En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Nigeria: déception et colère après le report surprise des élections

| AFP | 683 | Aucun vote sur cette news
Une membre de la commission électorale indépendante nigériane devant un bureau de vote à Gombi dans l'Etat d'Adamawa, le 15 février 2019
Une membre de la commission électorale indépendante nigériane devant un bureau de vote à Gombi dans l'Etat d'Adamawa, le 15 février 2019 ( Luis TATO / AFP )

Les Nigérians se sont réveillés avec un mélange de déception et de colère samedi après l'annonce surprise par la Commission électorale nationale (INEC) du report de la présidentielle, à quelques heures seulement de l'ouverture du scrutin.

Les élections présidentielle et législatives doivent désormais se tenir samedi prochain, le 23 février, selon l'INEC, qui a fait état de problèmes logistiques après une réunion d'urgence en pleine nuit.

A Port-Harcourt, dans le sud-est du pays, des électeurs qui n'avaient pas encore appris la nouvelle se sont présentés devant des bureaux de vote qui auraient du ouvrir à 08H00 locales (07H00 GMT).

"Je suis en colère (...) Pourquoi n'ont-ils pas annoncé ce retard plus tôt? Pourquoi faire cette annonce en pleine nuit?", a déclaré à l'AFP Chidi Nwakuna, un homme d'affaires de 51 ans persuadé qu'il s'agit d'une manoeuvre du gouvernement "pour truquer les élections".

Le matériel électoral en cours d'acheminement dans un bureau de vote à Gombi, dans l'Etat d'Adamawa au Nigeria le 15 février 2019
Le matériel électoral en cours d'acheminement dans un bureau de vote à Gombi, dans l'Etat d'Adamawa au Nigeria le 15 février 2019 ( Luis TATO / AFP )

Même colère, même suspicions à Warri, dans le sud pétrolier du pays, où un électeur, Oyi Adamezie, dénonçait "un complot pour tricher": "sinon comment expliquer le report d'élections prévues depuis un an avec le temps nécessaire pour tout préparer?"

Paul Emurotu, comme des dizaines de milliers de ses compatriotes, avait fait le voyage depuis la capitale économique Lagos, pour pouvoir voter dans sa région natale le Delta. "C'est démoralisant", a-t-il lâché.

- "Pas contents" -

"Nous ne sommes pas contents (...) L'INEC avait dit que tout était prêt. Comment peuvent-ils dire maintenant qu'ils ne peuvent pas conduire les élections à cause de problèmes logistiques?" a affirmé Abba Hassan Shehu, 22 ans, à Daura, dans le nord du pays. "Ils nous prennent pour des idiots".

Le président de la Commission électorale du Nigeria, Mahmood Yakubur Mahmood Yakubu, le 16 février 2019 à Abuja
Le président de la Commission électorale du Nigeria, Mahmood Yakubur Mahmood Yakubu, le 16 février 2019 à Abuja ( Kola Sulaimon / AFP )

Plus de 84 millions de Nigérians étaient attendus dans les quelques 120.000 bureaux de vote samedi pour élire un nouveau chef d'Etat, ainsi que les les 360 sièges de la Chambre des représentants et les 109 du Sénat.

La commission électorale s'est réunie en urgence en fin de soirée vendredi, laissant le pays de 190 millions d'habitants en suspens pendant plusieurs heures, alors que les rumeurs d'un report envahissaient les médias nigérians et réseaux sociaux.

"Pour pouvoir garantir la tenue d'élections libres, justes et crédibles, organiser le scrutin comme il était convenu n'est plus possible", a finalement annoncé le président de l'INEC, Mahmood Yakubu, après avoir assuré il y a quelques jours que tout serait prêt pour le jour J.

Ce report d'une semaine a aussitôt été condamné par les deux principaux partis du pays qui se sont rejeté mutuellement la responsabilité.

Le parti au pouvoir, le Congrès des Progressistes (APC), s'est dit "extrêmement déçu" et a demandé à la Commission électorale de rester "impartiale". Pour lui, son principal adversaire n'a "jamais été prêt".

Le candidat à la présidentielle du Parti Populaire Démocratique (PDP) Atiku Abubakar (C) lors d'un meeting le 14 février 2019 à Jimeta, est du Nigeria
Le candidat à la présidentielle du Parti Populaire Démocratique (PDP) Atiku Abubakar (C) lors d'un meeting le 14 février 2019 à Jimeta, est du Nigeria ( Luis TATO / AFP )

De son côté, le candidat de l'opposition, Abubakar Atiku, du Parti Populaire Démocratique (PDP) a appelé ses supporters au calme face à une "provocation". "Je demande aux Nigérians d'être patients", a-t-il lancé.

M. Yakubu n'a donné aucune précision sur les problèmes logistiques invoqués. Mais trois centres de l'INEC ont été brûlés à travers le pays, et l'opposition dénonçait l'absence de bulletins dans de nombreux Etats.

Défi sécuritaire

Des sympathisants du parti de l'opposition à Jimeta dans l'Etat d'Adamawa, le 14 février 2019
Des sympathisants du parti de l'opposition à Jimeta dans l'Etat d'Adamawa, le 14 février 2019 ( Luis TATO / AFP )

L'organisation d'une telle élection pose un défi sécuritaire et logistique colossal, entre craintes de nouvelles violences - des affrontements entre partisans et une bousculade lors d'un meeting ont déjà endeuillé la campagne -, d'achats de voix et de tricheries dans les urnes.

Dans de nombreuses régions où l'électricité est disponible par intermittence et les routes sont très mauvaises, des milliers d'agents de l'INEC ont travaillé toute la nuit avec les agences de sécurité pour acheminer le matériel électoral sensible, comme les bulletins des candidats, jusqu'aux lieux de vote, à parfois plusieurs heures de route.

Dans le quartier d'Ikoyi à Lagos, Austin Onwusoanya un agent ad hoc de l'INEC a raconté avoir attendu en vain toute la journée du vendredi un matériel électoral qui n'est jamais arrivé.

"Nous avions été formés pour aider à la tenue du scrutin, nous étions prêts (...) aucun équipement n'a été livré" au siège local de l'INEC, a-t-il témoigné.

Les journalistes de l'AFP ont constaté des problèmes similaires dans de nombreuses villes du pays ces derniers jours.

Lors des dernières élections de 2015, le scrutin avait été repoussé de six semaines, le chef de l'Etat de l'époque, Goodluck Jonathan, arguant des problèmes de sécurité dans le nord-est du pays, où sévit le groupe jihadiste Boko Haram.

Un nombre record de 73 candidats sont en lice pour la présidentielle dans la première économie d'Afrique et premier exportateur de pétrole du continent. Tous les regards sont tournés vers le président Buhari, du Congrès des progressistes (APC), et son principal rival Atiku Abubakar, du Parti Populaire Démocratique (PDP).

Le scrutin entre ces deux hommes du nord, musulmans Haoussa, s'annonce très serré.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...