En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 381.72 PTS
-0.65 %
5 387.50
-0.54 %
SBF 120 PTS
4 314.98
-0.47 %
DAX PTS
12 644.66
-0.33 %
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.165
+0.05 %

Le Conseil d'Etat valide l'arrêt des soins d'une adolescente en état végétatif

| AFP | 265 | Aucun vote sur cette news
Le Conseil d'Etat
Le Conseil d'Etat "juge qu’en l’état de la science médicale, la poursuite des traitements est susceptible de caractériser une obstination déraisonnable" ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Le Conseil d’État a validé vendredi l'arrêt des traitements d'Inès, une adolescente de 14 ans en état végétatif depuis juin, que les médecins de l'hôpital de Nancy souhaitent laisser mourir contre l'avis de ses parents.

Les parents d'Inès ont aussitôt décidé de déposer un recours devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). "Ils vont aller à la CEDH en suivant une procédure d'urgence. La requête sera déposée dans les jours à venir et les médecins en seront informés", a déclaré à l'AFP leur avocat, Abdelbaki Bouzidi.

"Les parents sont effondrés. Ils sont partis à l'hôpital voir leur enfant dès qu'ils ont eu connaissance" de la décision, a ajouté l'avocat.

A l'audience, le 28 décembre, la mère d'Inès avait expliqué que, selon ses convictions religieuses, donner son accord à la décision des médecins serait "un crime".

Le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative, a rejeté vendredi leur appel. Le juge des référés, saisi en urgence, a estimé que la décision des médecins "répond aux exigences prévues par la loi et il a en conséquence rejeté l'appel des parents", a déclaré le porte-parole du Conseil d’État, Xavier Domino, lors d'un point presse.

"Il appartient donc désormais au médecin en charge de l'enfant d'apprécier si et dans quel délai la décision d'arrêt de traitement doit être exécutée", a poursuivi le porte-parole.

Atteinte d'une maladie neuromusculaire auto-immune, Inès est hospitalisée depuis juin au CHRU de Nancy à la suite d'une crise cardiaque. Après des soins, les médecins avaient jugé son cas sans espoir et lancé une procédure visant à l'arrêt des traitements, conformément à la loi de 2016 sur la fin de vie.

Le père et la mère de l'adolescente ont saisi en urgence le Conseil d’État pour s'opposer à la décision du tribunal administratif de Nancy qui, le 7 décembre, a validé l'avis exprimé fin juillet par les médecins.

- 'Pronostic catastrophique' -

Le Conseil d’État a rappelé vendredi que, "selon le rapport des trois médecins experts rendu à la demande du tribunal administratif de Nancy, le pronostic neurologique de l'enfant est +catastrophique+ et qu'elle se trouve dans un état végétatif persistant, incapable de communiquer avec son entourage, le caractère irréversible des lésions neurologiques étant certain dans l'état actuel de la science".

En conséquence, "il juge qu'en l'état de la science médicale, la poursuite des traitements est susceptible de caractériser une obstination déraisonnable".

"Il n'est pas certain qu'elle ne puisse pas se réveiller. Son père, sa soeur, son frère sont contre, on ne peut passer outre l'accord des parents", avait dit la mère à l'audience devant le Conseil d’État.

"Elle estime qu'ayant l'autorité parentale, c'est à elle de prendre une décision pour Inès, et non au corps médical", a redit vendredi Me Bouzidi.

Le Conseil d’État a déjà été amené à se prononcer sur le dossier sensible de la fin de vie. Le cas le plus célèbre est celui du tétraplégique Vincent Lambert, au centre de batailles judiciaires depuis près de dix ans. Ses parents avaient eux aussi saisi la CEDH, en 2014, après une décision du Conseil d’État favorable à l'arrêt des soins.

Autre cas, en mars : le Conseil d’État a ordonné la poursuite des traitements d'un bébé de 15 mois lourdement handicapé, contre l'avis des médecins.

La décision concernant Inès peut-elle faire jurisprudence ? "Chaque décision sur un arrêt de traitement concerne une situation particulière, un patient particulier avec à chaque fois des éléments médicaux et non médicaux qu'il faut prendre en compte", a expliqué Xavier Domino. "C'est donc une décision qui concerne cette situation particulière", a-t-il souligné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/07/2018

Image tirée d'une vidéo fournie le 19 juillet 2018 par le comté de Stone montrant des équipes de secours intervenant après le chavirage d'un bateau sur un lac dans le Missouri ( Handout /…

Publié le 20/07/2018

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 18 juillet 2018 ( Nicholas Kamm / AFP/Archives )Chine, Union européenne, Mexique et Canada, Japon... L'administration…

Publié le 19/07/2018

Installation du nouveau panneau de limitation de vitesse à 80 km/h sur une route de l'est de la France, le 29 juin 2018 à Wittenheim ( SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives )Le Conseil d’État a…

Publié le 19/07/2018

Trevor Noah le 4 juin 2018 à New York ( Theo Wargo / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )Une boutade qui finit par provoquer un débat identitaire: l'animateur de l'une des émissions phare…

Publié le 19/07/2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu assiste à une session du Parlement avant le vote d'une loi controversée le 18 juillet 2018 à Jérusalem ( Marc Israel Sellem / AFP )Le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Les marchés européens évoluent proches de l’équilibre. La prudence domine alors que le yuan a touché un plus bas depuis un an contre le dollar. Les investisseurs s’inquiètent que…

Publié le 20/07/2018

Boiron est malmené à la mi-journée à Paris, en retrait de 4,3% à 69,7 euros...

Publié le 20/07/2018

Le groupe à la pomme capitalise près de 950 Mds$ avant les comptes

Publié le 20/07/2018

L'histoire pourrait s'accélérer prochainement

Publié le 20/07/2018

En hausse de 2,4% à 118,40 euros, Rémy Cointreau signe la plus forte progression du SBF 120, soutenu par l'annonce d'un ralentissement moins marqué que prévu de sa croissance organique au premier…