En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 786.62 PTS
+0.68 %
4 793.0
+0.83 %
SBF 120 PTS
3 804.74
+0.75 %
DAX PTS
10 821.02
+0.75 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.140
+0.31 %

La finale de la Copa Libertadores River-Boca s'invite au Bernabeu

| AFP | 362 | Aucun vote sur cette news
Des supporters du club de football argentin River Plate dans un bus à Buenos Aires, en Argentine, le 25 novembre 2018
Des supporters du club de football argentin River Plate dans un bus à Buenos Aires, en Argentine, le 25 novembre 2018 ( Juan Mabromata / AFP/Archives )

La finale retour de la Copa Libertadores entre les deux grands clubs rivaux de Buenos Aires, River Plate et Boca Juniors, se jouera à Madrid le 9 décembre, a annoncé jeudi la Conmebol, confirmant des informations annoncées un peu plus tôt à l'AFP par une source proche de l'organisation.

Initialement programmée le 24 novembre au stade Monumental de River Plate, la rencontre a été reportée en raison de l'attaque de l'autocar transportant les joueurs de Boca Juniors, quelques heures avant ce match à haute tension.

"La finale se jouera au Bernabéu le dimanche 9 (décembre)", a déclaré jeudi le président de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol), le Paraguayen Alejandro Dominguez, lors d'une conférence de presse à Asunción, pour un coup d'envoi à 20h30 dans l'enceinte du Real Madrid.

"Nous avons trouvé en Espagne la neutralité nécessaire que Conmebol recherchait. (...) Madrid abrite tout ce qui est nécessaire (pour organiser le jeu), l'Espagne est le pays qui compte la plus grande communauté argentine en dehors de l'Argentine, c'est la dixième ville la plus sûre du monde, son aéroport est celui qui possède le plus de connectivité avec l'Amérique latine. Il existe une grande culture et tradition du football, en particulier à Madrid ", a ajouté M. Dominguez.

De nombreuses villes avaient été citées ou s'étaient proposées pour accueillir cette finale 100% argentine de la plus prestigieuse compétition de clubs d'Amérique du sud, notamment Asunción, Doha, Gênes, Belo Horizonte et Barcelone avec le Camp Nou.

Mardi, Alejandro Dominguez avait annoncé que "les conditions n'étaient pas réunies" pour que la finale retour se joue en Argentine, après les incidents de Buenos Aires.

Lors de la finale aller le 10 novembre, jouée dans une ambiance survoltée au stade de la Bombonera de Boca Juniors, le duel s'était soldé par un match nul (2-2).

Après les incidents violents du week-end, Boca Juniors avait saisi le tribunal de discipline de la Conmebol pour réclamer la victoire sur tapis vert, estimant que River Plate devait être sanctionné, l'autocar ayant été pris pour cible par des supporteurs de River. Le Conmebol a décidé de "ne pas faire droit à la requête déposée par Boca Juniors", a indiqué jeudi Alejandro Dominguez.

Le club de Boca Juniors a réagi en rejetant jeudi soir la décision du tribunal de reprogrammer le match en Espagne et annoncé qu'il allait porter l'affaire devant la chambre d'appel de la Conmebol, et éventuellement devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

River Plate se plaint lui aussi de la décision de la Conmebol, car le club des quartiers chics du nord de Buenos Aires voulait accueillir dans son stade son rival de toujours.

En plus de la délocalisation du match retour à Madrid, le tribunal de discipline de la Conmebol a également infligé à River un "huis clos" pour les "deux prochains matches à domicile de compétitions officielles organisées par la Conmebol".

Match explosif

Samedi, deux joueurs de Boca Juniors ont été blessés, alors que le car les transportant a été attaqué à coups de pierres, bouteilles et gaz lacrymogène à quelques kilomètres du stade.

Alors que la majorité des 60.000 spectateurs avaient pris place dans le stade, dont le président de la Fifa Gianni Infantino, la Conmebol a d'abord retardé la rencontre à deux reprises, avant de la reporter à dimanche.

Mais un des joueurs blessés, le capitaine de Boca, Pablo Perez, étant toujours dans l'incapacité de jouer dimanche, la finale a été reportée à une date ultérieure.

L'opposition entre Boca et River, baptisée "Superclasico" en Argentine, est toujours un match explosif.

En 2015, en 8e de finale de la Copa Libertadores, plusieurs joueurs de River avaient été aspergés de produits chimiques toxiques à la Bombonera et Boca disqualifié.

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a annoncé jeudi que "l'Espagne était disposée à organiser la finale de la Copa Libertadores entre Boca Juniors et River Plate".

"Les forces de sécurité et les services concernés, avec une grande expérience dans les dispositifs de ce type, travaillent déjà sur le déploiement nécessaire pour garantir la sécurité".

Il était urgent de fixer la date du match retour de la finale de la Copa Libertadores, car le vainqueur ira défier le Real Madrid et les autres qualifiés du Mondial des clubs, qui se disputera aux Emirats arabes unis en décembre. L'entrée en lice de l'équipe sud-américaine est prévue le 18 décembre.

L'édition 2018 est la dernière finale à se disputer en matches aller et retour. À partir de 2019, la finale se jouera sur un seul match, comme la Ligue des champions en Europe.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Le vaccin Dengvaxia® est approuvé en Europe pour la prévention de la dengue   Paris, France - Le 19 décembre 2018 - La Commission européenne a délivré une…

Publié le 19/12/2018

Plus forte baisse du SBF 120, Natixis perd 6,87% à 4,147 euros au lendemain d’un profit warning, dont l’impact a été amorti par la confirmation du versement d’un dividende exceptionnel de 1,5…

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

Alors que le constructeur français a dernièrement demandé à son partenaire la tenue d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires afin de discuter de la gouvernance et d'autres…

Publié le 19/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est orienté à la hausse, soutenu par une oblique haussière depuis la mi-octobre. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50…