5 176.61 PTS
+0.00 %
5 159.50
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 136.55
+0.73 %
DAX PTS
12 263.86
+0.71 %
Dowjones PTS
22 024.87
+0.12 %
5 917.42
+0.16 %
Nikkei PTS
19 729.28
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le Congrès commence à interroger le premier cercle de Trump sur la Russie

| AFP | 176 | Aucun vote sur cette news
Le Haut conseiller du président des Etats-Unis, Jared Kushner à la Maison Blanche le 24 juillet 2017
Le Haut conseiller du président des Etats-Unis, Jared Kushner à la Maison Blanche le 24 juillet 2017 ( YURI GRIPAS / AFP )

Le Congrès américain a commencé à interroger lundi Jared Kushner, gendre et très proche conseiller de Donald Trump, sur ses liens avec la Russie avant et après l'élection présidentielle de 2016, mais les séances restent, pour l'instant, à huis clos.

Après plus de deux heures devant la commission du Renseignement du Sénat lundi, Jared Kushner se rendra mardi devant la commission équivalente de la Chambre des représentants, qui enquête pour déterminer si la campagne russe présumée de désinformation et de piratage contre Hillary Clinton a reçu des appuis au sein de l'équipe Trump.

Le mari de la fille du président Ivanka, premier de la garde rapprochée du milliardaire à s'expliquer devant les parlementaires, a nié en bloc la moindre connivence.

"Tous mes actes ont été appropriés, dans le cadre normal d'une campagne sans équivalent", a déclaré le conseiller, habituellement muet en public, devant les caméras à son retour à la Maison Blanche.

"Je n'ai pas commis de collusion avec la Russie, et je ne connais personne au sein de l'équipe de campagne qui l'ait fait. Je n'ai eu aucun contact inapproprié", a-t-il répété.

Il avait auparavant publié une déclaration écrite de onze pages à l'attention du Congrès détaillant ses rencontres et interactions avec plusieurs Russes l'an dernier.

Jared Kushner confirme qu'il a bien vu l'ambassadeur russe aux Etats-Unis deux fois ainsi qu'un grand banquier proche de Vladimir Poutine, Sergueï Gorkov, à sa demande. Il se souvient aussi d'avoir participé quelques minutes à une étrange réunion avec une avocate russe organisée par son beau-frère, Donald Trump Jr., en juin 2016. Quatre rencontres au total.

Mais il replace ces réunions dans le contexte de milliers de rendez-vous, coups de fils et messages échangés dans une période frénétique.

- Un fils Trump aussi -

Il raconte que son beau-père lui a demandé d'être le point de contact de la campagne pour les gouvernements étrangers et qu'à ce titre, il a eu plus d'une centaine de contacts avec des responsables de plus de 20 pays avant et après l'élection.

Et jamais, assure-t-il, la question des sanctions américaines contre Moscou n'a été évoquée. Son message, à chaque fois, a été de proposer un nouveau départ dans la relation bilatérale.

"Je n'ai pas eu de contacts inappropriés. Je ne dépendais pas de fonds russes pour financer mes affaires dans le secteur privé", martèle aussi M. Kushner.

Une phrase "à l'évidence élaborée par un avocat malin tentant de protéger son client", a ironisé le sénateur démocrate Ron Wyden, qui affirme que Jared Kushner joue sur les mots et n'a pas tout dit sur ses liens financiers avec des personnes et entités liées à la Russie.

"Les déclarations de M. Kushner n'ont que peu de poids, étant donné son refus de témoigner en public et sous serment", a aussi tancé l'élu démocrate Raul Grijalva.

Jared Kushner n'est pas le seul à intéresser les élus, dont les enquêtes s'ajoutent à celle du procureur spécial Robert Mueller.

Le fils aîné du milliardaire, Donald Jr., est actuellement en négociation avec le Congrès pour donner sa version des faits. Pour l'instant, il a réussi à éviter une audition publique, mais c'est l'objectif de nombreux parlementaires, démocrates comme républicains.

Il lui est reproché d'avoir invité à la Trump Tower l'avocate russe Natalia Veselnitskaya. Elle lui avait été présentée par un intermédiaire comme porteuse d'informations compromettantes du gouvernement russe sur Hillary Clinton - bien qu'à la fin, elle n'ait apparemment pas été en possession de telles informations.

Paul Manafort, ancien chef de la campagne, est également appelé à témoigner, mais aucune date n'a encore été négociée.

"Des assignations seront sans doute nécessaires pour forcer Trump Jr. et Paul Manafort à témoigner", a averti le démocrate Richard Blumenthal, membre de la commission de la Justice, lundi sur MSNBC.

La "chasse aux sorcières" dénoncée par Donald Trump se poursuit donc malgré ses admonestations. Il a tweeté lundi que les commissions feraient mieux d'enquêter sur Hillary Clinton.

Mais au Congrès, les élus n'ont aucune tolérance pour la Russie. Mardi, la Chambre votera ainsi pour imposer un nouveau train de sanctions contre Moscou.

Pendant ce temps, le président a continué de critiquer son ministre de la Justice, Jeff Sessions, auquel il a reproché la semaine dernière de s'être récusé dans l'enquête sur l'affaire russe. Lundi matin, il a même évoqué un ministre "assiégé" dans un tweet.

Le Washington Post a affirmé lundi soir que cet ancien soutien de la première heure pourrait être renvoyé, et des noms circulent déjà pour le remplacer comme le sénateur texan Ted Cruz ou l'ancien maire de New York Rudy Giuliani.

Le site Axios a affirmé que M. Trump envisageait de nommer M. Giuliani à la place de M. Sessions.

Mais M. Giuliani a démenti cette information et a déclaré que M. Sessions avait pris "la bonne décision" lorsqu'il s'était récusé, selon la chaîne de télévision CNN.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 07/06/2017

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 6 juin 2017 à Washington ( NICHOLAS KAMM / AFP )Deux chefs du renseignement américain ont affirmé au Congrès mercredi ne jamais…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2017

Global EcoPower, constructeur de centrales de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables, confirme la distribution d’actions gratuites à tous les actionnaires, à raison de…

Publié le 16/08/2017

A 11h00 en zone euroInflation définitive de juillet.Balance commerciale de juin.13h30 en zone euroCompte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCEA 14h30 aux Etats-UnisIndice…

Publié le 16/08/2017

L'attribution gratuite concernera toutes les actions détenues à la clôture de la séance du 23 août

Publié le 16/08/2017

L'accord, conclu avec un acteur chinois majeur des Telecom & Media, s'accompagne d'une prise de participation minoritaire au capital de myDevices pour un montant de 3,5 millions de dollars

Publié le 16/08/2017

Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social     16 août 2017     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ; Mnémo :…

CONTENUS SPONSORISÉS