5 302.17 PTS
+0.23 %
5 298.5
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 251.13
+0.27 %
DAX PTS
12 470.49
-0.14 %
Dowjones PTS
25 098.92
+0.54 %
6 836.46
+0.84 %
Nikkei PTS
21 970.81
+0.21 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le patron de Radio France Mathieu Gallet jugé pour "favoritisme" pendant sa présidence de l'INA

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
L'ancien patron de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Mathieu Gallet, à Deauville le 2 septembre 2017
L'ancien patron de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Mathieu Gallet, à Deauville le 2 septembre 2017 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

L'ancien patron de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Mathieu Gallet, a-t-il "favorisé" certaines sociétés pour conseiller l'établissement public ou assurer sa communication personnelle? Le tribunal correctionnel de Créteil juge jeudi la gestion du haut fonctionnaire, actuel PDG de Radio France.

En cause, des contrats d'un montant global supérieur à 400.000 euros, passés par l'INA entre 2010 et 2014, sous sa présidence, et qui ne respecteraient pas les règles de mise en concurrence obligatoires lors de l'attribution de marchés publics.

Mathieu Gallet assistera à l'audience pour répondre personnellement à ces soupçons de "favoritisme", ont annoncé à l'AFP ses avocats, qui plaideront la relaxe.

L'affaire a démarré en 2015. La présidente de l'INA d'alors, Agnès Saal, fait scandale à cause de frais de taxis démesurés, qui lui vaudront d'être condamnée ultérieurement pour "détournement de fonds publics".

Cette polémique engendre un signalement du ministère de la Culture sur certaines dépenses de l'établissement depuis 2010. Une procédure qui provoque l'ouverture d'une nouvelle enquête, pour "favoritisme" cette fois, à l'encontre du prédécesseur de Mme Saal, Mathieu Gallet.

Dans son enquête consultée par l'AFP, la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE)​ se concentre sur trois sociétés ayant travaillé avec l'INA dans des conditions douteuses.

D'un côté, Roland Berger Strategy, sélectionnée pour conseiller l'établissement public au terme d'un appel d'offres de seulement cinq jours ouvrés. De l'autre, Balises et l'institut de sondages Opinion Way, deux sociétés choisies sans mise en concurrence pour l'emploi de Denis Pingaud pour des missions de conseil personnel auprès de Mathieu Gallet. M. Pingaud, alors président de Balises après avoir été vice-président d'Opinion Way, écrivait notamment certains discours du président de l'INA, pour qui il a également travaillé un temps à Radio France.

Les faits concernant Opinion Way sont prescrits et ne seront pas examinés lors du procès. Tout comme les frais de réception de M. Gallet à l'INA - "plus de 2.300 euros par mois", selon un document de la Cour des comptes qui épinglait ces dépenses -, longuement évoqués dans l'enquête mais qui n'ont débouché sur aucune poursuite.

Le procès de M. Gallet souligne une nouvelle fois "les turpitudes au sein de l'INA", déjà mises en exergue par l'affaire Agnès Saal, a déclaré à l'AFP Jérôme Karsenti, avocat de l'association Anticor. "L'argent public n'était absolument pas considéré" dans l'établissement et "gaspillé", a-t-il estimé.

L'association, qui avait adressé une plainte au parquet de Créteil concernant la gestion de l'INA, se portera partie civile au procès jeudi.

L'enquête conduite par le parquet est entachée de nombreuses irrégularités procédurales et de "confusions" sur les termes relatifs à la conclusion de marchés publics, ont rétorqué les avocats de M. Gallet, Christophe Ingrain et Rémi Lorrain. Eux dénoncent la "partialité" du ministère public et sa "volonté de nuire" à leur client.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2018

L'application permettra aux autorités de répondre aux appels concernant des demandes d'interventions urgentes..

Publié le 21/02/2018

Technicolor a essuyé une perte nette de 173 millions d'euros contre une perte de 26 millions d'euros, un an plus tôt. Elle comprend une dépréciation comptable de 113 millions d’euros des actifs…

Publié le 21/02/2018

CBO Territoria a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 80,7 millions d'euros, en hausse de 24%. Les revenus locatifs bruts ont reculé de 2% à 18,8 millions. Les ventes en promotion…

Publié le 21/02/2018

Pour l'année 2017, le chiffre d'affaires de Median Technologies s'élève à 7,69 millions d'euros, en hausse de 21%. La prise de commandes nette s'élève à 14,69 millions, alimentant un carnet de…

Publié le 21/02/2018

Vallourec a accusé au quatrième trimestre 2017 une perte nette de 164 millions d'euros, contre une perte de 183 millions d'euros au quatrième trimestre 2016. Le résultat brut d'exploitation est…

CONTENUS SPONSORISÉS