
SBF 120 PTS
4 220.10
-0.24 %
DAX PTS
12 592.35
-0.17 %
Dowjones PTS
22 349.59
+0.21 %
5 932.32
+0.47 %
Nikkei PTS
20 296.45
+0.52 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le président Trump gracie le très controversé shérif Arpaio

| AFP | 130 | 3 par 1 internautes
Le sheriff Joe Arpaio aux côtés de Donald Trump lors d'un meeting de campagne du futur président républicain, le 26 janvier 2016, à Marshalltown, dans l'Iowa.
Le sheriff Joe Arpaio aux côtés de Donald Trump lors d'un meeting de campagne du futur président républicain, le 26 janvier 2016, à Marshalltown, dans l'Iowa. ( SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le président américain Donald Trump a gracié vendredi soir le très controversé shérif Joe Arpaio, 85 ans, qui avait été condamné pour avoir fait preuve d'un zèle excessif à traquer les immigrés clandestins.

"Aujourd'hui, le président Donald J. Trump a accordé la grâce présidentielle à Joe Arpaio, ancien shérif du comté de Maricopa dans l'Arizona", indique un communiqué de la Maison Blanche.

il justifie que "la vie et carrière de M. Arpaio, qui a commencé à 18 ans quand il s'est engagé dans l'armée au début de la guerre de Corée, incarne le service public désintéressé".

"Le shérif Joe Arpaio a maintenant 85 ans, et après plus de 50 ans d'admirable service pour notre pays, il mérite un pardon présidentiel", poursuit le communiqué.

le shérif Joe avait été condamné fin juillet pour avoir violé l'injonction d'un juge fédéral lui interdisant ses patrouilles discriminatoires.

Mardi, lors d'un rassemblement de ses partisans à Phoenix en Arizona, le président républicain avait renoncé à faire cette annonce qui était alors attendue, pour éviter de faire dégénérer des manifestations tendues.

Le président avait demandé à ses supporteurs si Arpaio avait été condamné pour "avoir fait son travail?" et le public avait applaudi.

Il avait toutefois laissé entendre que ce n'était que partie remise: "je ne vais pas le faire ce soir parce que je ne veux pas créer de controverse", mais "le shérif peut être tranquille", avait-il promis.

Les réactions au pardon présidentiel en plein ouragan potentiellement dévastateur pour le Texas (sud des Etats-Unis) n'ont pas tardé: le député démocrate Raul Grijalva, d'Arizona, a déclaré que "Joe Arpaio ne mérite pas de pardon. Toute sa vie il s'est conduit comme s'il était au-dessus des lois. Maintenant Trump lui montre qu'il avait raison".

Un autre parlementaire démocrate, Joaquin Castro, du Texas, a été plus loin, qualifiant M. Arpaio de "sectaire qui a ciblé la communauté hispanique pendant des années. Il aurait dû purger sa peine".

La grande association de défense des libertés ACLU a estimé pour sa part vendredi que "le président a choisi l'illégalité plutôt que la loi, la division plutôt que l'unité et la douleur plutôt que la guérison".

Le commentateur républicain, mais très anti-Trump, Bill Kristol, y voit une manoeuvre du président pour habituer les gens à l'exercice de la grâce présidentielle afin de s'en servir si des proches sont condamnés dans l'affaire de l'ingérence russe dans l'élection.

Le shérif Arpaio a incarné durant près d'un quart de siècle un maintien de l'ordre implacable dans le comté de Maricopa, en Arizona (sud-ouest).

Ce partisan affirmé de Donald Trump, qui s'est auto-baptisé "le shérif le plus dur d'Amérique", s'est forgé une réputation très controversée, certains voyant du zèle dans ses mesures ouvertement basées sur un ciblage discriminatoire et revendiqué des étrangers hispaniques.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/09/2017

Lors de l’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d'Ubisoft, ces derniers ont approuvé toutes les résolutions à l'ordre du jour. Ils ont notamment approuvé le renouvellement des mandats…

Publié le 22/09/2017

La société Edify a conclu la totalité du capital de Thermo Technologies, holding de contrôle de Thermocompact, conformément à sa stratégie d'investissement dans des entreprises de taille…

Publié le 22/09/2017

Trigano a acquis 85% du capital de la société Protej d.o.o, propriétaire du Groupe Adria. Les 15% restants sont conservés par l'équipe de management d'Adria et pourront être acquis par Trigano…

Publié le 22/09/2017

      Information Réglementée                                                              …

Publié le 22/09/2017

Alstom a confirmé l'existence de discussions avec Siemens relatives à un possible rapprochement entre Alstom et la division Mobility de Siemens. "Aucune décision finale n'a été prise, les…

CONTENUS SPONSORISÉS