En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Le pape quitte le Japon, où il a martelé son rejet de l'arme nucléaire

| AFP | 414 | 2 par 1 internautes
Le pape reçoit des fleurs offertes par des femmes en kimonos à son départ de l'aéroport de Tokyo, le 26 novembre 2019
Le pape reçoit des fleurs offertes par des femmes en kimonos à son départ de l'aéroport de Tokyo, le 26 novembre 2019 ( Kazuhiro NOGI / AFP )

Le pape a quitté mardi le Japon après un voyage aux accents très personnels, centré sur son rejet total de l'arme atomique et au cours duquel il a aussi soulevé des questions sur l'usage civil de l'énergie nucléaire.

François attendait depuis longtemps cette première rencontre avec cet archipel où il rêvait jeune d'être missionnaire.

En foulant le sol du Japon, le premier pape jésuite de l'histoire a suivi les traces d'un des fondateurs de la Compagnie de Jésus, François-Xavier, arrivé comme missionnaire dans le sud-ouest du pays en 1549.

Le point d'orgue de son périple de quatre jours a été sa rencontre chargée d'émotion à Nagasaki puis Hiroshima avec des survivants de la bombe atomique dans ces deux villes martyres en 1945.

Il y a salué un à un des rescapés du feu nucléaire, appelés "hibakusha" au Japon, venus à sa rencontre, échangeant quelques mots avec les uns, serrant leurs mains, enveloppant dans ses bras une femme en larmes.

Le pape adresse un message aux étudiants à l'université Sophia de Tokyo, le 26 novembre 2019
Le pape adresse un message aux étudiants à l'université Sophia de Tokyo, le 26 novembre 2019 ( KIM HONG-JI / POOL/AFP )

"Ici, dans une lueur d'éclair et de feu, de tant d'hommes et de femmes, de leurs rêves et de leurs espérances, il n'est plus resté qu'ombre et silence", a lancé le pape à Hiroshima, où le 6 août 1945 fut larguée par les Américains une bombe atomique, pour la première fois dans l'histoire.

François a qualifié de "crime" l'usage de l'atome à des fins militaires et a démonté la doctrine de la dissuasion nucléaire, une "fausse sécurité" qui envenime au contraire les relations entre les peuples, selon lui.

Les larmes de ses parents

Le pape François rencontre des survivants de la bombe atomique en 1945, le 24 novembre 2019 à Hiroshima
Le pape François rencontre des survivants de la bombe atomique en 1945, le 24 novembre 2019 à Hiroshima ( Handout / VATICAN MEDIA/AFP )

L'horreur de la guerre et des armes s'inscrit dans la continuité des papes qui l'ont précédé. Mais un rejet clair de la théorie de la dissuasion nucléaire est en rupture avec le passé. Devant l'ONU en 1982, Jean-Paul II avait défini cette doctrine comme un mal nécessaire "dans les conditions actuelles".

Le pape François a fustigé dans son ensemble "la course aux armements" qui "gaspille de précieuses ressources".

Sa visite a été l'occasion pour des survivants des bombes atomiques d'évoquer leurs terribles séquelles physiques et psychologiques.

"Même si vous surviviez, vous ne pouviez plus vivre comme des humains ni mourir comme des humains", avait expliqué Sakue Shimohira, 85 ans, à la presse à Nagasaki, ville frappée le 9 août 1945.

Le pape François salue la foule de fidèles à son arrivée au Tokyo Dome Stadium pour y célébrer une messe, le 25 novembre 2019
Le pape François salue la foule de fidèles à son arrivée au Tokyo Dome Stadium pour y célébrer une messe, le 25 novembre 2019 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP )

A Hiroshima, dans un message lu pour lui devant le pape, Koji Hosokawa, qui avait 17 ans en 1945, avait évoqué les "préjugés" qui isolent les victimes irradiées, appelant le monde à comprendre que "les bombes atomiques ont été larguées non pas sur Hiroshima et Nagasaki mais sur l'humanité tout entière".

François, jeune enfant, avait perçu cette idée dans sa lointaine Argentine en voyant couler les larmes de ses parents lorsqu'ils avaient appris le bombardement nucléaire au Japon.

Pape star à la messe

Le pape a aussi réconforté lundi des victimes du "triple désastre" (séisme, tsunami et accident nucléaire de Fukushima) du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon.

Le pape rencontre l'empereur Naruhito à Tokyo le 25 novembre 2019
Le pape rencontre l'empereur Naruhito à Tokyo le 25 novembre 2019 ( Vincenzo PINTO / AFP )

Il a alors évoqué la "préoccupation" suscitée par l'usage de l'énergie atomique, et appelé à une mobilisation renforcée pour aider les 50.000 personnes encore déplacées à cause de la contamination nucléaire dans leur région. Il a appelé à "la prise de décisions courageuses (...) concernant les futures sources d'énergie".

Il a aussi eu lundi un échange jovial avec des jeunes tout en abordant des sujets difficiles comme le harcèlement à l'école, très répandu au Japon.

Accueilli en rock-star dans un stade de Tokyo, il a célébré une messe devant 50.000 personnes, utilisant l'occasion pour faire allusion à des maux de ce pays riche en proie à des pressions sociales, à l'isolement de certains, où "beaucoup de personnes se sentent perdues et inquiètes, sont accablées par trop d'exigences".

Farouchement opposé à la peine de mort, François n'a cependant rien dit publiquement sur le sujet durant sa visite au Japon, où la peine capitale est toujours pratiquée.

Il s'est entretenu lundi avec le nouvel empereur Naruhito puis avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Le retour au Vatican du chef des 1,3 milliard de catholiques boucle une tournée en Asie qui l'avait mené auparavant en Thaïlande, pays où les catholiques, comme au Japon, sont ultra-minoritaires (moins de 0,6% de la population de ces deux Etats).

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…

Publié le 13/12/2019

Ayant obtenu les accords préalables des autorités kényanes de la concurrence et de la commission de régulation de l'énergie, Rubis, via sa filiale...