En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 860.88 PTS
+0.22 %
5 857.0
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 613.14
+0.17 %
DAX PTS
13 146.74
+0.58 %
Dow Jones PTS
27 911.30
+0.11 %
8 402.61
+0.58 %
1.113
-0.01 %

La Russie se dit disposée à coopérer sur le dopage

| AFP | 393 | Aucun vote sur cette news
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, le 4 novembre 2019 à Moscou
Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, le 4 novembre 2019 à Moscou ( EVGENIA NOVOZHENINA / POOL/AFP/Archives )

Moscou s'est dit mercredi prêt à coopérer sur la question du dopage, tout en regrettant les lourdes sanctions recommandées par l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui accuse la Russie d'avoir falsifié des données.

"Les autorités sportives russes ont été, sont et seront prêtes à coopérer pleinement avec la communauté sportive internationale et avec l'AMA", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qualifiant les sanctions préconisées, dont une possible exclusion des prochains Jeux olympiques, de "très tristes".

"Des explications détaillées ont été fournies sur les questions posées précédemment (par l'AMA). Je suis sûr que cette coopération se poursuivra", a-t-il poursuivi.

M. Peskov a appelé à "garder la tête froide" en attendant la décision finale de l'AMA qui doit être prise le 9 décembre, tout en disant être "inquiet" et "regretter" la situation, la Russie risquant notamment une exclusion des prochains Jeux olympiques d'été à Tokyo en 2020.

Le porte-parole du Kremlin a appelé les sportifs russes à continuer à s'entraîner malgré la menace d'une exclusion, "afin de poursuivre leur position de leader" dans les classements mondiaux.

Pour sa part, le ministre russe des Sports, Pavel Kolobkov, s'est entretenu mercredi sur ce sujet avec les responsables des fédérations sportives russes.

"Il m'était important d'entendre l'opinion des présidents des fédérations et leurs propositions. Nous nous sommes mis d'accord qu'il fallait faire très attention en ce moment au travail antidopage", a expliqué M. Kolobkov dans un communiqué.

"Nous avons toujours été et nous serons partenaires des organisations sportives internationales dans le développement du sport et dans l'organisation des compétitions. Je pense que toutes les organisations internationales ont l'intérêt à ce que leur niveau de coopération avec la Russie reste le même", a-t-il estimé.

Selon le comité de révision de la conformité (CRC) de l'AMA, la Russie aurait fait disparaître des "centaines" de résultats de contrôles antidopage suspects de ses fichiers transmis à l'AMA au début de l'année. Or, la remise de ces données était une condition indispensable pour lever de précédentes sanctions contre l'agence antidopage russe (Rusada), au coeur d'un système de dopage institutionnel entre 2011 et 2015.

Si le comité exécutif de l'AMA, qui se réunira le 9 décembre à Paris, confirme les mesures recommandées, la Russie sera purement et simplement mise au ban du sport international pendant quatre ans, avec exclusion des compétitions dont les Jeux olympiques.

Des sportifs ayant démontré "qu'ils ne sont impliqués en aucune manière" dans les affaires de dopage pourraient toutefois être admis, sous drapeau neutre, comme ce fut le cas aux JO d'hiver 2018 ou lors des compétitions internationales d'athlétisme depuis 2015.

Reste maintenant à savoir si le comité exécutif de l'AMA, composé à part égales de représentants du mouvement olympique et des gouvernements, ira si loin. Dans tout les cas, il appartiendra au Tribunal arbitral du sport (TAS) de se prononcer en dernier recours.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

La Banque Centrale Européenne a notifié l'exigence de capital supplémentaire au titre du Pilier 2 (P2R - Pilier 2 obligatoire) à partir du 1er janvier...

Publié le 11/12/2019

Air France-KLM exploite actuellement une flotte de 159 appareils Airbus...

Publié le 11/12/2019

Le patron de la FAA prévient que la certification de l'appareil n'interviendra pas avant 2020 et non en décembre, comme l'espérait Boeing.

Publié le 11/12/2019

Les fonds provenant des nouveaux titres devraient entrer dans la constitution du capital réglementaire de niveau 1 de Scor...

Publié le 11/12/2019

Ce projet d'environ 160 ME a été livré en 18 mois seulement...