En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 260.64 PTS
-
5 253.00
-
SBF 120 PTS
4 158.74
-
DAX PTS
11 346.65
-0.15 %
Dowjones PTS
25 516.83
+0.06 %
7 316.96
-0.12 %
1.131
+0.01 %

Le parquet estime Nemmouche "coupable" de l'attaque "bestiale" du musée juif

| AFP | 205 | Aucun vote sur cette news
Le Parquet fédéral belge a réclamé un
Le Parquet fédéral belge a réclamé un "verdict de culpabilité" pour Mehdi Nemmouche, dans l'affaire de l'attaque "bestiale" du musée juif de Bruxelles. Dessin daté du 10 janvier 2019. ( BENOIT PEYRUCQ / AFP/Archives )

Quatre exécutions d'une balle en pleine tête: Mehdi Nemmouche était au musée juif de Bruxelles "pour abattre", une attaque "bestiale", a estimé mardi le parquet fédéral, réclamant devant les assises de la capitale belge "un verdict de culpabilité" contre lui.

"Si attaquer un musée à l'arme de guerre n'est pas violent et bestial, alors rien ne sera jamais violent et bestial. On est parmi les infractions les plus graves", lance le procureur Bernard Michel, au moment d'achever son réquisitoire contre le jihadiste français, accusé de quatre "assassinats terroristes" commis le 24 mai 2014.

"On vous demande un verdict de culpabilité", poursuit-il, face au jury populaire chargé de le juger. Verdict prévu le 7 mars. Ce n'est qu'ensuite que sera déterminée la peine éventuelle.

Un "verdict de culpabilité", mais pour "complicité", est également réclamé contre son co-accusé, Nacer Bendrer, 30 ans, un délinquant marseillais accusé de lui avoir fourni les armes.

Le procureur Bernard Michel a estimé que Mehdi Nemmouche était au musée juif de Bruxelles
Le procureur Bernard Michel a estimé que Mehdi Nemmouche était au musée juif de Bruxelles "pour abattre". Dessin du 25 février 2019. ( IGOR PREYS / Belga/AFP )

"Au final, en ce qui concerne ces assassinats à caractère terroriste, on a bien un auteur principal, Mehdi Nemmouche, et un complice, Nacer Bendrer", résume Bernard Michel, qui représente le parquet depuis plus de six semaines de procès, en compagnie d'Yves Moreau.

"Nous sommes tous les deux convaincus au plus profond de nous-mêmes que les deux accusés ont bien commis ces actes", insiste-t-il.

Dès lundi, les deux hommes avaient égrené "23 éléments à charge" contre Nemmouche: empreintes ou ADN sur les armes, vidéos de revendications où l'on reconnaît sa voix, témoins oculaires, téléphonie, déclarations "auto-incriminantes", morphologie similaire à celle du tireur sur la vidéosurveillance, attitude calme et parfois "caustique" depuis son arrestation...

"Pour le tueur, pour Mehdi Nemmouche, l'identité des victimes importait peu. Le but en revanche, c'est qu'il y ait des victimes. Tout cela a bien été prémédité", a poursuivi Bernard Michel mardi.

"Indécent et abject"

Il remarque que les quatre victimes ont toutes été exécutées d'une balle dans la tête, soit au revolver, soit à la Kalachnikov: "L'auteur n'était pas là pour discuter, il était là pour abattre".

Pour lui, Mehdi Nemmouche, délinquant multirécidiviste de 33 ans passé par la prison et la Syrie, "n'est pas simplement radicalisé, mais archiradicalisé", ce qui "l'a incité à refaire le parcours de (Mohamed) Merah", auteur de sept assassinats en 2012 dans le sud-ouest de la France.

Un homme qu'il considère comme "le plus grand mec que la France ait jamais connu", poursuit le magistrat en robe rouge, petites lunettes concentrées sur les pages de son réquisitoire.

Au fil d'un discours méthodique, il rejette avec fermeté la thèse de la défense, selon laquelle la tuerie n'est pas une attaque du groupe Etat islamique (EI), mais "une exécution ciblée d'agents du Mossad", (les services secrets israéliens) visant un couple d'Israéliens, les époux Riva, les deux premières des quatre victimes abattues ce jour-là.

Le procureur Bernard Michel à l'ouverture de la session du procès de Mehdi Nemmouche. Le 25 février 2019 à Bruxelles.
Le procureur Bernard Michel à l'ouverture de la session du procès de Mehdi Nemmouche. Le 25 février 2019 à Bruxelles. ( Christophe LICOPPE / BELGA/AFP )

Les autorités israéliennes qualifient cette thèse d'"absurde et insultante", souligne le procureur. Avant d'ironiser: "Si Israël avait estimé qu'il s'agissait bien d'un attentat ciblé, le Mossad serait venu lui-même mener l'enquête à notre place. On les aurait vus débarquer en hélicoptère."

Il avait déjà qualifié lundi l'argument de "déplacé, indécent et abject à l'égard des victimes", sur lesquelles il fait peser "le poids de leur propre mort".

Dans le box, Mehdi Nemmouche reste comme souvent impassible. Ses avocats, eux, brillent par leur absence.

Ils ont promis de revenir sur cette thèse, pour l'instant très peu étayée, durant leur plaidoirie prévue jeudi.

Mais ils auront fort à faire pour convaincre le jury de l'innocence de leur client, les principaux arguments qu'ils ont soulevés ayant été battus en brèche par les enquêteurs et les experts venus témoigner.

"De leur côté, je n'attends rien", tranche Me Adrien Masset, l'avocat du musée juif.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 25/03/2019

AXA franchit une étape importante dans le cadre de sa transformation. La participation minoritaire conservée par AXA dans EQH sera déconsolidée et comptabilisée par mise en équivalence...

Publié le 25/03/2019

La firme à la pomme a présenté lundi son offre de vidéo à la demande, ainsi qu'une carte bancaire Apple, et des services d'abonnement à de l'information et à des jeux vidéo.

Publié le 25/03/2019

Ce nouveau rapport de KuppingerCole Analysts supporte et confirme la stratégie de développement annoncée par Wallix dans son plan 'Ambition 21' à devenir un leader Européen du marché de la…

Publié le 25/03/2019

Retour d'Assemblée générale...