En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 863.53 PTS
-0.25 %
4 860.50
-0.27 %
SBF 120 PTS
3 879.08
-0.25 %
DAX PTS
11 151.16
-0.49 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.137
+0.10 %

Brésil : le gouvernement Bolsonaro en place, salué par la Bourse

| AFP | 410 | Aucun vote sur cette news
Le chef de l'Etat brésilien Jair Bolsonaro prononce un discours à l'occasion de l'entrée en fonctions du nouveau ministre de la Défense, le 2 janvier 2018 à Brasilia
Le chef de l'Etat brésilien Jair Bolsonaro prononce un discours à l'occasion de l'entrée en fonctions du nouveau ministre de la Défense, le 2 janvier 2018 à Brasilia ( Sergio LIMA / AFP )

Les ministres du gouvernement d'extrême droite de Jair Bolsonaro ont pris mercredi leurs fonctions, en ordre de bataille pour "remettre le Brésil debout" et avec la bénédiction de la Bourse de Sao Paulo qui a terminé la séance sur un record historique.

Le gouvernement a été resserré dans un souci d'efficacité (sept de moins que le précédent) mais est composé de personnalités en majorité inexpérimentées, ce qui n'a pas altéré l'optimisme des marchés qui attendent des mesures ultra-libérales.

Les ministres, parmi lesquels sept militaires à la retraite et seulement deux femmes, ont été intronisés au cours de cérémonies protocolaires, au lendemain de l'investiture en grande pompe du président Bolsonaro.

Mercredi, le chef de l'Etat ne s'est exprimé qu'à l'occasion de l'entrée dans ses fonctions du nouveau ministre de la Défense, signe de l'importance qu'il accorde aux questions militaires.

Le président brésilien Jair Bolsonaro, ceint de l'écharpe présidentielle, entouré de ses ministres, au palais du Planalto à Brasilia, le 1er janvier 2019
Le président brésilien Jair Bolsonaro, ceint de l'écharpe présidentielle, entouré de ses ministres, au palais du Planalto à Brasilia, le 1er janvier 2019 ( Sergio LIMA / AFP )

"Le peuple, dans sa grande majorité, veut de la hiérarchie, du respect, de l'ordre et du progrès", a affirmé le chef de l'Etat, citant la devise du Brésil, "Ordre et progrès".

Jair Bolsonaro, 63 ans, veut radicalement rompre avec l'ordre établi et le gouvernement devrait rapidement se mettre au travail pour faire prendre à la première puissance latino-américaine un virage qui s'annonce brutal tant sur le plan économique que sociétal ou diplomatique avec un réalignement total sur les Etats-Unis.

"Nous sommes face à un grand défi : remettre le Brésil debout", a déclaré mercredi Onyx Lorenzoni, le ministre de la Maison Civile - poste à mi-chemin entre Premier ministre et chef de cabinet.

"Nous surprendrons pas notre capacité à dialoguer. Le Congrès a besoin du dialogue et le président le sait", a-t-il ajouté, le parti gouvernemental, le Parti social libéral (PSL), minoritaire, n'étant pas en mesure de transformer le Brésil sans de nombreuses alliances politiques.

- "Réforme des retraites -

Poids lourd du gouvernement, Paul Guedes, le ministre ultra-libéral de l'Economie auquel revient un portefeuille très élargi, a déclaré pendant son investiture que "la réforme des retraites était le premier et le plus grand défi" du gouvernement.

Le gouvernement de Jair Bolsonaro
Le gouvernement de Jair Bolsonaro ( Nicolas RAMALLO / AFP )

Jair Bolsonaro n'avait pas soufflé mot pourtant la veille dans ses discours d'investiture de l'épineuse refonte d'un régime très coûteux pour l'Etat, réclamée avec insistance par les marchés.

Après l'intervention du ministre - qui a évoqué les "trois piliers" de sa politique : retraites, privatisations et réforme fiscale -, l'indice Ibovespa de la Bourse de Sao Paulo s'envolait, passant pour la première fois au-dessus du seuil des 90.000 points, à 91.012,32, un record historique, après une hausse de 3,56%.

Star du gouvernement, le ministre de la Justice, l'ex-juge anticorruption Sergio Moro, figure emblématique de l'enquête contre la corruption "Lavage express" effectuée de Curitiba (sud), s'est dit confiant de pouvoir lutter plus efficacement contre ce fléau.

Le président brésilien Jair Bolsonaro et sa ministre de l'Agriculture, représentante du puissant lobby de l'agronégoce, Tereza Cristina da Costa, le 1er janvier 2019 à Brasilia
Le président brésilien Jair Bolsonaro et sa ministre de l'Agriculture, représentante du puissant lobby de l'agronégoce, Tereza Cristina da Costa, le 1er janvier 2019 à Brasilia ( Isac NOBREGA / Brazilian Presidency/AFP )

"Un juge de Curitiba ne peut pas faire grand chose au sujet (des) politiques plus générales" nécessaires contre la corruption, "mais maintenant, au gouvernement, il se peut que ce soit différent", a-t-il avancé.

Dans la matinée, Jair Bolsonaro a rencontré le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, qui avait représenté le président Donald Trump à son investiture, l'occasion pour Brasilia de confirmer son réalignement sur Washington.

"Nous pensons qu'il y a une opportunité entre les présidents (Donald) Trump et Bolsonaro et nos deux équipes de créer une (relation) réellement transformée entre nos deux nations", a déclaré M. Pompeo.

"Les Etats-Unis sont prêts à travailler à vos côtés" sur le plan économique "mais aussi de la sécurité", a-t-il ajouté. Il a également évoqué une "opportunité de travailler ensemble contre les régimes autoritaires", allusion à Cuba et au Venezuela, et fait une référence voilée à la nécessité de freiner l'expansionnisme chinois.

La politique étrangère de Jair Bolsonaro sera très "trumpienne" : rejet du multilatéralisme, des régimes étrangers de gauche, rapprochement avec Israël, critique de la Chine ou climato-scepticisme.

ONG muselées?

Dès mardi, le président a pris une mesure très polémique : la question de la démarcation des terres indigènes - qu'il a jugées "surdimensionnées" - est dorénavant du ressort du ministère de l'Agriculture, dirigé par une représentante du puissant lobby de l'agronégoce, Tereza Cristina da Costa.

La première dame brésilienne, Michelle Bolsonaro, a supris le 1er janvier 2019 en prononçant un discours en langage des signes lors des cérémonies d'investitude de son mari
La première dame brésilienne, Michelle Bolsonaro, a supris le 1er janvier 2019 en prononçant un discours en langage des signes lors des cérémonies d'investitude de son mari ( EVARISTO SA / AFP )

Autre sujet de controverse, une ordonnance publiée mercredi stipule que le gouvernement pourra "superviser, coordonner, surveiller" les ONG, ce qui a suscité l'inquiétude de nombre d'entre elles, qui craignent d'être muselées.

Un "Conseil de gouvernement" se réunira tous les mardis en présence de Jair Bolsonaro et de son vice-président, le général à la retraite Hamilton Mourao.

Un strict code de conduite a aussi été édicté pour éviter les risques de népotisme, la corruption ayant totalement décrédibilisé les précédents gouvernements brésiliens, de gauche et de centre droit.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

AccorHotels a fait part vendredi soir des résultats préliminaires de l’offre publique d’achat lancée le 26 novembre dernier pour l’acquisition des 21,8 millions de titres du groupe polonais…

Publié le 21/01/2019

Le Conseil d’administration de Renault devrait choisir cette semaine une nouvelle direction, l’incarcération au Japon de son PDG Carlos Ghosn ayant été prolongée, indique Reuters citant des…

Publié le 21/01/2019

Bruxelles va bloquer le projet de rapprochement entre Alstom et Siemens Mobility, qui aurait créé un champion européen du ferroviaire, a appris Reuters auprès de sources proches du dossier. Les…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Casino a annoncé avoir conclu des promesses en vue de la cession de 6 hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour une valorisation des murs et fonds totale de 100,5 millions d’euros.…

Publié le 21/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que FinancièreArbevel ont annoncé…