En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Le Kenya s'enfonce dans la crise après une présidentielle tronquée

| AFP | 459 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants face à un canon à eau de la police kenyane dans le bidonville de Kawangware à Nairobi le 27 octobre 2017
Des manifestants face à un canon à eau de la police kenyane dans le bidonville de Kawangware à Nairobi le 27 octobre 2017 ( MARCO LONGARI / AFP )

Une situation confuse et tendue régnait samedi au Kenya, où le sortant Uhuru Kenyatta était largement en tête de la présidentielle boycottée par l'opposition et marquée par une participation en berne et des violences meurtrières.

Dans les bastions de l'opposition kényane - bidonvilles de la capitale Nairobi et ouest du pays -, des violences ont encore éclaté vendredi soir. Elles ont fait au moins neuf morts depuis jeudi, selon un nouveau bilan.

Vendredi soir, un jeune homme a été tué par balle lors de l'intervention de la police à Homa Bay (ouest) après qu'un groupe de jeunes eut attaqué la résidence d'un responsable de la campagne d'Uhuru Kenyatta, a rapporté à l'AFP un responsable policier.

Ce nouveau décès porte à au moins 49 le nombre de morts depuis l'élection invalidée du 8 août, tuées pour la plupart dans la répression brutale des manifestations par la police.

Dans le bidonville de Kawangware à Nairobi, des heurts entre communautés - notamment entre l'ethnie kikuyu d'Uhuru Kenyatta, majoritaire dans le pays, et des jeunes Luo, la communauté du leader de l'opposition Raila Odinga - ont éclaté et des échoppes de commerçants kikuyu ont été incendiées.

Ces incidents ravivent le douloureux souvenir des violences ethniques qui avaient accompagné la présidentielle de fin 2007 (1.100 morts, 600.000 déplacés).

"Nous l'avons vu par le passé, ces incidents sporadiques violents peuvent se transformer en confrontation aux conséquences tragiques. Si aucune mesure n'est prise rapidement, il est probable qu'on se dirige vers cette situation", s'alarmait samedi The Daily Nation dans un éditorial.

- Scrutin reporté dans l'ouest -

Des échoppes ont été brûlées le 27 octobre 2017 dans le bidonville de Kawangware à Nairobi lors de manifestations de protestation contre le second tour de la présidentielle au Kenya
Des échoppes ont été brûlées le 27 octobre 2017 dans le bidonville de Kawangware à Nairobi lors de manifestations de protestation contre le second tour de la présidentielle au Kenya ( Marco LONGARI / AFP )

Face aux tensions de vendredi, la Commission électorale a décidé de reporter une nouvelle fois le scrutin dans l'ouest du pays, qui aurait dû s'y tenir samedi, évoquant "les vies en danger" du personnel électoral.

Dans quatre comtés de l'ouest (Homa Bay, Kisumu, Migori et Siaya), sur les 47 que compte le pays, la présidentielle de jeudi n'avait pas pu être organisée à cause d'une situation chaotique.

Selon un journaliste de l'AFP, la situation était revenue au calme samedi matin à Kisumu, troisième ville du pays et fief de l'opposition.

Ces mois de crise électorale ont mis en relief les frustrations et le sentiment de marginalisation d'une partie de la société kényane, notamment l'ethnie luo. Depuis l'indépendance du Kenya, en 1963, trois présidents sur quatre ont été kikuyu, ethnie qui domine également l'économie du pays.

Le scrutin de jeudi avait été organisé après un coup de théâtre, inédit en Afrique: l'annulation le 1er septembre par la justice de l'élection du 8 août, à l'issue de laquelle M. Kenyatta avait été proclamé vainqueur face à M. Odinga.

La Cour suprême avait justifié cette décision par des irrégularités dans la transmission des résultats, faisant peser la responsabilité de ce scrutin "ni transparent, ni vérifiable" sur la Commission électorale.

M. Odinga, 72 ans et trois fois candidat malheureux à la présidence (1997, 2007, 2013), avait fait pression pour obtenir une réforme de cette Commission, mais l'opposition a jugé insuffisants les changements récemment mis en œuvre.

Samedi, les opérations de compilation des résultats de la présidentielle se poursuivaient. Selon des résultats non officiels publiés par un des principaux quotidiens du pays, The Nation, M. Kenyatta obtiendrait 97% des voix, devant Raila Odinga qui en obtient moins d'un pour cent.

- Mascarade -

M. Odinga avait appelé ses partisans à boycotter ce qu'il qualifie de "mascarade" électorale, estimant que les conditions n'étaient absolument pas réunies pour la tenue d'un scrutin transparent. Mais des bulletins à son nom étaient disponibles dans les bureaux de vote.

Le très faible taux de participation, estimé à 35%, pose d'ores et déjà la question de la légitimité de M. Kenyatta. S'il est confirmé, ce taux serait, de loin, le plus bas depuis les premières élections multipartites dans le pays en 1992.

Outre le boycottage de l'opposition et les menaces contre les électeurs de M. Kenyatta, 56 ans, dans les bastions de M. Odinga, nombre de partisans traditionnels du président sortant ne se sont, semble-t-il, pas déplacés.

Un manque d'engouement qu'expliquent très probablement un ras-le-bol de l'électorat face aux turpitudes de la classe politique et à la gestion de cette interminable crise électorale.

La faible participation et le boycottage de l'opposition animent aussi les débats dans la presse sur la validité de l'élection, susceptible d'être contestée devant la Cour suprême.

M. Odinga a réitéré vendredi son appel à une campagne de désobéissance civile, afin, a-t-il dit, de contraindre le pouvoir en place à accepter l'organisation d'une nouvelle élection dans les 90 jours.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…