En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 438.27 PTS
+0. %
4 351.50
-1.93 %
SBF 120 PTS
3 492.60
-
DAX PTS
10 356.70
-
Dow Jones PTS
22 653.86
-0.12 %
8 049.31
+0. %

Le coronavirus va plonger la France dans la récession, des nationalisations envisagées

| AFP | 2400 | 4.29 par 7 internautes
Bruno Le Maire à Paris le 9 mars 2020
Bruno Le Maire à Paris le 9 mars 2020 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Le gouvernement a déclaré "la guerre économique" au coronavirus et n'exclut pas de nationaliser certaines grandes entreprises en danger dans une économie française qui va tomber en récession, avec des Français confinés et des entreprises au bord de la faillite.

Cette "guerre économique et financière (...) elle sera durable, elle sera violente, elle doit mobiliser toutes nos forces", a martelé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur RTL, au lendemain de la déclaration de "guerre" d'Emmanuel Macron contre le Covid-19.

Le président de la République a instauré des restrictions strictes de déplacement pour la population, qui vont encore augmenter l'impact de l'épidémie sur l'économie, alors que de nombreuses entreprises sont déjà au bord de l'asphyxie.

"La guerre sanitaire, j'espère que c'est une affaire de semaines. La guerre économique et financière, c'est une affaire de mois. Il faudra donc du temps pour faire redémarrer l'économie, pour lui redonner toute sa puissance", a encore souligné Bruno Le Maire.

Coronavirus : les annonces de Macron
Coronavirus : les annonces de Macron ( Bruno KALOUAZ / AFP )

En attendant, la France va plonger dans la récession cette année, a prévenu le ministre, avec un PIB attendu en recul de 1% en 2020, loin de la croissance de 1,3% prévue par le gouvernement avant l'apparition du virus.

Mais il a insisté sur le fait que cette prévision était "provisoire", en fonction "de l'évolution de l'épidémie dans les semaines à venir et de notre capacité à surmonter cette crise".

"Nationalisation si nécessaire"

Pour limiter les dégâts, notamment des faillites en cascade d'entreprises, trop fragiles pour encaisser un arrêt total de leur activité pendant des semaines, le gouvernement va dégainer un arsenal immédiat de 45 milliards d'euros.

L'essentiel - 32 milliards d'euros - passera en report ou annulation de charges sociales et fiscales, déjà en place depuis plusieurs jours.

"Notre objectif est de faire en sorte que le tissu économique et que le tissu productif français puissent surmonter cette crise", a observé le Premier ministre Edouard Philippe sur France 2. "Si l'entreprise meurt, quand la crise sera passée - et elle passera - alors il n'y aura plus personne pour repartir".

Les dispositions de chômage partiel pour les salariés contraints de cesser de travailler coûteront 8,5 milliards d'euros sur 2 mois, a précisé Bruno Le Maire lors d'une conférence téléphonique avec la presse.

Tarmac à CDG le 27 juin 2019
Tarmac à CDG le 27 juin 2019 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

"Tous les moyens" à disposition seront utilisés "pour protéger les grandes entreprises françaises, a affirmé le ministre, y compris des opérations de prise de participations et même de "nationalisation si nécessaire".

Certains groupes, à l'image d'Air France-KLM, vivent un supplice en Bourse et ont vu leur capitalisation fondre en quelques jours. "On sait que dans les transports aériens il va y avoir beaucoup d'entreprises qui vont avoir beaucoup de mal à passer cette crise, et l'Etat, la France, le gouvernement est prêt à aider", a déclaré Edouard Philippe mardi soir.

La désorganisation des chaînes de production du fait des mesures de confinement conduit de plus en plus d'entreprises à réduire ou même à suspendre complètement leur production pour abaisser leurs coûts.

Renault, PSA, Michelin, ont ainsi annoncé la fermeture de leurs usines en France et Airbus a suspendu sa production dans le pays et en Espagne pendant quatre jours.

"Solidarité"

Lundi soir, Emmanuel Macron avait déjà annoncé que l'Etat allait garantir à hauteur de 300 milliards d'euros les prêts bancaires contractés par les entreprises auprès des banques.

Pour les petites entreprises comme pour les micro-entrepreneurs et les travailleurs indépendants, Bruno Le Maire a détaillé l'action du "fonds de solidarité", annoncé la semaine dernière. Doté de 2 milliards d'euros, il soutiendra ceux qui "ont perdu, entre mars 2019 et mars 2020, 70% de leur chiffre d'affaires".

Le président de l'organisation nationale des Chambres de commerce et d'industrie CCI France, Pierre Goguet, a salué dans un communiqué "un plan massif (...) qu'il était impérieux de mettre en place".

Conséquence logique de cette mobilisation d'ampleur: la dette publique dépassera la barre des 100% du PIB cette année, a prévenu Bruno Le Maire.

Plombé par le recul de l'activité et les dépenses de soutien aux entreprises, le déficit public devrait lui grimper à 3,9% du PIB selon les prévisions du gouvernement, a annoncé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin aux Echos. Avant l'épidémie, le gouvernement comptait le ramener à 2,2% du PIB après 3,1% l'an dernier.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
7 avis
Note moyenne : 4.29
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/04/2020

Signature d'un contrat d'ORNAN assorties de BSA de 10 MEUR avec YorkvilleAdvisors, sous réserve de l'approbation de l'AGE du 24 avril 2020Dardilly, 8...

Publié le 08/04/2020

En raison de la pandémie de coronaivrus, Klépierre tiendra exceptionnellement son Assemblée générale annuelle à son siège social et à huis clos le 30 avril prochain. Par ailleurs, la foncière…

Publié le 08/04/2020

En raison de la pandémie de COVID-19, Unibail-Rodamco-Westfield a mis en place des mesures d'activité partielles dans différents pays pour protéger...

Publié le 08/04/2020

Eramet renonce à la construction de son usine de production de lithium en Argentine...

Publié le 08/04/2020

Compte tenu de la crise du Covid-19, Eurazeo a décidé de supprimer son dividende 2019. Ce dernier se montait à 1, 50 euro par action, en hausse de 20 % par rapport à 2018. « Afin de fidéliser…