En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 505.04 PTS
+0.47 %
5 501.00
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 402.44
+0.36 %
DAX PTS
12 370.66
-0.03 %
Dowjones PTS
26 552.54
+0.23 %
7 599.25
+0.48 %
1.174
-0.17 %

Le fossé démographique se creuse entre l'est et l'ouest de l'Europe

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
Dans leur quasi-totalité, les anciens pays de l'Est ont enregistré plus de décès que de naissances sur la période entre 1990 et 2017
Dans leur quasi-totalité, les anciens pays de l'Est ont enregistré plus de décès que de naissances sur la période entre 1990 et 2017 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Le fossé démographique s'est creusé en Europe depuis la chute du Rideau de fer, les anciens pays de l'Est ayant perdu jusqu'à un quart de leur population tandis que le solde est largement positif à l'ouest, selon une étude autrichienne parue vendredi, qui souligne l'impact déterminant du facteur migratoire.

"Alors que les taux de fertilité dans l'est de l'Europe ne se distinguent plus de façon nette de ceux de l'ouest, ce sont les mouvements de population qui divisent le continent en deux", souligne Tomas Sobotka, chercheur à l'Académie autrichienne des sciences (ÖAW) qui a piloté cette étude.

Alors que la population a progressé de 12% entre 1990 et 2017 dans les quinze plus anciens Etats membres de l'UE, des pays occidentaux riches, elle a baissé de 7% en moyenne dans les 13 nouveaux Etats membres, plus pauvres.

Dans leur quasi-totalité, les anciens pays de l'Est, membres ou non de l'UE, ont enregistré un solde naturel (différence entre les naissances et les décès) négatif sur la période.

Mais c'est le solde migratoire qui y explique pour la plus grande partie le recul de population, qui a atteint 27% en Lettonie, 23% en Lituanie, 22% en Bosnie-Herzégovine, 19% en Bulgarie, 15% en Roumanie et 13% en Croatie.

A l'inverse, la majorité des pays d'Europe occidentale ont enregistré à la fois un solde naturel positif et un important afflux migratoire.

Ce dernier facteur explique de façon déterminante l'augmentation de la population en Suisse (hausse de 26%), en Espagne (20%), en Autriche (15%), en Belgique (14%), en Italie (7%) et en Grèce (6%).

Deux pays font toutefois exception: l'Irlande et la France, où le solde naturel, favorisé par une forte fertilité, a davantage contribué à la croissance démographique que le solde migratoire. La hausse de population a atteint 36% en Irlande, un record, et 18% en France.

Egalement atypique à l'Ouest, l'Allemagne n'a vu sa population augmenter que de 4% depuis 1990: alors que le solde naturel y a été négatif, le solde migratoire y est resté nettement inférieur à la moyenne des autres pays d'Europe occidentale, malgré l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015.

De la même façon, à l'Est, la Russie a pu limiter son recul démographique à 1%, le solde migratoire compensant en grande partie un solde naturel en recul de 10%.

Mais alors que l'Europe à 28 a vu sa population augmenter de 8% à plus de 510 millions d'habitants, la population active n'y représente que 246 millions de personnes et ce chiffre "pourrait stagner, voire baisser dans les prochaines années", selon l'ÖAW, qui pointe une "tendance fondamentale" au vieillissement de la population sur le continent.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

Plus de 180 appareils seraient concernés pour un total de plus de 18 milliards de dollars...

Publié le 26/09/2018

Orpea progresse gentiment de 0,40% à 113,85 euros, dans le sillage de ses résultats semestriels. Une évolution un peu à l’image de la note qu’Oddo BHF consacre au gestionnaire de maisons de…

Publié le 26/09/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 26/09/2018

Le résultat net part du groupe de Rothschild & Co a bondi de 66% à 161 millions d’euros au premier semestre et son résultat d’exploitation de 20% à 261 millions d’euros. Les revenus du…

Publié le 26/09/2018

Stratégie bien huilée