En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 381.25 PTS
-0.66 %
5 385.00
-0.58 %
SBF 120 PTS
4 313.82
-0.49 %
DAX PTS
12 645.89
-0.32 %
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.165
+0.05 %

Éric Mouzin père attaque l'État pour avoir "renoncé à chercher" sa fille

| AFP | 520 | Aucun vote sur cette news
Eric Mouzin, père d'Estelle Mouzin, disparue depuis 2003, tient une conférence de presse à Paris, le 9 janvier 2018
Eric Mouzin, père d'Estelle Mouzin, disparue depuis 2003, tient une conférence de presse à Paris, le 9 janvier 2018 ( PATRICK KOVARIK / AFP )

Quinze ans après la disparition d'Estelle, il accuse la police et la justice d'avoir "renoncé à chercher" sa fille : Éric Mouzin a expliqué mardi pourquoi il a décidé d'attaquer l’État pour faute lourde en raison de sa "mauvaise gestion" du dossier.

85 tomes de procédures, 85.000 pages, sept juges d'instruction, des policiers qui refusent de délivrer une synthèse de ce dossier devenu inexploitable... Entouré par ses avocats, Eric Mouzin a lancé un cri de colère froide : "Ca suffit!".

Il y a quinze ans, bottes en caoutchouc aux pieds, cet expert en risques industriels avait arpenté sans relâche les environs de Guermantes, village de Seine-et-Marne où la benjamine de ses trois enfants avait disparu, le 9 janvier 2003 vers 18H30, alors qu'elle rentrait de l'école par une nuit glaciale. Il avait ensuite fait connaître à la France entière le visage d'Estelle, par des affiches placardées dans les lieux publics, les aéroports, les bureaux de Poste ou les couloirs du métro parisien.

Depuis, avec l'association "Estelle", il n'a jamais abandonné l'espoir de savoir ce qui est arrivé à sa fille. Et continue à faire du lobbying pour améliorer le dispositif "archaïque" de recherche des enfants disparus, en militant pour la création d'un fichier unique des disparition ou encore celle d'un corps de juges spécialisés.

Eric Mouzin (G), père d'Estelle Mouzin, disparue depuis 2003, tient une conférence de presse au côté de son avocat Didier Seban, à Paris, le 9 janvier 2018
Eric Mouzin (G), père d'Estelle Mouzin, disparue depuis 2003, tient une conférence de presse au côté de son avocat Didier Seban, à Paris, le 9 janvier 2018 ( PATRICK KOVARIK / AFP )

Au début, le père fraîchement séparé y "a cru", observant sans bien comprendre "les moyens colossaux" vantés par la PJ de Versailles, en charge de l'enquête - perquisition simultanée des 400 logements de Guermantes, vaste coup de filet anti-pédophilie, exploration de toutes les cavités de ce coin d'Ile-de-France riche en carrières.... Maintenant il est "convaincu que tout n'a pas été fait pour retrouver Estelle". Ni au début, ni dans les années qui ont suivi.

C'est un énième rendez-vous "surréaliste" chez le juge d'instruction de Meaux, en juin dernier, qui a "totalement rompu la confiance". Là, on lui a expliqué que le PV de synthèse indispensable pour une relecture avec un "œil neuf", comme cela lui avait été promis, ne sera pas versé au dossier.

"Il n'y a pas d'obligation de résultats mais il y a une obligation de moyens", estime Éric Mouzin.

- Marche silencieuse -

"Vivre dans l'univers d'un enfant disparu, c'est vivre dans un univers de merde, avec des pédocriminels, les pires pervers. Quand en plus il faut se battre avec les services d'enquête, c'est trop", a-t-il lancé.

"Aucun juge n'a pris le temps de lire l'intégralité du dossier et de donner des orientations aux recherches. Les policiers ont organisé le fait que les juges ne puissent pas comprendre ce dossier", a accusé son avocat, Didier Seban, dénonçant un flou "odieux et insupportable".

Pour l'avocat, "il n'y a plus d'enquête dans l'affaire Estelle Mouzin", simplement car "on ne peut pas travailler sur un dossier de 80.000 pages".

Au-delà de la méthode, Me Seban dénonce aussi des lacunes dans les investigations : "aucun rapport sérieux sur le bornage téléphonique dans les heures autour de la disparition", sous-exploitation du logiciel Anacrim, "la porte Fourniret qui n'a pas été suffisamment refermée"...

Éric Mouzin pense qu'il "gagnera" son procès contre l'Etat. On ira "jusqu'au bout pour acter que la justice n'a pas les moyens d'assurer sa mission" et "on espère que d'autres associations, d'autres familles, vont faire la même démarche". "Mon rêve c'est qu'il y ait quinze dossiers au TGI de Paris, pour que l’État change enfin de braquet", a-t-il conclu.

La police, via l'Office central pour la répression des violences aux personnes, travaille toujours sur une quinzaine de disparitions non élucidées. Un groupe de six policiers travaille en permanence et à plein temps sur une douzaine de disparitions dites criminelles, dont celle d'Estelle Mouzin.

Samedi, le père, le frère, la sœur d'Estelle et leurs soutiens se retrouveront à Guermantes, à l'endroit où la fillette s'est volatilisée. Pour une quatorzième marche silencieuse.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Les marchés européens évoluent proches de l’équilibre. La prudence domine alors que le yuan a touché un plus bas depuis un an contre le dollar. Les investisseurs s’inquiètent que…

Publié le 20/07/2018

Boiron est malmené à la mi-journée à Paris, en retrait de 4,3% à 69,7 euros...

Publié le 20/07/2018

Le groupe à la pomme capitalise près de 950 Mds$ avant les comptes

Publié le 20/07/2018

L'histoire pourrait s'accélérer prochainement

Publié le 20/07/2018

En hausse de 2,4% à 118,40 euros, Rémy Cointreau signe la plus forte progression du SBF 120, soutenu par l'annonce d'un ralentissement moins marqué que prévu de sa croissance organique au premier…