En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 786.37 PTS
-0.51 %
4 777.00
-0.70 %
SBF 120 PTS
3 808.16
-0.64 %
DAX PTS
10 833.92
-0.89 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.139
-0.03 %

La "quasi-totalité" des restes de Maëlys retrouvés

| AFP | 639 | Aucun vote sur cette news
Bougies, jouets et messages ont été déposés en hommage à la petite Maëlys à Pont-de-Beauvoisin le 15 février 2018
Bougies, jouets et messages ont été déposés en hommage à la petite Maëlys à Pont-de-Beauvoisin le 15 février 2018 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

Après la découverte la veille de premiers ossements de Maëlys, les enquêteurs ont retrouvé jeudi la "quasi-totalité" des restes de la fillette disparue et certains de ses effets. Reste à déterminer les circonstances de sa mort sur lesquelles Nordahl Lelandais reste muet.

Le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat a annoncé en milieu d'après-midi à l'AFP que "la quasi-totalité du squelette" de l'enfant, ainsi que "les vêtements et une chaussure", avaient été retrouvés au même endroit que les premiers restes.

Aucun autre élément lié au crime n'a été trouvé dans ce secteur, a-t-il précisé.

Sur les indications de Nordahl Lelandais, un crâne et un os long appartenant à Maëlys avaient été mis au jour mercredi dans un secteur escarpé en Savoie, à la lisière du département de l'Isère.

Acculé après la découverte de nouveaux indices, l'ex-militaire de 34 ans venait d'avouer, après six mois de silence, avoir tué "involontairement" la fillette de 8 ans, disparue fin août lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).

Les opérations de recherche, qui ont été rendues encore plus compliquées jeudi par des conditions météorologiques difficiles - neige, pluie et épais brouillard -, sont terminées, a ajouté le procureur.

Après les aveux de Nordahl Lelandais, les enquêteurs vont désormais s'attacher à déterminer les circonstances de la mort de Maëlys et notamment sa nature accidentelle, thèse avancée par l'unique suspect qui a refusé de s'exprimer davantage.

Des gendarmes bloquent l'accès à une forêt où les restes de la petite Maëlys ont été retrouvés le 15 février 2018 à Attignat-Oncin, dans le centre-est de la France
Des gendarmes bloquent l'accès à une forêt où les restes de la petite Maëlys ont été retrouvés le 15 février 2018 à Attignat-Oncin, dans le centre-est de la France ( PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives )

"Il a indiqué qu'il souhaitait d'abord que le corps de Maëlys soit retrouvé et qu'il s'expliquerait ultérieurement", à l'occasion d'une prochaine audition, avait indiqué mercredi Jean-Yves Coquillat.

Pour son avocat, Alain Jakubowicz, c'est un "grand soulagement" de voir que son client dit désormais la vérité après s'être muré dans le silence depuis sa mise en examen.

- Lelandais "entendu prochainement" -

"L'enquête doit se poursuivre. Il aura à répondre à de nombreuses questions. Il sera entendu prochainement sur les circonstances dans lesquelles cette mort est intervenue. J'ai la conviction qu'il y contribuera pleinement", avait dit Me Jakubowicz, intervenant peu après le procureur de la République.

Plusieurs indices accablaient depuis près de six mois l'unique suspect de l'enlèvement et du meurtre de la fillette de 8 ans: une trace ADN de Maëlys retrouvée sur le tableau de bord de son véhicule et des images de caméra de surveillance filmées dans la nuit de sa disparition.

Des véhicules de gendarmerie bloquent l'accès à une route près d'une forêt où ont été retrouvés les restes de la petite Maëlys, le 15 février 2018 à Attignat-Oncin
Des véhicules de gendarmerie bloquent l'accès à une route près d'une forêt où ont été retrouvés les restes de la petite Maëlys, le 15 février 2018 à Attignat-Oncin ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

Lelandais va-t-il pouvoir longtemps plaider le caractère accidentel de la mort de l'enfant alors qu'il est aussi mis en cause dans le meurtre d'un jeune militaire, le caporal Noyer ?

"Je n'oublie pas qu'il y a un autre dossier", avait indiqué Me Jakubowicz, sur les conseils duquel Lelandais est passé aux aveux pour la mort de Maëlys.

Lelandais, dont le profil psychologique continue à dérouter les enquêteurs, a été mis en examen le 20 décembre pour l'assassinat d'Arthur Noyer en avril, toujours dans cette même région proche de Chambéry (Savoie).

Sur France info, l'avocat de la famille Noyer Bernard Boulloud, a espéré "que le mis en examen ira jusqu'au bout de sa logique d'aveux".

Même si son avocat s'offusque de l'étiquette de +serial killer+ qui est désormais attachée à son client, "sans l'ombre du commencement d'une preuve", le parquet de Grenoble a aussi rouvert récemment quatre autres affaires de disparitions, survenues en Isère entre 2010 et 2016.

- Une émotion toujours vive -

Une cellule de coordination, baptisée Ariane, a été créée il y a moins d'un mois au pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise, afin de détecter d'éventuels recoupements entre "le parcours de vie" de Lelandais et des disparitions et crimes non élucidés.

Des personnes se recueillent à Pont-de-Beauvoisin devant le sanctuaire improvisé devant la salle des fêtes où Maëlys a disparu, le 15 février 2018
Des personnes se recueillent à Pont-de-Beauvoisin devant le sanctuaire improvisé devant la salle des fêtes où Maëlys a disparu, le 15 février 2018 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

Ce travail vise à "fixer dans le temps et dans l'espace" le suspect pour permettre des rapprochements et relancer des enquêtes criminelles non résolues.

La cellule Ariane alimentera le logiciel d'analyse criminelle Anacrim, à l'origine de la spectaculaire relance de l'affaire Grégory.

Au Pont-de-Beauvoisin, où l'émotion reste vive, habitants et badauds sont encore venus déposer jeudi fleurs et peluches devant le sanctuaire improvisé devant la salle des fêtes où Maëlys a disparu.

dfa-phd-pta-mb/fga/sd

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

Hier soir, la biotech française Nanobiotix a révélé son intention de s'introduire à la Bourse de New York. Elle a soumis, confidentiellement un projet de document d'enregistrement (Form F-1)…

Publié le 17/01/2019

Les résultats de la première étude chez l'homme d'une neurotoxine recombinante seront présentés lors de la conférence internationale TOXINS 2019 qui se tiendra à Copenhague (Danemark). La…

Publié le 17/01/2019

Alcoa perdait 1,6% hier après bourse à Wall Street...

Publié le 17/01/2019

Société Générale a publié ce matin un communiqué révélant que l'environnement difficile sur les marchés de capitaux mondiaux devrait entraîner une baisse des revenus des Activités de…

Publié le 17/01/2019

Avec la STEG