En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.66 PTS
-0.80 %
5 398.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
4 261.07
-0.88 %
DAX PTS
11 603.89
-1.57 %
Dowjones PTS
25 861.07
-0.10 %
7 397.92
+0.66 %
1.143
+0.73 %

Le président palestinien nomme l'un de ses proches Premier ministre

| AFP | 228 | 5 par 1 internautes
Mohammad Chtayyeh, nommé nouveau Premier ministre palestinien par le président Mahmoud Abbas, le 10 mars 2019 dans son bureau à Ramallah
Mohammad Chtayyeh, nommé nouveau Premier ministre palestinien par le président Mahmoud Abbas, le 10 mars 2019 dans son bureau à Ramallah ( ABBAS MOMANI / AFP )

Le président palestinien Mahmoud Abbas a nommé dimanche l'un de ses proches, Mohammad Chtayyeh, Premier ministre, le chargeant de former un nouveau gouvernement, un choix qui devrait renforcer l'emprise de son parti, le Fatah, au détriment du Hamas, le mouvement islamiste rival.

Fin décembre, le président palestinien avait annoncé vouloir dissoudre le Parlement palestinien contrôlé par le Hamas et organiser des élections dans les six mois. Un mois plus tard, le précédent Premier ministre palestinien, Rami Hamdallah, remettait sa démission.

Ces annonces et la nomination de Mohammad Chtayyieh, un des fidèles du président palestinien, à la tête du gouvernement, sont perçues par les analystes comme une manière pour Mahmoud Abbas d'écarter encore davantage le Hamas qui contrôle Gaza.

Ce dernier a annoncé dimanche qu'il ne reconnaissait "pas le gouvernement séparatiste car il a été formé sans consensus national".

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a dénoncé dans un communiqué un nouveau gouvernement qui "reflète l'unilatéralisme d'Abbas et son monopole du pouvoir", mettant en garde contre la volonté du président palestinien de séparer la bande de Gaza de la Cisjordanie occupée.

Le gouvernement est l'émanation de l'Autorité palestinienne, entité intérimaire internationalement reconnue et censée préfigurer un Etat indépendant qui comprendrait la Cisjordanie et la bande de Gaza, séparées de quelques dizaines de kilomètres par le territoire israélien. Mais dans les faits, c'est le président palestinien qui prend les décisions importantes.

L'Autorité palestinienne n'exerce plus son pouvoir, limité par l'occupation israélienne, que sur des fragments de Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

Paysage politique figé

En 2014, la nomination du précédent gouvernement s'était faite lors d'une phase de réconciliation entre le Hamas et le Fatah. Le cabinet ainsi formé était composé de personnalités indépendantes que les deux mouvements avaient acceptées, avant que le rapprochement ne vole en éclat.

Le nouveau gouvernement que devra annoncer M. Chtayyieh dans les prochaines semaines est lui au contraire le fruit de l'échec des négociations entre le parti laïc du président palestinien et le mouvement islamiste.

"Si le Hamas ne veut pas de la réconciliation, si le Hamas ne veut pas d'élections, si le Hamas veut toujours former avec d'autres un mini-Etat à Gaza pour les Frères musulmans, si c'est leur stratégie, nous devons mettre fin à la relation. C'est pourquoi nous devons former un nouveau gouvernement", avait ainsi déclaré Nabil Abou Roudeinah, le porte-parole du président palestinien le mois dernier.

En 2006, le Hamas a remporté les élections législatives palestiniennes mais la communauté internationale a refusé de reconnaître cette victoire.

Un an plus tard, le mouvement islamiste prenait le contrôle de la bande de Gaza au terme d'une quasi-guerre civile avec le Fatah.

Depuis, tous les efforts de réconciliation entre les deux frères ennemis palestiniens ont échoué, figeant le paysage politique: le Parlement ne siège pas et le président Mahmoud Abbas, dont le mandat a expiré depuis 2009, dirige toujours l'Autorité palestinienne, faute d'élections.

En 2018, M. Hamdallah avait essuyé un attentat contre son convoi lors d'une rare visite à Gaza. Il s'en était sorti indemne.

Des soldats israéliens lors d'une manifestation palestinienne près de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, avec en arrière plan une affiche du président palestinien Mahmoud Abbas
Des soldats israéliens lors d'une manifestation palestinienne près de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, avec en arrière plan une affiche du président palestinien Mahmoud Abbas ( ABBAS MOMANI / AFP )

M. Abbas a pris une série de mesures de rétorsion pour tenter de forcer, en vain, le Hamas à remettre les rênes du pouvoir à l'Autorité palestinienne à Gaza. Pour des observateurs, ces mesures attisent les tensions dans l'enclave, qui a frôlé une nouvelle guerre avec Israël en 2018.

L'Autorité s'inquiète d'être mise à l'écart en voyant des acteurs internationaux, face à l'acuité de la situation à Gaza, traiter avec le Hamas.

Elle s'alarme également de la disjonction grandissante entre la Cisjordanie et Gaza et du risque que cet éloignement fait peser sur la création d'un Etat palestinien comprenant les deux territoires, même si les négociations de paix avec Israël sont inexistantes depuis des années.

L'Autorité, au sein de laquelle le président n'a pas de réelle opposition, est largement discréditée auprès des Palestiniens qui lui reprochent corruption et incapacité à mettre fin à l'occupation israélienne.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/03/2019

Coheris dispose d'environ 8 ME de déficits fiscaux reportables...

Publié le 20/03/2019

Cette commande de 86 AGV Performance va générer du chiffre d'affaires pour Gaussin dès le 1er semestre 2019...

Publié le 20/03/2019

 Paris, le 20 mars 2019     FINATIS Résultats annuels 2018 Progression des résultats opérationnels de la distribution et baisse de l'endettement   Le Conseil…

Publié le 20/03/2019

Delfin, actionnaire majoritaire de Luxottica avant la fusion, acte qu’à la suite de la réunion du 18 mars, aucune décision du Conseil d’administration d’EssilorLuxottica n’a été annoncée…

Publié le 20/03/2019

Etudes précliniques de reprotoxicité