Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 712.48 PTS
+0.08 %
6 711.0
+0.18 %
SBF 120 PTS
5 151.27
+0.07 %
DAX PTS
14 541.38
+0.01 %
Dow Jones PTS
34 347.03
+0.45 %
11 756.03
-0.7 %
1.035
-0.43 %

L'ONU ouvre une enquête sur la répression en Iran

| AFP | 621 | Aucun vote sur cette news
Un écran montre la représentante iranienne Khadijeh Karimi s'exprimant lors d'une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme à Genève le 24 novembre 2022
Un écran montre la représentante iranienne Khadijeh Karimi s'exprimant lors d'une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme à Genève le 24 novembre 2022 ( VALENTIN FLAURAUD / AFP )

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a décidé jeudi, malgré l'opposition de Téhéran et de Pékin, d'ouvrir une enquête internationale sur la répression des manifestations en Iran après la mort de Mahsa Amini, pour rassembler des preuves des violations et éventuellement poursuivre les responsables.

Et c'est en plein débat devant le Conseil, que l'agence de presse iranienne Fars a annoncé l'arrestation du célèbre footballeur Voria Ghafouri, accusé d'avoir "insulté et sali la réputation de l'équipe nationale (Team Melli) et de s'être livré à de la propagande" contre l'Etat.

Le Haut commissaire aux droits de l'homme Volker Türk durant une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur la situation en Iran, à Genève le 24 novembre 2022
Le Haut commissaire aux droits de l'homme Volker Türk durant une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme de l'ONU sur la situation en Iran, à Genève le 24 novembre 2022 ( VALENTIN FLAURAUD / AFP )

Réunis d'urgence à l'initiative de l'Allemagne et de l'Islande, les 47 Etats membres de l'instance onusienne la plus élevée en matière de droits humains ont décidé de nommer une équipe d'enquêteurs de haut niveau pour faire la lumière sur toutes les violations de ces droits liées à la répression des manifestations.

Le texte a été voté à une majorité légèrement plus large qu'attendue, malgré une manoeuvre dilatoire de dernière minute de Pékin : 25 pays ont voté oui, six non (Arménie, Chine, Cuba, Erythrée, Pakistan et Venezuela) et 16 se sont abstenus.

"Les responsables iraniens ne pourront pas perpétrer cette violente répression dans l'anonymat; la communauté internationale les regarde", a réagi l'ambassadrice américaine Michèle Taylor.

"Le courage et la détermination des manifestants nous obligent", a tweeté la représentation française auprès de l'ONU, saluant également la création de ce mécanisme d'enquête.

L'ONG Amnesty International s'est félicitée d'"une résolution historique" qui marque "une étape importante vers la fin de l'impunité !", tandis que Lucy McKernan, de Human Rights Watch, qualifiait la décision du Conseil d'"étape bienvenue".

"Changement inévitable"

Pendant les débats, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, dont la demande de visite en Iran est restée jusqu'à présent lettre morte, a appelé Téhéran à "cesser" son "usage inutile et disproportionné de la force".

"La situation actuelle est intenable", a prévenu M. Türk, qui réclame "un moratoire sur la peine de mort" et demande que le gouvernement "s'engage dans un processus de réformes car le changement est inévitable".

Pendant la session qui a duré toute la journée, de nombreux diplomates occidentaux -et parmi eux la ministre allemande des Affaires étrangères et son homologue islandaise- ont dénoncé la répression des manifestations qui, en plus de deux mois, a fait au moins 416 morts, dont 51 enfants, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), dont le siège est en Norvège.

Une manifestante porte un portrait de Mahsa Amini, lors d'une manifestation de soutien au mouvement de contestation en Iran, le 23 septembre 2022 à Bruxelles
Une manifestante porte un portrait de Mahsa Amini, lors d'une manifestation de soutien au mouvement de contestation en Iran, le 23 septembre 2022 à Bruxelles ( Kenzo TRIBOUILLARD / AFP )

Cette vague de contestation -née de revendications sur les droits des femmes après la mort de Mahsa Amini, arrêtée pour avoir mal porté le voile islamique, qui se sont mues en contestation du pouvoir- est sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979.

Selon le Rapporteur spécial de l'ONU sur l'Iran, plus de 15.000 personnes ont été arrêtées.

La justice iranienne a déjà prononcé six condamnations à mort en lien avec les manifestations et a annoncé cette semaine l'arrestation en deux mois de "40 étrangers" accusés d'implication dans les "émeutes" en Iran.

"Justice pour le peuple"

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, lors d'une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme sur la situation en Iran, à Genève le 24 novembre 2022
La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock, lors d'une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme sur la situation en Iran, à Genève le 24 novembre 2022 ( VALENTIN FLAURAUD / AFP )

S'exprimant devant les journalistes à Genève avant le vote, la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, avait encouragé les pays qui en général votent avec l'Iran à avoir le courage de s'abstenir.

"Nous ne savons pas si (cette résolution) peut sauver des vies demain. Mais ce que nous savons avec certitude, c'est que cela signifiera la justice, justice pour le peuple", avait-elle déclaré.

Cette mission d'enquête internationale indépendante -qui n'a guère de chance de pouvoir se rendre en Iran en raison de l'opposition de Téhéran- devra collecter les preuves des violations et les conserver de manière à ce qu'elles puissent servir à d'éventuelles poursuites.

La représentante iranienne Khadijeh Karimi lors d'une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, à Genève le 24 novembre 2022
La représentante iranienne Khadijeh Karimi lors d'une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, à Genève le 24 novembre 2022 ( VALENTIN FLAURAUD / AFP )

Téhéran voit dans la plupart de ces manifestations des "émeutes" et accuse notamment des forces étrangères d'être derrière ce mouvement pour chercher à déstabiliser la République islamique.

"Le niveau d'extrême violence" des "émeutiers contre les citoyens et les forces de l'ordre est au-delà de toute description", a encore assuré l'ambassadrice iranienne en Finlande, Foroozandeh Vadiati, qui a participé à la session à Genève.

D'autres comme le Pakistan et le Venezuela ont dénoncé ce qu'ils voient comme une politisation croissante du Conseil des droits de l'homme, devenu à leurs yeux un outil aux mains des démocraties occidentales pour imposer leurs vues et s'ingérer dans les affaires intérieures des pays.

 ■

Copyright © 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 30 novembre
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 27/11/2022

Arkadi Voloj, fondateur de Yandex, le 9 novembre 2019 à Moscou ( Sergei GUNEYEV / Sputnik/AFP/Archives )L'élégante bâtisse surplombant l'emblématique Vondelpark d'Amsterdam détonne dans le…

Publié le 25/11/2022

Chine : confinement partiel à Zhengzhou ( Emmanuelle MICHEL / AFP )Le confinement sanitaire de six millions de personnes a débuté vendredi dans une ville du centre du Chine où se trouve la…

Publié le 24/11/2022

Du Printemps arabe à la contestation en Iran, en passant par les mouvements #Metoo ou #Blacklivesmatter, Twitter s'est imposé comme une plateforme mondiale incontournable pour les activistes et…

Publié le 24/11/2022

Air France a bien fait preuve de discrimination en interdisant à l'un de ses stewards le port de tresses afro, coiffure par ailleurs autorisée pour les hôtesses de l'air, a estimé la  Cour de…

Publié le 23/11/2022

Cette photo d'archive prise le 27 mai 2010 montre des ouvriers chinois dans l'usine Foxconn à Shenzhen, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine ( STR / AFP/Archives )Des centaines…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/11/2022

Cette dernière séance de la semaine s'est avérée sans réelle tendance...

Publié le 25/11/2022

LVMH a annoncé l’acquisition, auprès du fonds d’investissement Equinox III SLP SIF, du Groupe Pedemonte, producteur de joaillerie implanté en Italie et en France. " Cette opération…

Publié le 25/11/2022

Bigben InteractiveLe groupe présent dans l'édition de jeux vidéo, les accessoires mobiles et gaming et les produits présentera ses résultats du premier semestre.DékupleL'expert du data marketing…

Publié le 25/11/2022

Aquila a publié pour son troisième trimestre un chiffre d'affaires de 7,79 millions d'euros, en augmentation de 8,5% en glissement annuel...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne