En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
+1.53 %
5 164.50
+1.38 %
SBF 120 PTS
4 141.15
+1.67 %
DAX PTS
11 776.55
+1.40 %
Dowjones PTS
25 619.12
+1.46 %
7 215.79
+2.08 %
1.158
+0.03 %

"La viande est un meurtre": happenings antispécistes devant des boucheries

| AFP | 519 | Aucun vote sur cette news
Un boucher repousse une militante vegan devant une boucherie à Paris le 22 septembre 2018
Un boucher repousse une militante vegan devant une boucherie à Paris le 22 septembre 2018 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

Des militants antispécistes ont organisé samedi des happenings pacifiques devant des boucheries en France pour dénoncer le "zoocide" que représentent, selon eux, l'élevage, le commerce et la consommation de viande, alors que les dégradations de vitrines de boucheries se sont multipliées ces derniers mois.

"Boucherie Abolition", qui organisait les happenings avec d'autres mouvements tel que 269 Life France, dénonce le "système zoophage". Les antispécistes s'opposent à toute hiérarchie entre espèces, notamment entre l'être humain et les animaux.

Dans le XVIème arrondissement de Paris, Vincent Aubry et Alizée Denis du mouvement "Boucherie Abolition" portaient un cochonnet mort qu'ils ont exhibé devant des boucheries pendant quelques minutes pour dénoncer ces commerces qui "vendent du meurtre".

"Démembrer un corps, ça n'est pas un métier", scandait Alizée Denis.

Une trentaine d'actions similaires ont eu lieu, selon les organisateurs, dans d'autres villes de France, notamment à Toulouse.

Une militante vegan devant une boucherie à Paris le 22 septembre 2018
Une militante vegan devant une boucherie à Paris le 22 septembre 2018 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

Craignant des dégradations dans le cadre de cette journée d'actions, le président des bouchers du Nord a fait appel à une société de sécurité privée pour sécuriser les enseignes de la région, dont plusieurs ont été vandalisées ces derniers mois.

Six personnes ont récemment été interpellées dans le cadre d'une enquête sur des actes de vandalisme contre neuf commerces, dont des boucheries ou des poissonneries, dans la métropole de Lille, par des militants vegan.

"De quel droit se permet-on de faire naître dans le but de faire mourir ?", s'interrogeait Alizée Denis, dos tourné à la vitrine d'un boucher, tenant le corps du cochonnet dans ses bras.

Piqué au vif, le propriétaire est alors sorti de son magasin en traitant les deux militants de "connards".

Leur happening "peut interpeller sur la maltraitance animale, mais ça doit rester non violent", a commenté une passante, Florence, 75 ans. "Moi, je suis d'une génération qui mangeait de la viande", a-t-elle dit.

"Boucherie Abolition", qui existe depuis 2016, a fait parler d'elle l'an dernier lorsque ses membres ont enlevé une vingtaine de lapins sur un site de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) au sud de Toulouse et badigeonné de faux sang son enseigne. L'INRA a porté plainte.

Interrogé au sujet des dégradations de vitrines, Vincent Aubry n'en a revendiqué aucune mais jugé qu'"on assiste à une honteuse campagne de victimisation des bouchers".

Depuis le début de l'année, la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) a recensé en France "douze cas de commerces alimentaires caillassés avec tags de revendications antispécistes" et "plusieurs dizaines" de cas de détériorations, avec du "faux sang versé" ou de la "pose d'autocollants revendicatifs".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

Dynamique commerciale favorable au T3

Publié le 16/10/2018

GL Events a publié un chiffre d’affaires au troisième trimestre de 224,7 millions d’euros, en hausse de 16,4%. Au 30 septembre, l’activité s’élève à 769,7 millions, en progression de…

Publié le 16/10/2018

DWS Group (Deutsche Bank) et Tikehau Capital ont conclu un accord de partenariat stratégique, qui vient renforcer les liens nés de la prise de participation du second dans le premier à l’occasion…

Publié le 16/10/2018

Sur la période (du 1er juillet au 30 septembre), les ventes s'élèvent à 7,48 millions d'euros

Publié le 16/10/2018

Altarea Cogedim enregistre une forte progression de son chiffre d'affaires consolidé sur 9 mois à 1...