En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 385.46 PTS
+0.50 %
5 334.0
+0.68 %
SBF 120 PTS
4 252.24
+0.53 %
DAX PTS
12 143.47
+0.85 %
Dowjones PTS
25 853.77
+0.68 %
7 452.50
+1.03 %
1.116
-0.08 %

Le chef de la diplomatie vénézuélienne sanctionné par Washington, Moscou proteste

| AFP | 303 | Aucun vote sur cette news
Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza lors d'une intervention aux Nations unies, le 25 avril 2019 à New York
Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza lors d'une intervention aux Nations unies, le 25 avril 2019 à New York ( Don Emmert / AFP/Archives )

Washington a encore fait monter la pression d'un cran vendredi sur le régime de Nicolas Maduro au Venezuela, imposant des sanctions à son chef de la diplomatie, ce qui a suscité la vive réaction de la Russie, alliée de Caracas.

Le ministre vénézuélien des affaires étrangères Jorge Arreaza a été mis au ban du système financier international (en dollars) et ses éventuels avoirs aux Etats-Unis ont été gelés par le Trésor américain qui a placé le diplomate sur sa liste noire des sanctions financières.

"Le Trésor va continuer de cibler les soutiens corrompus à Maduro, y compris ceux en charge de la diplomatie et de la justice pour le compte de ce régime illégitime", a affirmé le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

Le ministère américain a laissé entendre que ces fonctionnaires "transfèrent et cachent les recettes de la corruption en essayant d'exploiter le système financier américain et son marché immobilier".

En conséquence, "tous les actifs et intérêts de ces individus, qui sont aux Etats-Unis ou bien contrôlés par des ressortissants américains, sont gelés", affirme le Trésor qui a également infligé des sanctions contre une juge vénézuélienne haut placée, Carol Padilla.

"Laquais de Maduro"

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, le 24 avril 2019 à Arlington, en Virginie
Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, le 24 avril 2019 à Arlington, en Virginie ( Brendan Smialowski / AFP )

Jorge Arreaza a répondu sur Twitter vendredi, liant cette nouvelle à son intervention la veille aux Nations unies pour dénoncer "le blocus criminel" des Etats-Unis à l'encontre de son pays.

"L'administration Trump nous répond aujourd'hui de façon désespérée. La vérité blesse!", a-t-il écrit.

Le chef de la diplomatie américaine, a de son côté, qualifié M. Arreaza de "laquais de Maduro", Mike Pompeo écrivant sur Twitter que le ministre des Affaires étrangères vénézuélien était la cible de sanctions "pour ses tentatives d'entraver les aspirations démocratiques du peuple vénézuélien".

"Mais je connais les Vénézuéliens, ils ne se laisseront pas intimidés. Avec le soutien des principales démocraties du monde, ils vont restaurer la démocratie et reconstruire le pays", a estimé M. Pompeo.

M. Arreaza a été nommé ministre des Affaires étrangères du Venezuela en août 2017 après avoir détenu depuis 2010 plusieurs portefeuilles ministériels comme celui des technologies et de l'industrie ou du développement minier.

Mi-avril, il avait aussi dénoncé comme étant "des crimes contre l'humanité" une précédente salve de sanctions américaines contre la Banque centrale vénézuélienne.

Chantage, dit la Russie

Cette mise au ban du système financier du chef de la diplomatie de Caracas a suscité les foudres de Moscou qui a dénoncé un "chantage".

L'économie du Venezuela sous Maduro
L'économie du Venezuela sous Maduro ( Gabriela VAZ / AFP )

"Nous exhortons les Etats-Unis à revenir sur le terrain du droit international, à mettre fin à la politique de chantage et à cesser de provoquer des tensions au Venezuela depuis l'étranger", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, se disant "indigné" par la décision américaine.

"Washington a démontré à plusieurs reprises un rejet catégorique des méthodes de négociation pour résoudre la situation", a poursuivi le ministère.

"Il s'agit de la manifestation d'une stratégie de plus en plus agressive des Etats-Unis visant à discréditer la diplomatie internationale et à la remplacer par les diktats et les pressions économiques et politiques cyniques", a-t-il ajouté.

L'antagonisme déjà marqué entre Washington et le gouvernement de Nicolas Maduro s'est fortement accentué depuis le début de l'année lorsque le chef de file de l'opposition, Juan Guaido, s'est auto-proclamé président par intérim et qu'une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis, l'ont reconnu comme tel.

A partir de dimanche, Caracas devra aussi faire face à un embargo des Etats-Unis sur son pétrole, ce qui risque d'aggraver la crise économique mais aussi pousser le pays a dépendre encore davantage de la Russie et de la Chine. Le pétrole représente 96% du revenu national du Venezuela et les Etats-Unis en sont d'importants consommateurs.

Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une chute du PIB de 25% cette année au Venezuela, ainsi qu'une hyper-inflation de 10.000.000% et un taux de chômage de 44,3%. En 2000, ce pays se plaçait au deuxième rang des puissances économiques d'Amérique du Sud.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/05/2019

Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions prévues par l'article L. 233-8 II du Code de commerce et l'article 223-16 du Règlement…

Publié le 21/05/2019

ChapsVision acquiert un bloc de 17,98% du capital...

Publié le 21/05/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 21/05/2019

Les actionnaires de Frey ont approuvé les résolutions soumises à l'Assemblée...

Publié le 21/05/2019

Question de stratégie et de croissance externe...