En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Le décrochage scolaire recule, mais l'effort doit porter sur la prévention

| AFP | 273 | Aucun vote sur cette news
Le taux annuel de sortants sans diplôme (en ne tenant pas compte du brevet des collèges), a baissé de 3 points entre 2011 et 2015, pour atteindre 13%
Le taux annuel de sortants sans diplôme (en ne tenant pas compte du brevet des collèges), a baissé de 3 points entre 2011 et 2015, pour atteindre 13% ( MARTIN BUREAU / AFP/Archives )

Le décrochage scolaire a reculé nettement en France mais reste un phénomène préoccupant et coûteux, qui nécessite de mettre l'accent sur des politiques de prévention, selon un rapport publié vendredi.

Si quelque 100.000 jeunes sortent encore chaque année du système éducatif français sans aucun diplôme, le décrochage scolaire recule nettement en France, comme en Europe, depuis la fin des années 2000. C'est le constat du Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), qui a analysé différents indicateurs.

Ainsi, le taux annuel de sortants français sans diplôme (en ne tenant pas compte du brevet, passé en fin de classe de 3ème), a baissé de 3 points entre 2011 et 2015, pour atteindre 13%.

Autre indicateur: la part des jeunes de 18 à 24 ans n'ayant pas suivi de formation au cours des quatre dernières semaines et n'étant pas diplômés est elle aussi en diminution (12,8% en 2007, 8,8% en 2016).

C'est une "bonne nouvelle", a commenté la présidente de cette instance indépendante d'évaluation, Nathalie Mons.

Mais les jeunes "décrocheurs" restent encore nombreux. Et rencontrent généralement de graves difficultés d'insertion professionnelle.

En outre, le décrochage coûte cher à la société: selon la Cour des comptes, il absorbe 35% des financements publics en faveur des jeunes de 16 à 25 ans.

Plusieurs facteurs le favorisent, "les difficultés précoces d'apprentissage" étant le plus important, selon Pierre-Yves Bernard, maître de conférence en sciences de l'éducation à Rennes.

D'autres éléments entrent en jeu, comme le milieu social, le climat de l'école "plus ou moins favorable au bien-être des élèves", la non-mixité sociale des élèves dans un établissement...

Le sexe apparaît aussi comme une caractéristique déterminante: en France, 10,1% des garçons de 18 à 24 ans sortent précocement du système scolaire, contre 7,5% des filles.

- "Sentiment d'appartenance" -

Plusieurs enquêtes analysées par le Cnesco indiquent "un lien extrêmement fort entre le taux d'absentéisme à l'école" et le décrochage.

Ainsi, selon une étude menée aux Etats-Unis, les élèves qui décrochent au lycée ont en moyenne 16 fois plus d'absences au collège que leurs camarades qui sont allés jusqu'au diplôme, et 33 fois plus au lycée.

Les enquêtes soulignent sur ce point l'impact de l'environnement scolaire: dans un établissement où l'absentéisme est élevé, le jeune court 1,5 fois plus le risque de "sécher" les cours.

Pour lutter contre le décrochage, les politiques publiques se sont beaucoup attachées à trouver des solutions aux jeunes ayant déjà décroché, via les missions locales pour l'insertion des jeunes, devenues les principaux lieux d'accueil de la jeunesse en difficulté, ou les écoles de la seconde chance.

"Il existe un mille-feuilles de dispositifs, il est temps d'en faire une analyse rigoureuse", plaide Nathalie Mons. "Il faut pouvoir proposer des solutions au plus vite à un jeune sorti du système, les délais sont parfois très longs".

Depuis une dizaines d'années, se développent aussi des politiques de prévention et d'intervention, pour aider les jeunes dès qu'apparaissent les premiers signes d'un possible décrochage et "traiter à la racine les problèmes qui pourraient entraîner un abandon précoce". "Il faut aujourd'hui mettre l'accent sur ces politiques", préconise le Cnesco.

L'organisme recommande notamment de donner les moyens aux établissements "à risque" d'identifier les premiers signaux, et d'impliquer les familles dès qu'ils se manifestent.

"Chaque établissement doit travailler à favoriser un bon climat scolaire, qui renforce le sentiment d'appartenance du jeune", et permet de diminuer significativement le risque d'absentéisme, prône aussi Pierre-Yves Bernard.

Or en France, seuls 40% des élèves français déclarent un sentiment d'appartenance à leur établissement, contre 73% en moyenne pour les pays de l'OCDE.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…