5 494.83 PTS
+0.02 %
5 498.0
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 394.92
+0.02 %
DAX PTS
13 281.43
+0.74 %
Dowjones PTS
26 017.81
-0.37 %
6 811.38
+0.02 %
Nikkei PTS
23 763.37
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le 13 novembre devenu "un jour comme un autre"

| AFP | 217 | Aucun vote sur cette news
La plaque à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, le 13 novembre 2017
La plaque à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, le 13 novembre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

"Le temps qui passe", "un lundi, ça tombe mal" ou une information "mal relayée": chacun avait son explication pour justifier la faible affluence aux cérémonies marquant le deuxième anniversaire des attentats du 13 novembre 2015, les plus meurtriers commis en France.

Accoudée à une barrière, à quelques mètres du Bataclan, Christelle Bergeroo attend que le nom de son amie, décédée avec quatre-vingt-neuf autres dans la salle de concert, soit prononcé au micro. A sa main, une rose, qu'elle ira déposée à l'issue de la cérémonie à laquelle environ 200 personnes ont assisté.

"Je suis étonnée, il n'y a pas tant de monde et peu de fleurs. On est quand même censé être là pour se recueillir", regrette-t-elle. Cette femme de 47 ans dit aussi son sentiment de n'être entourée que "de simples badauds venus ici un peu par hasard".

"Quelle merde!", pestait quelques minutes plus tôt un riverain, agacé de devoir contourner l'important dispositif policier aux abords du Bataclan. A ces mots, Christelle Bergeroo, salariée de Médecins sans Frontières, s'indigne: "Quel manque de respect, des gens sont morts..."

Malgré une maigre affluence, Pascal Silvestre, dont une cousine a perdu son compagnon "amoureux du rock", retient qu'il y a "quelques drapeaux accrochés aux fenêtres". Mais "peut-être aussi que nous, proches de victimes, on veut croire que tout ça ne va pas disparaître rapidement", concède-t-il.

La devanture du café
La devanture du café "Le Carillon" à Paris, le 13 novembre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Venu "par hasard" devant le bar Le Carillon, l'une des terrasses visées par les balles des commandos jihadistes qui ont fait au total 130 morts, Miguel Fleuriot, 28 ans, reconnaît "avoir zappé" le deuxième anniversaire et avoue qu'il croyait même "que c'était il y a un an seulement".

Un oubli que Tanguy Vinger, 17 ans, "ne peut pas accepter". Amer face à une affluence "décevante", il constate que "pour certains, c'est devenu un jour comme un autre". Le lycéen a séché les cours pour venir: "de toute façon, je n'aurais pas pu me concentrer".

- "Tourner la page" -

A ses côtés, quelques grappes de personnes, essentiellement des retraités.

"L'an dernier, c'était un dimanche. Un lundi, ça tombe mal, beaucoup travaillent", excuse Cristina Mathilde, une Brésilienne qui habite le quartier depuis 46 ans. Gardienne d'immeuble, elle a collé des affiches dans le hall pour informer ses résidents des commémorations.

L'entrée du Bataclan où est installée une plaque à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, le 13 novembre 2017
L'entrée du Bataclan où est installée une plaque à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, le 13 novembre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Mais d'autres, comme Etienne Sag, venu devant le Bataclan "pour montrer aux victimes qu'elles ne sont pas seules", juge que l'information "n'a pas été assez relayée". Ce retraité de 64 ans se console devant la maigre foule: "cela veut dire que la vie continue".

Un optimisme que ne partage pas Francine Best, une habituée de La Bonne Bière, une brasserie où cinq personnes avaient perdu la vie le soir des attentats.

"Les actes de mémoire sont très importants", insiste cette agrégée de philosophie, qui constate, fataliste, que "la solidarité qui avait permis au quartier de se redresser formidablement a peu à peu diminué".

Maintenir le souvenir, c'est le combat des associations de victimes, dont Life For Paris, qui a organisé un rassemblement en marge du parcours officiel, devant la mairie du XIe arrondissement. Deux membres des Eagles of Death Metal, dont le chanteur Jesse Hughes, très ému, ont peu après improvisé un mini-concert surprise de quelques minutes.

"Se souvenir, ce n'est pas ressasser, c'est au contraire avancer", a dit le nouveau président de l'association Arthur Dénouveaux, dans une brève allocution construite sur l'anaphore "je me souviens".

"Les gens aimeraient que ça passe. On entend presque qu'il faudrait tourner la page, ça rassure les gens", analyse Jean-François Mondeguer, qui a perdu sa fille Lamia sur la terrasse de La Belle Equipe. "Il n'y a que le temps qui passe. Nous, on reste là, avec notre douleur".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2018

Le chiffre d'affaires du 2e semestre traduit la dynamique de transformation de Mecelec...

Publié le 18/01/2018

Le réseau Vinci Airports a accueilli 156,6 millions de passagers en 2017...

Publié le 18/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/01/2018

Compagnie des Alpes donne ses perspectives 2017/2018 sous réserve d'aléas conjoncturels majeurs...

Publié le 18/01/2018

Cet accord entre Framatome et Schneider Electric établit également un partenariat de fabrication à long terme

CONTENUS SPONSORISÉS