En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

La reproduction des dauphins en captivité peut continuer, colère des ONG

| AFP | 465 | Aucun vote sur cette news
Des dauphins lors d'un spectacle au zoo de Port-Saint-Père, le 14 octobre 2017
Des dauphins lors d'un spectacle au zoo de Port-Saint-Père, le 14 octobre 2017 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Des parcs aquatiques ont obtenu lundi l'annulation pour vice de procédure d'un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins et des orques en captivité, une décision dénoncée par des ONG qui veulent voir disparaître les spectacles de cétacés.

Le 3 mai 2017, l'ex-ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait signé un arrêté interdisant la reproduction de ces deux espèces en France et prévoyant également l'augmentation de la taille des bassins et l'interdiction du chlore dans le traitement de l'eau, dans le but notamment de "supprimer la souffrance animale".

Le Conseil d'Etat a annulé un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité
Le Conseil d'Etat a annulé un arrêté ministériel interdisant la reproduction des dauphins en captivité ( PIERRE BOUSSEL / AFP/Archives )

Mais le Conseil d'Etat a annulé le texte lundi, jugeant qu'il avait "été pris au terme d'une procédure irrégulière".

"C'est une excellente nouvelle pour nos animaux et les parcs zoologiques de France", a immédiatement réagi dans un communiqué Pascal Picot, directeur général de Marineland, qui avait saisi la justice administrative aux côtés du Parc Astérix et du parc Planète sauvage de Port-Saint-Père en Loire-Atlantique.

"Il est important que les modifications significatives de la réglementation qui s'applique aux animaux que nous hébergeons soient basées sur des faits scientifiques et soient adoptées conformément aux exigences légales", a ajouté M. Picot.

Mais plusieurs ONG de défense des animaux, qui avaient vu dans cet arrêté la fin de l'activité des delphinariums, ont réclamé de nouvelles mesures pour protéger les cétacés en captivité.

- 'Retour en arrière historique' -

"Nous demandons au gouvernement de défendre ces êtres sensibles en prenant à nouveau cet arrêté, mais cette fois-ci dans les formes", a ainsi insisté PETA, dénonçant les "souffrances des dauphins et des orques captifs".

Une petite fille regarde un dauphin lors d'un spectacle au zoo de Port-Saint-Père, le 14 octobre 2017
Une petite fille regarde un dauphin lors d'un spectacle au zoo de Port-Saint-Père, le 14 octobre 2017 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

"Nous sommes là face à un retour en arrière historique qui va à l'encontre de l’évolution et du progrès car détenir ces animaux en captivité à des fins de spectacle reste un non-sens", a renchéri la présidente de la SPA Natacha Harry, regrettant le "manque de sérieux dans le traitement de ce dossier crucial en matière de bien-être animal".

Plusieurs ONG ayant pris part à la procédure judiciaire (C'est Assez !, Association pour la protection des animaux sauvages, Fondation Droit animal, Ethique et Sciences) ont également déploré cette annulation, "à l'heure où de plus en plus de voix s'élèvent contre les spectacles avec animaux sauvages".

Alors que le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a récemment évoqué le lancement d'une réflexion sur la condition animale, elles ont demandé à le voir "pour discuter de cette décision et décider des suites à lui donner".

Le ministère a simplement "pris acte" de la décision du Conseil d'Etat et indiqué réfléchir "à l'étape suivante".

L'arrêté prévoyait initialement un "contrôle étroit de la reproduction des dauphins" en fonction de "la configuration et la taille des bassins". Mais il avait été durci au dernier moment et stipulait: "la reproduction des orques et des dauphins actuellement détenus en France est désormais interdite".

- 'menace l'avenir des parcs aquatiques' -

Le Conseil d'Etat a relevé que lors des premières consultations du conseil national de la protection de la nature et du conseil supérieur de la prévention des risques technologiques, "l'interdiction ne s'appliquait qu'aux orques" et qu'elle avait ensuite été élargie à tous les grands dauphins, sans nouvelle consultation.

Mais "eu égard à la portée de cette disposition qui menace l'avenir des parcs aquatiques" et aux modifications apportées, les deux conseils auraient dû être à nouveau consultés, estime-t-il.

Compte tenu de "l'ampleur des changements", une nouvelle consultation publique était également "requise", juge la plus haute juridiction administrative, annulant ainsi l'ensemble du texte.

A l'audience, le 12 janvier, le rapporteur public du Conseil d'Etat - dont les avis sont généralement suivis - avait demandé l'annulation de l'arrêté.

L'ancienne ministre Ségolène Royal a de son côté assuré lundi sur Twitter avoir "pris (ses) responsabilités" après avoir pris connaissance pendant la consultation "de la maltraitance" sur les dauphins, "drogués et affamés pour les faire agir (ce que les spectateurs ignorent)". "Le bien-être animal doit être inscrit dans notre droit pour faire évoluer les mentalités des juristes", a-t-elle ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…