En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.55 PTS
+0.79 %
5 497.0
+0.82 %
SBF 120 PTS
4 401.48
+0.81 %
DAX PTS
12 454.11
+1.04 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.178
+0.01 %

Lactalis: après Leclerc, d'autres enseignes reconnaissent des failles

| AFP | 728 | Aucun vote sur cette news
Photos des logos d'Auchan et Super U, le 15 mai 2015
Photos des logos d'Auchan et Super U, le 15 mai 2015 ( REMY GABALDA, MYCHELE DANIAU / AFP/Archives )

"Un trou dans la raquette": après Leclerc, trois autres grands groupes de distributions ont annoncé mercredi avoir vendu des dizaines voire des centaines des boîtes de lait infantiles Lactalis qui auraient dû être retirées de leurs rayons après une contamination à la salmonelle.

De son côté, la Répression des fraudes a indiqué qu'elle était en train de procéder à des contrôles partout en France pour vérifier que les produits avaient bien été retirés des rayons et des stocks dans toute la chaîne de la distribution, des magasins aux hôpitaux en passant par les pharmacies.

Leclerc a été le premier à annoncer mardi qu'en dépit du rappel de produits lancé en décembre à la suite de la découverte d'une contamination aux salmonelles dans une de ses usines, 984 produits Lactalis ont échappé à la procédure et ont été vendus dans plusieurs de ses magasins.

Mercredi, plusieurs grands distributeurs ont annoncé chacun à leur tour avoir vendu des produits issus de lots rappelés: 434 bouteilles de lait infantile et de préparations à base de céréales pour Carrefour, 384 boîtes de lait pour Système U et 52 pour Auchan.

Michel-Edouard Leclerc, patron de l'enseigne, lors de la
Michel-Edouard Leclerc, patron de l'enseigne, lors de la "Journée des nouvelles consommations", à Paris, le 4 octobre 2017 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Comme un écho, les enseignes ont toutes battu leur coulpe, présentant de plates excuses à leurs clients.

"Je ne peux que constater et confirmer l'existence de défaillances dans les opérations de retrait effectuées par certains magasins de notre enseigne", a écrit sur son blog mardi soir le patron de l'enseigne, Michel-Edouard Leclerc, reconnaissant un "bug inadmissible".

"Il s'avère que 384 boîtes de lait ont échappé à cette procédure de rappel mise en œuvre dès le 21 décembre, et ont été vendues dans les jours qui ont suivi", a annoncé Système U, qui a "instantanément procédé à l'appel des clients identifiés".

Certains groupes ont annoncé un renforcement des mesures de sécurité, afin de prévenir ces failles qui posent question sur l'efficacité des mesures de rappel.

"Il faudra déterminer les responsabilités et ça sera fait avec la plus grande - je l'espère - rapidité et sévérité si les responsabilités sont avérées", a déclaré à RTL Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) est l'autorité qui supervise le rappel et le retrait de produits.

A ce jour "nous avons effectué plus de 2.000 contrôles", a souligné Virginie Beaumeunier, directrice générale de la DGCCRF, mercredi lors d'une déclaration à la presse, en insistant sur le fait que "chacun est responsable à son niveau" de la mise en oeuvre de ce retrait, et que ne pas l'effectuer constituait une "infraction pénale".

Après le loupé de Leclerc, d'autres distributeurs, comme Système U, ont décidé de renforcer leurs contrôles, voire de cesser "définitivement" de commercialiser des laits infantiles produits par Lactalis.

C'est le cas d'Intermarché, dont le président Thierry Cotillard a tiré à boulets rouges sur Lactalis, dénonçant auprès de l'AFP une "gestion chaotique de sa crise". A ce stade, deux produits ont été remontés dans le réseau, qui effectue des vérifications pour établir si d'autres produits sont passés entre les mailles du filet.

- Destruction des stocks -

L'usine du groupe Lactalis où ont été découvertes les salmonelles à Craon le 4 décembre 2017
L'usine du groupe Lactalis où ont été découvertes les salmonelles à Craon le 4 décembre 2017 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

Carrefour, qui dit avoir "été très vigilant sur cette question" du retrait des produits, a parallèlement décidé "la mise en place d'un plan de contrôle renforcé pour s'assurer de la destruction des stocks des produits concernés dans nos magasins", a déclaré une porte-parole à l'AFP.

Pour expliquer le dysfonctionnement, Leclerc évoque "à ce stade" des difficultés liées à la succession de rappels et à une opération promotionnelle, décidée trois mois en amont et dont "les stocks seraient arrivés en magasin avec un étiquetage différent".

Le 21 décembre, Lactalis a procédé au rappel de l'ensemble de ses laits et autres produits infantiles élaborés dans son usine de Craon depuis février 2017 après la découverte d'une contamination aux salmonelles.

Au 9 janvier, Santé publique France a recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d'alimentation infantile de l'usine de Craon, dans les trois jours avant le début de leur symptômes.

18 nourrissons ont été hospitalisés pour leur salmonellose, mais tous sont sortis de l'hôpital, selon la même source

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

ECA Group a annoncé une nouvelle vente de drone sous-marin autonome AUV (« Autonomous Underwater Vehicle ») de la gamme A18. Celui-ci sera livré au client fin 2019 en version grande profondeur…

Publié le 21/09/2018

Stéphane Bianchi, ancien dirigeant d'Yves Rocher et actuel membre du conseil du groupe suisse Maus (Lacoste, Aigle...

Publié le 21/09/2018

La belle série se poursuit pour Renault qui grimpe encore de 1% à 68,8 euros en matinée à Paris, et aligne ainsi une huitième séance consécutive dans...

Publié le 21/09/2018

Altran se réveille en vive hausse ce vendredi dans un volume plutôt fourni

Publié le 21/09/2018

Hankuk Glass Industries (HGI), filiale sud-coréenne de Saint-Gobain cotée à la Bourse de Séoul, a lancé une offre publique d'achat pour acquérir les 23% des actions détenues par des…