En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 506.85 PTS
+1.44 %
4 529.00
+1.97 %
SBF 120 PTS
3 557.79
+1.67 %
DAX PTS
10 564.74
-
Dow Jones PTS
23 719.37
+1.22 %
8 238.53
+0. %

La peur du coronavirus arrive aux confins de l'Amazonie

| AFP | 778 | 5 par 1 internautes
Un garçonnet à Carauari, une ville au coeur de la forêt amazonienne, au Brésil, le 16 mars 2020
Un garçonnet à Carauari, une ville au coeur de la forêt amazonienne, au Brésil, le 16 mars 2020 ( FLORENCE GOISNARD / AFP )

Au coeur de la forêt amazonienne, à une semaine de bateau de Manaus, Carauari est une des villes les plus reculées au monde, mais cet isolement ne l'immunise pas contre la panique mondiale autour du coronavirus.

Avec ses maisons multicolores sur pilotis, éparpillées autour des méandres d'eau marron du fleuve Jurua, affluent de l'Amazone prenant sa source au Pérou, cette localité de l'ouest du Brésil est à l'opposé des mégalopoles densément peuplées comme Rio de Janeiro ou Sao Paulo.

Ses 29.000 habitants se répartissent sur un immense territoire de 26.000 km2, 17 fois plus grand que celui de Sao Paulo, la ville la plus peuplée du pays, pour une densité 7.000 fois moins forte.

Aucune route terrestre ne la relie au reste du monde.

Pour s'y rendre, il faut prendre un vol de trois heures depuis Manaus, capitale de l'Etat d'Amazonie, d'où on peut également voyager vers Carauari en bateau, un périple de sept jours.

Vue de Carauari, une ville reculée au coeur de l'Amazonie, au Brésil, le 16 mars 2020
Vue de Carauari, une ville reculée au coeur de l'Amazonie, au Brésil, le 16 mars 2020 ( FLORENCE GOISNARD / AFP )

Au début, la pandémie de Covid-19 n'était qu'un problème lointain dont les habitants entendaient parler dans les médias.

Mais depuis l'annonce du premier cas à Manaus, il y a une semaine, le vent de panique a commencé à souffler au fin fond de la forêt, dans une zone déjà traumatisée par des hécatombes causées par des épidémies venues de l'extérieur.

Isolement renforcé

"Je suis née ici, j'ai vécu à Carauari toute ma vie. Je viens d'avoir 80 ans mais je n'avais jamais rien vu de tel", explique à l'AFP Raimunda da Silva dos Santos, qui habite près du port fluvial.

À présent, comme dans le reste du monde, les habitants de Carauari sont obsédés par la prévention contre le Covid-19.

La ville brésilienne de Carauari, en dépit de son isolement, craint l'arrivée de l'épidémie de Covid-19
La ville brésilienne de Carauari, en dépit de son isolement, craint l'arrivée de l'épidémie de Covid-19 ( FLORENCE GOISNARD / AFP )

"On prie Dieu pour que l'épidémie n'arrive pas ici. On fait ce qu'on peut, on se lave souvent les mains, comme ils le disent à la télé", raconte José Barbosa das Gracas, 52 ans.

Les autorités sanitaires locales craignent d'être débordées, l'hôpital de Carauari ne comptant que 50 lits.

"Le fait que notre ville soit difficile d'accès est un avantage pour le moment, parce que cela réduit les risques de contamination, mais ça veut dire aussi qu'on aura du mal à évacuer des patients ailleurs si nécessaire", explique Manoel Brito, directeur de l'hôpital.

Depuis mardi, tout passager arrivant par avion ou par bateau est examiné avec soin par les services de santé municipaux.

Des restrictions plus sévères pourraient être mises en place à l'avenir, affectant l'approvisionnement de la ville, qui se retrouverait encore plus coupée du monde.

Les habitants dépendent du transport fluvial pour obtenir des médicaments, certains aliments et tout type de biens non produits sur place.

"Ce sera compliqué de survivre, on dépend de ces bateaux", dit Luciano da Silva, pêcheur de 32 ans, en déchargeant son canot sur les rives du Jurua.

Les indigènes vulnérables

Le nouveau coronavirus est également une source de préoccupation pour les peuples indigènes d'Amazonie, qui ont déjà beaucoup souffert au contact du monde extérieur.

Les maladies amenées par les colonisateurs européens ont décimé près de 95% des autochtones d'Amérique.

L'Etat d'Amazonie a décrété l'état d'urgence, interdisant notamment l'entrée de visiteurs venus de l'extérieur dans les territoires indigènes.

L'Assemblée des Peuples Indigènes du Brésil (APIB), qui avait organisé en janvier une grande rencontre de dizaines de caciques venus de toute l'Amazonie pour se mobiliser contre la politique environnementale du président Jair Bolsonaro, a été contrainte d'annuler plusieurs rassemblements.

"La situation des indigènes est très délicate, surtout pour les peuples isolés", déplore Maria Baré, 40 ans, leader communautaire du peuple Baré, qui s'est établi sur les rives du Rio Negro, un autre affluent de l'Amazone.

"Qu'il s'agisse du Covid-19 ou de toute autre maladie à laquelle on n'a pas encore été exposé, c'est une menace pour notre santé et notre vie", conclut-elle.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2020

ADOCIALa biotech publiera son chiffre d'affaires du premier trimestreAIRBUSAfin de préserver ses liquidités dans un contexte de crise du Covid-19, easyJet s'est entendu avec Airbus pour obtenir le…

Publié le 09/04/2020

Gaussin annonce un nouveau contrat avec la société PRB (Produits de Revêtement du Bâtiment) pour la fourniture d'une solution clé en main de transport...

Publié le 09/04/2020

Oncodesign a publié un résultat net consolidé 2019 de 1,62 million d'euros, après une perte de 3,15 millions en 2018. Le groupe retrouve ainsi l'équilibre financier un an avant son objectif. Les…

Publié le 09/04/2020

PSB Industries a réalisé sur le premier trimestre un chiffre d'affaires de 63,3 ME, en retrait de 11,2% à taux de change et périmètre constants...

Publié le 09/04/2020

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, informe ses actionnaires...