En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 024.26 PTS
+0.88 %
5 994.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 743.30
+0.77 %
DAX PTS
13 576.68
+1.41 %
Dow Jones PTS
28 989.73
-0.58 %
9 141.47
-0.82 %
1.102
+0. %

"Le fleuve a tout emporté": quand le Brahmapoutre dévore la terre

| AFP | 392 | 3.50 par 2 internautes
Des villageois sur les berges du fleuve Brahmapoutre près de l'île de Majuli dans l'Etat indien d'Assam (nord-est) le 17 septembre 2019
Des villageois sur les berges du fleuve Brahmapoutre près de l'île de Majuli dans l'Etat indien d'Assam (nord-est) le 17 septembre 2019 ( DIPTENDU DUTTA / AFP )

Les flots du Brahmapoutre ont déjà englouti le village de Nandiram Payeng et leur voracité ne s'arrêtera pas là, tant le réchauffement climatique et les erreurs humaines rendent de plus en plus dévastateur ce puissant fleuve traversant la Chine, l'Inde et le Bangladesh.

En 2007, Nandiram Payeng, paysan du nord-est de l'Inde, et 10.000 autres familles ont dû abandonner au fleuve leurs habitations. Le Brahmapoutre avait mangé près de la moitié de la surface de l'île fluviale de Majuli, presque 500 km2. Et dans une vingtaine d'années, le reste de cette île sablonneuse au patrimoine culturel exceptionnel pourrait disparaître sous la surface des eaux du grand fleuve sacré.

"Nous vivions satisfaits et heureux. Nous avions nos maisons, fermes et bétail dans notre village. Mais en 2007 le fleuve a tout emporté", se souvient Nandiram Payeng, qui survit désormais dans un cahute sur pilotis en bordure d'une route.

"Désormais nous cultivons des champs qui appartiennent à d'autres et nous devons leur donner la moitié de la récolte", explique à l'AFP ce veuf de 55 ans au visage ridé par le soleil.

Craint et révéré par les millions de personnes qui vivent le long de son parcours de 2.900 kilomètres, le Brahmapoutre prend source au Tibet, et file vers les plaines du nord-est de l’Inde en longeant la chaîne de l'Himalaya, avant de se déverser dans le golfe du Bengale.

Le fleuve, dont la largeur atteint par endroits 20 km, est essentiel au mode de vie des habitants de la région. Mais chaque année, les violentes pluies de mousson le poussent hors de son lit, provoquant d'immenses inondations qui ravagent toujours plus de cultures et villages.

- Fonte de glaciers –

Le Brahmapoutre
Le Brahmapoutre ( / AFP )

Nommé dans sa partie indienne "fils de Brahma" – l'un des plus grands dieux hindous –, le fleuve est sacré pour les Indiens. Ses riverains y déposent des bougies en terre cuite et des fleurs au fil de l'eau pour l'apaiser.

L’île de sable, marais et forêts de Majuli abrite un patrimoine culturel exceptionnel. Ici ont été fondés des monastères hindous hors du commun, des "satra", datant du XVIe siècle.

Les 170.000 habitants de Majuli, principalement des populations de l'ethnie Mishing, ont de longue date déplacé leurs huttes de bambous vers des zones plus élevées, emportant avec eux chèvres, cochons et poulets.

"Nous avons appris à vivre avec le fleuve. Nous ne pouvons pas le combattre, donc il vaut mieux être ami avec lui", explique Sunil Mili, un cultivateur de riz et graines de moutarde. À proximité de ses champs, le fleuve s'écoule imperturbable, couleur limon.

Nandiram Payeng coupe du bois sur l'île de Majuli dans l'Etat indien d'Assam (nord-est) le 17 septembre 2019
Nandiram Payeng coupe du bois sur l'île de Majuli dans l'Etat indien d'Assam (nord-est) le 17 septembre 2019 ( DIPTENDU DUTTA / AFP )

Selon les experts, la puissance grandissante du Brahmapoutre est nourrie par la fonte des glaciers himalayens, dont les deux tiers pourraient avoir disparu d'ici à 2100 selon une étude scientifique. Les moussons sont, dans le même temps, de plus en plus imprévisibles.

"Chaque année le Brahmapoutre grossit. Il perd de la profondeur et s'étend. Il attaque nos rives et érode notre terre continuellement", observe Mitu Khatamiar, un journaliste local.

D'une surface de 1.250 kilomètres carrés en 1890, Majuli ne mesure plus qu'environ 515 kilomètres carrés, même si les habitants tentent de regagner du terrain à l’aide de sacs de sable.

"En 1950, il y avait 210 villages. Aujourd'hui il en reste 141", explique à l'AFP Ajit Sarma, un responsable local, craignant que l’île n'ait complètement disparu dans 20 ans, en dépit des efforts des habitants.

Digues

Des centaines de millions d'euros ont été investis pour construire des milliers de kilomètres de digues de le long de ses berges, selon l'expert en fleuves Himanshu Thakkar.

Mais ces infrastructures destinées à contenir ses débordements l'ont rendu plus dangereux, en renforçant son débit.

Des villageois sur le fleuve Brahmapoutre près de l'île de Majuli dans l'Etat indien d'Assam (nord-est) le 17 septembre 2019
Des villageois sur le fleuve Brahmapoutre près de l'île de Majuli dans l'Etat indien d'Assam (nord-est) le 17 septembre 2019 ( DIPTENDU DUTTA / AFP )

"Lorsque vous construisez des digues, vous forcez le fleuve à couler dans un espace contraint. Vous transférez en réalité les inondations en aval – et vous les rendez plus rapides", explique l'expert.

"Le Brahmapoutre est un cours d'eau sujet aux inondations mais nous aggravons la situation en raison des nombreuses activités humaines, sans comprendre leur incidence sur le fleuve", dénonce-t-il.

Face à cette situation, Sunil Mili, le cultivateur de graines de moutarde, ne peut que placer sa foi en une force supérieure.

"Nous aimons le fleuve mais nous savons qu'un jour il dévorera toute notre terre", déclare-t-il. "Tout ce que nous pouvons faire, c'est prier pour que le Brahmapoutre se montre clément et que nous puissions vivre en harmonie comme les générations avant nous."

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Au 1er février 2020, les tarifs réglementés hors taxe d'Engie baissent de 3,3% par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er janvier 2020...

Publié le 24/01/2020

METabolic EXplorer a fait le point vendredi soir sur le litige lié à l'abandon de son projet en Malaisie en 2014. Ainsi, la Cour d'Appel de Douai a rendu le 23 janvier 2020 un arrêt aux termes…

Publié le 24/01/2020

Le titre Alstom gagnait finalement 1,4% en clôture ce vendredi à 47,12 euros, Bloomberg ayant indiqué que Bombardier aurait eu des discussions...

Publié le 24/01/2020

L’Olympique Lyonnais a annoncé le transfert de l’attaquant international zimbabwéen Tino Kadewere, en provenance du Havre AC, pour un montant de 12 millions d’euros, auquel pourra s’ajouter…

Publié le 24/01/2020

À l'issue de l'offre publique d'achat simplifiée initiée par Coyote System visant les actions de la société Traqueur non détenues par lui, au prix...