En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.37 PTS
+0.25 %
5 173.00
+0.29 %
SBF 120 PTS
4 104.60
+0.27 %
DAX PTS
11 354.95
+0.40 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.00 %
1.133
-0.02 %

Le gouvernement Merkel tangue à nouveau à propos des migrants

| AFP | 419 | Aucun vote sur cette news
La chancelière allemande Angela Merkel avant le début de la réunion hebdomadaire du gouvernement, à Berlin le 5 septembre 2018
La chancelière allemande Angela Merkel avant le début de la réunion hebdomadaire du gouvernement, à Berlin le 5 septembre 2018 ( John MACDOUGALL / AFP )

Les incidents de Chemnitz en Allemagne ont rallumé jeudi le conflit au sein du gouvernement autour de la politique migratoire, avec une passe d’armes entre la chancelière Angela Merkel et son ministre de l’Intérieur.

Deux mois seulement après avoir évité l'éclatement de sa coalition sur le sujet, la chancelière allemande au pouvoir depuis 2005, tenante d'une ligne modérée en Europe sur les réfugiés, se voit à nouveau fragilisée sur sa droite, au moment où se profilent des élections régionales très importantes en Bavière en octobre.

Le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, président du parti bavarois très conservateur CSU - en principe allié à celui de centre-droit d'Angela Merkel (CDU) - a de nouveau tiré à boulets rouge à la suite des manifestations et incidents qui se sont déroulés à Chemnitz.

"La question migratoire est la mère de tous les problèmes dans ce pays", a-t-il déclaré au quotidien régional Rheinische Post, ajoutant défendre cette position "depuis trois ans", à savoir depuis la décision d'Angela Merkel de laisser entrer plusieurs centaines de milliers de demandeurs d'asile en Allemagne.

Il a aussi pris la défense des manifestants à Chemnitz qui ont protesté après le meurtre à l'arme blanche d'un Allemand, dont sont soupçonnés plusieurs demandeurs d'asile. Le ministre a affirmé "qu'en tant que citoyen", il serait "aussi descendu dans les rues" de la ville.

Plusieurs rassemblements à l'appel de la droite ultra, organisés pour dénoncer la criminalité dont seraient responsables les migrants, et la politique migratoire d'Angela Merkel dans son ensemble, ont donné lieu à des échauffourées, faisant plusieurs blessés.

- Appel à la démission -

Peu après, Angela Merkel a pris ses distances avec son ministre. "La question migratoire nous pose des défis. Avec elle, il y a des problèmes mais aussi des succès", a-t-elle affirmé dans une interview à la chaîne de télévision RTL Allemagne.

Elle a estimé, à l'inverse de M. Seehofer, que les manifestations répétées de l'extrême droite à Chemnitz avaient été marquées par des "débordements qui ne sont pas tolérables, remplis de haine et visant des personnes". Elle faisait allusion à des agressions de migrants dans la rue ou des défilés de néonazis faisant le salut hitlérien.

Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer, issu de la CSU, lors d'une journée des parlementaires de son parti à Neuhardenberg le 5 septembre 2018.
Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer, issu de la CSU, lors d'une journée des parlementaires de son parti à Neuhardenberg le 5 septembre 2018. ( Ralf Hirschberger / dpa/AFP )

M. Seehofer a reçu le soutien du dirigeant du parti d'extrême droite, Alternative pour l'Allemagne (AfD) Alexander Gauland, à l'origine de la plupart des rassemblements de Chemnitz.

"Il a tout à fait raison dans son analyse", a-t-il commenté, tout en affirmant que "Seehofer se bat pour conquérir des voix" pour les élections régionales en Bavière du 14 octobre, où la CSU est menacée par la poussée de l'AfD et risque de perdre sa majorité absolue au parlement régional.

En revanche, le ministre a été vertement critiqué par les sociaux-démocrates, qui complètent la coalition gouvernementale tripartite d'Angela Merkel.

La présidente du parti, Andrea Nahles, a reproché au ministre bavarois de "ressusciter les conflits internes CDU/CSU que nous avons connus avant l'été".

Une autre cadre du parti, Natascha Kohnen, a elle demandé le départ de M. Seehofer: affirmer qu'il aurait manifesté en tant que citoyen à Chemnitz rend "intenable" selon elle son maintien au gouvernement.

La gauche radicale a, elle, ironisé sur le ministre "père de tous les problèmes liés au racisme".

- Sondages défavorables -

Des participants au concert
Des participants au concert "Nous sommes plus nombreux" contre "la haine" propagée par l'extrême droite, à Chemnitz (Allemagne) le 3 septembre 2018 ( John MACDOUGALL / AFP/Archives )

Depuis trois ans, Angela Merkel ne parvient pas à faire durablement baisser les tensions politiques autour de la questions migratoire en Allemagne, à l'origine d'une entrée en force de l'AfD à la chambre des députés il y a un an.

Début juillet, elle avait réussi in extremis à éviter l'éclatement de sa coalition gouvernementale déjà à cause d'un conflit avec son ministre de l'Intérieur qui réclamait le refoulement à la frontière des demandeurs d'asile déjà enregistrés dans un autre pays de l'UE.

Depuis, son gouvernement s'efforce de conclure des accords bilatéraux avec les pays européens sur ces reconduites. Avec des résultats mitigés. Jeudi, M. Seehofer a critiqué ce compromis qu'il avait pourtant accepté en juillet.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/02/2019

Le logo de la banque suisse UBS le 26 octobre 2018 à Zürich ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )Le géant bancaire suisse UBS, jugé pour "démarchage bancaire illégal" et "blanchiment aggravé…

Publié le 20/02/2019

Toutefois, des années 1820 à 1990, la révolution industrielle a permis à l’Europe de l’ouest puis aux États-Unis d’accroître graduellement leur production. La part du G7 dans le PIB…

Publié le 20/02/2019

Le ministre vénézuélien de la Défense Vladimir Padrino (à droite) prononce un discours à Caracas, le 19 février 2019 ( Yuri CORTEZ / AFP )Les militaires fidèles au président Nicolas…

Publié le 20/02/2019

Le journaliste et député La France insoumise (LFI) François Ruffin, à l'Assemblée nationale, le 19 février 2019 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )Le député de La France insoumise François Ruffin…

Publié le 20/02/2019

UBS vient d'être condamnée à payer une amende de 3,7 milliards d'euros pour démarchage bancaire illégal et blanchiment aggravé de fraude fiscale en...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2019

TF1 profite de la flambée de M6 pour s'adjuger 2% à 8,1 euros en début d'après-midi à Paris...

Publié le 20/02/2019

Etude de faisabilité...

Publié le 20/02/2019

Southwest Airlines sera plus touché que prévu par la fermeture partielle des administrations américaines (« shutdown »). Ainsi, la compagnie aérienne américaine anticipe un impact négatif de…

Publié le 20/02/2019

Plusieurs contrats signés

Publié le 20/02/2019

Amundi lance une nouvelle offre digitale à l'intention des dirigeants de TPE et PME : Fast'Amundi...