En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Présidentielle au Brésil: le ton monte, peu de consignes pour le 2e tour

| AFP | 534 | Aucun vote sur cette news
Le second tour Bolsonaro-Haddad à la Une de la presse brésilienne, le 8 octobre 2018 à Brasilia
Le second tour Bolsonaro-Haddad à la Une de la presse brésilienne, le 8 octobre 2018 à Brasilia ( EVARISTO SA / AFP )

Le ton est monté dans la campagne pour le 2e tour de la présidentielle au Brésil, le favori Jair Bolsonaro traitant son adversaire Fernando Haddad de "canaille" tandis que plusieurs partis décidaient mardi de ne donner aucune consigne de vote.

Les deux finalistes de ce scrutin extrêmement polarisé se sont livrés à une passe d'arme par réseaux sociaux interposés.

L'altercation virtuelle est partie d'une proposition de Fernando Haddad, du Parti des Travailleurs (PT), de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré pour corruption, à Bolsonaro.

Le candidat de gauche, qui a obtenu 29% des voix au premier tour, a proposé à son adversaire (46%) de signer un engagement commun contre la dissémination de fausses informations sur internet, mais a essuyé un refus virulent.

Jair Bolsonaro, candidat de l'extrême droite, salue ses partisans après avoir voté à la présidentielle, le 7 octobre 2018 à Rio de Janeiro, au Brésil
Jair Bolsonaro, candidat de l'extrême droite, salue ses partisans après avoir voté à la présidentielle, le 7 octobre 2018 à Rio de Janeiro, au Brésil ( Fernando Souza / AFP )

"La marionnette du corrompu (Lula) me propose de signer une lettre d'engagement contre les mensonges sur internet, alors que c'est lui qui invente que je vais augmenter les impôts des plus pauvres. C'est une canaille", a déclaré sur Twitter le candidat d'extrême droite.

"Nous avons reçu une réponse du même niveau que le candidat", a rétorqué Haddad lors d'une rencontre avec des journalistes à Sao Paulo.

- "Esclave de la Constitution" -

Auparavant, il avait tenté sur Twitter de mettre à mal l'image anti-système de son rival, qui siège à la chambre des députés depuis 1991.

Des partisans du candidat d'extrême droite à la présidentielle Jair Bolsonaro, rassemblés le 7 octobre 2018 à Sao Paulo, au Brésil
Des partisans du candidat d'extrême droite à la présidentielle Jair Bolsonaro, rassemblés le 7 octobre 2018 à Sao Paulo, au Brésil ( CARL DE SOUZA / AFP )

"C'est un politicien traditionnel, avec 28 ans de vie politique et peu de services rendus à notre pays. Au deuxième tour, tu ne peux pas te cacher derrière les réseaux sociaux", a écrit le candidat de gauche.

Une allusion au fait que Jair Bolsonaro n'a pas participé aux derniers débats télévisés en raison de l'attentat à l'arme blanche qui a failli lui coûter la vie début septembre.

L'ancien parachutiste de l'armée a été hospitalisé trois semaines et a invoqué des raisons médicales pour justifier son absence au dernier débat, jeudi, mais a concédé une longue interview sur une autre chaîne, qui l'a diffusée à la même heure.

À cet occasion, la candidate écologiste Marina Silva, l'avait accusé d'avoir "eu la trouille" de se confronter à ses adversaires.

- Objectif centre -

Le candidat à la présidentielle pour le Parti des Travailleurs Fernando Haddad, lors d'une conférence de presse, le 8 octobre 2018 à Curitiba, au Brésil
Le candidat à la présidentielle pour le Parti des Travailleurs Fernando Haddad, lors d'une conférence de presse, le 8 octobre 2018 à Curitiba, au Brésil ( Heuler Andrey / AFP )

Plusieurs partis se sont réunis mardi pour donner leurs consignes de vote pour le 2e tour, mais la constitution d'"un front républicain" pour faire barrage à l'extrême droite n'était pas d'actualité.

Dès le soir du premier tour, Ciro Gomes (centre gauche), arrivé en troisième position avec 12,5% des suffrages, avait déclaré son rejet catégorique de Bolsonaro au nom de la "lutte pour la démocratie et contre le fascisme".

Mais il ne s'est pas engagé en faveur de Haddad, contrairement au petit Parti socialiste, le PSB, qui a annoncé mardi son ralliement, en vue d'un "front démocratique".

Le PSDB, grand parti du centre droit dont le candidat Geraldo Alckmin n'a obtenu que 4,76% des voix, a annoncé en début de soirée qu'il ne donnerait aucune consigne de vote. Le parti de la droite progressiste (PP) a fait de même.

"Nous ne soutiendrons ni le PT ni le candidat Bolsonaro" et chacun "décidera en conscience", a dit le PSDB, la formation de l'ex-président Fernando Henrique Cardoso (1995-2002), absente du second tour pour la première fois depuis 1994.

M. Alckmin a déclaré qu'il était "normal que des divergences existent", à propos notamment de

Joao Doria. Ce membre du PSDB, favori du duel pour gouverner l'Etat de Sao Paulo, avait annoncé qu'il soutenait Bolsonaro.

En 2016, il avait été élu à la mairie de Sao Paulo au premier tour, infligeant une cuisante défaite à Fernando Haddad, qui était le maire sortant.

Une chose est sûre: le candidat de gauche va devoir ratisser le plus large possible pour tenter de rattraper son retard après la démonstration de force de son adversaire au premier tour.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...