5 146.85 PTS
-0.57 %
5 106.50
-0.60 %
SBF 120 PTS
4 116.07
-0.49 %
DAX PTS
12 203.46
-0.49 %
Dowjones PTS
21 750.73
-1.24 %
5 796.32
-2.05 %
Nikkei PTS
19 702.63
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le Ku Klux Klan, nébuleuse marginale à l'image archaïque

| AFP | 163 | Aucun vote sur cette news
Rassemblement de membres du Klux Klux Klan, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie
Rassemblement de membres du Klux Klux Klan, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie ( ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

Même si l'extrême droite radicale et identitaire américaine vit un renouveau sous Donald Trump, le Ku Klux Klan, qui a organisé samedi une réunion publique en Virginie, n'est plus que l'ombre de la puissante organisation qu'il fut.

"Aujourd'hui le Klan est surtout un assemblage de petits groupes désunis, sans commandement central, très instables", explique à l'AFP Oren Segal, directeur du Centre sur l'extrémisme de l'Anti-Defamation League (ADL), une association de lutte contre l'antisémitisme.

"Ces groupuscules ont tendance à se former et à se dissoudre à un rythme rapide, très peu d'entre eux peuvent se targuer d'une longue existence et, d'une façon générale, le Klan n'est pas un mouvement en bonne santé au sein des Blancs convaincus de leur suprématie", poursuit-il.

Les images diffusées dans le monde entier de ces hommes en robe traditionnelle rassemblés ce week-end à Charlottesville ont évoqué un passé terrifiant, celui des torches, des cérémonies aux croix enflammées, des lynchages de Noirs et des parades gigantesques.

Mais les Loyal White Knights of the Ku Klux Klan ("Les fidèles chevaliers blancs du Ku Klux Klan") n'étaient en fait qu'une quarantaine dans cette paisible ville de Virginie, face à un millier de militants antiracistes.

Rassemblement de membres du Klux Klux Klan, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie
Rassemblement de membres du Klux Klux Klan, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie ( ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

Les "chevaliers" entendaient protester contre le projet de retirer d'un jardin municipal une statue du général sudiste Robert Lee, qui a commandé les troupes des Etats esclavagistes durant la Guerre de Sécession. Leurs prises de parole ont été inaudibles, couvertes par les huées et les injures.

Reste que les experts constatent une résurgence des mouvements américains d'extrême droite, enhardis par la campagne présidentielle victorieuse de Donald Trump.

- Débat sur la race-

Ce nouvel essor se déroule tandis que "nous vivons une période marquée par un débat important sur la race", souligne la professeure Robin Lenhardt, du Center on Race, Law and Justice à la Fordham Law School.

Rassemblement de membres du Klux Klux Klan, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie
Rassemblement de membres du Klux Klux Klan, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie ( ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

Elle cite les questions d'incarcération massive des Noirs, des abus policiers contre les minorités et des discriminations, autant de polémiques sensibles que certains Blancs conservateurs aimeraient étouffer.

Il en va de même du drapeau et des monuments confédérés encore présents dans les Etats du Sud, qui font l'objet d'une remise en cause accélérée depuis la tuerie raciste perpétrée il y a deux ans par un extrémiste dans une église noire de Caroline du Sud.

"Ces monuments sont des jalons ou des efforts de commémoration d'une époque où régnait la suprématie de la race blanche", note la professeure Lenhardt, d'où la réaction des nostalgiques pour les défendre.

Fin juin, certains nationalistes blancs ont même tenu une réunion publique au coeur de Washington, devant le mémorial d'Abraham Lincoln, où Martin Luther King avait prononcé son célèbre discours "I have a dream".

"Nous assistons à un réveil", y a déclaré Richard Spencer, un pourfendeur du multiculturalisme et l'un des chefs de file de la "droite alternative", souvent désignée par l'expression "alt-right".

- KKK grignoté par l'alt-right -

La mouvance alt-right a le vent en poupe et a tendance à fédérer sous une nouvelle appellation les éternels militants convaincus que l'identité d'une Amérique blanche et protestante est mise en péril par la mondialisation et l'immigration.

Dans ce contexte, le Ku Klux Klan souffre d'une image archaïque.

Un membre du Klux Klux Klan escorté par les forces de l'ordre, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie
Un membre du Klux Klux Klan escorté par les forces de l'ordre, le 8 juillet 2017 à Charlottesville en Virginie ( ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

"Les branches du Klan sont vues comme une ancienne génération de la suprématie blanche, par conséquent elles n'attirent pas de jeunes recrues comme par le passé", constate Oren Segal.

"Leur principale activité consiste à aller déposer des prospectus devant les maisons, ce qui est un signe de faiblesse et non de vitalité", ajoute-t-il.

Enfin, les différentes chapelles du Klan sont selon lui rongées par des querelles intestines.

Quel contraste donc avec le passé. Le KKK, fondé il y 150 ans, a compté jusqu'à quatre millions de membres à son apogée, au milieu des années 1920. A l'époque l'influente organisation était très hiérarchisée et parfois proche de la police.

Le Ku Klux Klan, qui cherchait à rassembler les Américains "authentiques" et à les protéger des pseudo-influences nocives venues de l'étranger, était même discrètement patronné par les présidents américains.

Il ne compterait plus que 5.000 à 8.000 membres, selon le Southern Poverty Law Center, un observatoire de l'extrémisme.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2017

LES HOTELS BAVEREZ S.A.   2, place des Pyramides 75001 PARIS Capital EUR 10.127.050 - Code NAF 5510 Z R.C.S. PARIS 572 158 558   ISIN : FR 0007080254 Mnémonique :…

Publié le 17/08/2017

Au 11 août 2017, la société contrôlait ainsi 8,47% de son capital

Publié le 17/08/2017

SCBSM, foncière cotée sur Euronext Paris, a annoncé avoir procédé, au cours des dernières semaines, à plusieurs rachats d'actions propres afin de renforcer son autocontrôle. Au 11 août 2017,…

Publié le 17/08/2017

Bigben et Frogwares ont annoncé la conclusion d'un partenariat, le premier éditera et distribuera The Sinking City, le nouveau jeu du second. Se déroulant en 1920 dans la ville imaginaire…

Publié le 17/08/2017

Bigben et Frogwares annoncent qu'un partenariat a été conclu entre les deux entreprises...

CONTENUS SPONSORISÉS