En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 506.85 PTS
+1.44 %
4 529.00
+1.97 %
SBF 120 PTS
3 557.79
+1.67 %
DAX PTS
10 564.74
-
Dow Jones PTS
23 719.37
+1.22 %
8 238.53
+0. %

La mort des enfants wichi en Argentine, entre faim et oubli

| AFP | 594 | 4.50 par 2 internautes
Une femme wichi porte son enfant, à l'hôpital de Tartagal, dans la province de Salta (Argentine), le 28 février 2020
Une femme wichi porte son enfant, à l'hôpital de Tartagal, dans la province de Salta (Argentine), le 28 février 2020 ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

"Pour les blancs, nous sommes des moins que rien", résume Valerio Cobos, cacique wichi, peuple originaire du nord de l'Argentine qui voit mourir de faim ses enfants: depuis janvier, dix d'entre eux sont décédés de malnutrition ou de causes associées.

Décimés au siècle dernier par les blancs d'ascendance européenne, appelés "criollos" dans ce pays, les indigènes argentins ne représentent plus que 2,38% des 45 millions d'habitants de la troisième puissance économique d'Amérique latine. Ils sont répartis en 31 groupes ethniques, selon le dernier recensement de 2010.

Au nord-est, la région de Salta, la plus pauvre d'Argentine, compte la population indigène la plus importante. La plupart sont des wichis qui résident dans des zones rurales et survivent grâce à la vente de charbon et d'artisanat.

Le cacique Valerio est à la tête d'une cinquantaine de familles, qui tentent de résister à l'avancée d'Embarcacion, une ville édifiée sur des terres que ce peuple autochtone réclame.

Noelia Perez au chevet de son fils à l'hôpital de Tartagal, dans la province de Salta, le 28 février 2020
Noelia Perez au chevet de son fils à l'hôpital de Tartagal, dans la province de Salta, le 28 février 2020 ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

Nombre de femmes ne parlent que le wichi et refusent de se rendre dans les hôpitaux, faute d'interprètes. Après la récente série de décès d'enfants, le gouvernement de la province de Salta a décrété l'urgence sanitaire et sociale.

En février, une fillette de 5 ans est morte dans les bras de la responsable provinciale de la santé, la pédiatre Josefina Medrano, dans un hôpital situé à la frontière argentine avec la Bolivie et le Paraguay. "Cela arrive depuis de nombreuses années à Salta", déplore-t-elle, regrettant le fait que, jusqu'à présent, les différents gouvernements argentins n'aient pas pu éviter ce type de drames.

Mision Chaqueña, à 310 km au nord de la capitale de la province éponyme, Salta, est la communauté wichi la plus importante, avec 8.000 habitants.

Carlos Romero boit de l'eau d'un puits, dans le village wichi de Mision Chaquena, le 26 février 2020
Carlos Romero boit de l'eau d'un puits, dans le village wichi de Mision Chaquena, le 26 février 2020 ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

Certains vivent isolés dans ce paysage vallonné au climat extrême, torride l'été et rigoureux l'hiver.

Les plus chanceux ont du courant, mais personne n'a d'eau potable. Les diarrhées, les vomissements, les herpès et les parasites intestinaux sont fréquents parmi les habitants.

Ici, seuls les enfants ont des dentitions complètes, la maladie de chagas, causée par un parasite, y est très répandue et la dengue une menace constante.

"Faim, soif et pas d'avenir"

Facundo Rojas ouvre son frigo, chez lui, à Mision Chaquena, près de la ville d'Embarcacion, le 27 février 2020
Facundo Rojas ouvre son frigo, chez lui, à Mision Chaquena, près de la ville d'Embarcacion, le 27 février 2020 ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

Les mères d'enfants de moins de six ans peuvent percevoir une aide de l'Etat. Mais ces 2.600 pesos (37 euros environ) par mois ne parviennent qu'à ceux qui possèdent des papiers en règle, ce qui est loin d'être le cas de tout le monde.

Pour Rodolfo Franco, un médecin de Buenos Aires à la tête du seul centre de santé de Mision Chaqueña, les indigènes sont en train de mourir "de faim, de soif, de malnutrition, de déshydratation, par manque de travail et d'avenir".

Un lit de l'hôpital de Mision Chaquena, dans la province de Salta, le 27 février 2020
Un lit de l'hôpital de Mision Chaquena, dans la province de Salta, le 27 février 2020 ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

Son établissement manque de tout. Le lit d'accouchement s'est brisé en deux il y a des années. Par ailleurs, "on a besoin de draps, ils sont très usés, et de produit désinfectant", énumère la sage-femme, Balbina Gutiérrez.

Il n'y a pas d'ambulance. La plus proche se trouve dans un autre centre de santé, à 45 km par une route de terre.

"Il n'y a pas de radiateurs, ni de ventilateurs", se plaint le docteur Franco, seul médecin à exercer dans cet établissement.

Un chien, dans le village argentin de Mision Chaquena, le 27 février 2020
Un chien, dans le village argentin de Mision Chaquena, le 27 février 2020 ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

A l'extérieur, les wichis collectent l'eau de pluie ou à partir d'une pompe qui ne fonctionne que quelques heures par jour.

"L'eau sort avec des petits vers rouges, parfois, elle est de couleur jaune et noircit les bidons. Vous voyez?", montre Maria, une habitante, à l'AFP.

Leurs récipients où ils conservent l'eau renfermaient auparavant des pesticides. Ils ont été jetés par les fermes des environs, où l'on cultive des tomates et des poivrons.

Au soleil, des insectes et des vers sont visibles dan les bidons. Isabel Rojas, 50 ans, recueille un peu d'eau dans une boîte de conserve, place le tissu de sa chemise au niveau de l'ouverture pour la filtrer et elle boit.

Des insectes et des larves, dans l'eau consommée par les habitants du village de Mision Chaquena, le 27 février 2020
Des insectes et des larves, dans l'eau consommée par les habitants du village de Mision Chaquena, le 27 février 2020 ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

Dans la région, les autorités ont mis en place des unités de traitement de l'eau et un centre de douze lits destiné à traiter les enfants souffrant de malnutrition, tandis que la Croix Rouge a annoncé l'envoi d'une aide. Mais les habitants de Mision Chaqueña ne voient rien venir.

Pour Nora Segundo, cacique de la localité voisine de Carboncito, le temps est compté.

"Jusqu'à quand allons-nous attendre? Il y a beaucoup d'enfants morts. Ma petite de 4 ans est dénutrie, je ne sais pas quoi faire".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2020

ADOCIALa biotech publiera son chiffre d'affaires du premier trimestreAIRBUSAfin de préserver ses liquidités dans un contexte de crise du Covid-19, easyJet s'est entendu avec Airbus pour obtenir le…

Publié le 09/04/2020

Gaussin annonce un nouveau contrat avec la société PRB (Produits de Revêtement du Bâtiment) pour la fourniture d'une solution clé en main de transport...

Publié le 09/04/2020

Oncodesign a publié un résultat net consolidé 2019 de 1,62 million d'euros, après une perte de 3,15 millions en 2018. Le groupe retrouve ainsi l'équilibre financier un an avant son objectif. Les…

Publié le 09/04/2020

PSB Industries a réalisé sur le premier trimestre un chiffre d'affaires de 63,3 ME, en retrait de 11,2% à taux de change et périmètre constants...

Publié le 09/04/2020

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, informe ses actionnaires...