5 396.05 PTS
+0.17 %
5 394.50
+0.20 %
SBF 120 PTS
4 303.58
+0.16 %
DAX PTS
13 025.83
+0.17 %
Dowjones PTS
23 273.96
-0.23 %
6 067.83
+0.00 %
Nikkei PTS
21 805.17
+0.50 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La Liga rejette le chèque de Neymar, retardant son transfert

| AFP | 146 | Aucun vote sur cette news
La star brésilienne Neymar Jr à son arrivée à l'aéroport de Porto, quelques heures après son départ de Barcelone, le 2 août 2017
La star brésilienne Neymar Jr à son arrivée à l'aéroport de Porto, quelques heures après son départ de Barcelone, le 2 août 2017 ( MOVENOTICIAS / AFP )

La Ligue espagnole de football a rejeté jeudi le chèque de 222 millions d'euros qui devait libérer Neymar du Barça, retardant le transfert le plus cher de l'histoire du football vers le Paris Saint-Germain.

Les experts en droit du sport interrogés par l'AFP estiment cependant que la Liga ne pourra pas faire capoter l'opération.

"Les représentants légaux du joueur se sont présentés à la Liga pour déposer (la somme exigée par) la clause, qui a été rejetée", a expliqué un porte-parole de la Ligue à l'AFP.

En Espagne, c'est le joueur qui paie la clause libératoire à la Liga, elle-même chargée de transférer l'argent au club vendeur. Mais c'est en fait le club acheteur - le PSG en l'occurrence - qui avance la somme au joueur.

Le président de la Liga, Javier Tebas, qui avait annoncé qu'il refuserait le chèque, mène une grande offensive médiatique contre le PSG, détenu par un fonds souverain du richissime Qatar, qu'il présente comme un "club-Etat" pratiquant le "dopage financier".

En réaction, la ligue française (LFP) a officiellement demandé dans un communiqué à son homologue espagnole de ne pas bloquer le transfert, en déclarant "soutenir" le PSG.

"Nous n'avons pas l'objectif d'empêcher le transfert", a assuré Javier Tebas dans une interview jeudi au journal sportif français L'Equipe, mais "que Paris soit sanctionné par l'UEFA sur le terrain sportif et qu'il arrête d'avoir des revenus fictifs". Javier Tebas parle aussi déjà de porter l'affaire devant la direction générale de la concurrence de la Commission européenne, l'UEFA, les tribunaux...

"La Liga est une entité qui défend les intérêts des clubs et dans le cas présent, elle défend le Barça", commente l'avocat Marcos Galera, membre fondateur du cabinet d'avocats spécialistes du sport, Agaz. "Mais si on s'en tient à la lettre de la législation espagnole (...), quand on est convenu d'une clause d'indemnisation, on doit la respecter", dit l'avocat.

Pour Javier Ferrero, du cabinet d'avocats Senn Ferrero spécialisé dans le droit du sport, le joueur Neymar "est parfaitement dans son droit de résilier son contrat par le paiement de la clause" et "la Liga ne devrait pas s'y opposer".

Que "tout cela puisse déboucher sur une éventuelle sanction du PSG, on verra mais c'est autre chose", dit-il évoquant de possibles sanctions de l'UEFA pour non respect du fair play financier.

- La solution Fifa -

Le PSG et Neymar peuvent en tout cas déposer les 222 millions chez un notaire et demander un certificat international de transfert à la Fifa.

"Le PSG et Neymar ont la possibilité de se tourner vers la Fifa pour qu'elle autorise un transfert provisoire, même si après il peut y avoir réclamations, litiges, conflits", résume Me Ferrero. "Ce qui prime dans les normes de la Fifa, c'est que les joueurs doivent avoir la possibilité de jouer et de travailler."

Les clubs peuvent être sanctionnés par l'UEFA, dans le cadre du fair-play financier (FPF), s'ils accumulent des pertes qui dépassent les 30 millions d'euros en trois ans.

Le PSG avait déjà été sanctionné par l'UEFA en 2014 pour violation des règles du FPF.

Mais l'UEFA souligne que l'accord entre Neymar et le PSG ne viole pas forcément ces règles: "Le transfert de Neymar au PSG aura un impact sur les finances du club sur plusieurs années mais il ne peut pas être évalué à l'avance, notamment parce que le PSG pourrait vendre plusieurs joueurs pour un montant important", a indiqué l'UEFA dans un courriel à l'AFP.

Le Barça et le Real Madrid ont dominé la Ligue des champions ces quatre dernières années, mais Javier Tebas affirme ne pas défendre les seuls clubs espagnols.

"Ce qui préoccupe la Ligue c'est que des clubs-Etats qui bénéficient de dopage financier puissent déstabiliser le football professionnel en Europe, le marché international et les compétitions. Ce n'est pas seulement le problème de l'Espagne ou de La Liga mais de tout le football professionnel européen", avait-il expliqué mercredi au quotidien espagnol AS.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/10/2017

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de DANONE, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 24/10/2017

Dans de très gros volumes (plus de 5% du capital ont déjà changé de mains), Spineway s'envole de plus de 15% à 4,62 euros, dopé par son point...

Publié le 24/10/2017

Novartis recule de 1,23% à 84,10 francs suisses malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et la confirmation des objectifs annuels. Les investisseurs semblent déçus par la…

Publié le 24/10/2017

Le groupe familial Doulcet a déclaré à l'AMF, à titre de régularisation, avoir franchi en baisse, le 16 octobre, le seuil de 15% des droits de vote de...

Publié le 24/10/2017

Essilor (+3,02% à 104,05 euros) occupe la tête du CAC 40 après avoir confirmé ses perspectives annuelles. Cette annonce rassure les investisseurs et les analystes alors que plusieurs d'entre eux…

CONTENUS SPONSORISÉS