En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 811.17 PTS
+0.52 %
4 809.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
3 809.47
+0.00 %
DAX PTS
10 891.79
-
Dowjones PTS
24 065.59
+0.65 %
6 669.64
+0.00 %
1.139
-0.09 %

La course à l'esthétique au coeur du procès de l'effondrement mortel d'un terminal à Roissy

| AFP | 227 | Aucun vote sur cette news
L'effondrement du terminal 2E à Roissy le 23 mai 2004
L'effondrement du terminal 2E à Roissy le 23 mai 2004 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

L'esthétique et l'innovation, au détriment de la solidité ? Au premier jour du procès de quatre sociétés, dont Aéroports de Paris, mises en cause dans l'effondrement meurtrier du terminal 2E à Roissy en 2004, les débats ont pointé du doigt les défauts de ce bâtiment qui ne devait "ressembler à aucun autre".

Le groupe ADP (Aéroports de Paris), le constructeur GTM (filiale de Vinci), le bureau d'études Ingerop et le groupe d'inspection et de certification Bureau Veritas sont jugés pour homicides et blessures involontaires jusqu'à vendredi par le tribunal correctionnel de Bobigny.

Le toit de l'aérogare la plus prestigieuse du deuxième aéroport européen avait cédé au petit matin du 23 mai 2004, 11 mois après son inauguration : six arcs en béton et quatre passerelles s'étaient effondrés sur une trentaine de mètres, au niveau de la jetée d'embarquement, faisant quatre morts et sept blessés.

Le terminal 2E, vitrine de Roissy, avait été dessiné par l'architecte Paul Andreu, également concepteur de l'Opéra de Pékin. Sa construction avait coûté à ADP environ 650 millions d'euros.

Il est notamment reproché à ADP "des négligences", de la "maladresse" et une "sous-traitance empêchant toute vue d'ensemble du projet", tout en souhaitant "une construction innovante", a rappelé la présidente Sophie Barbaud en ouverture de ce procès extrêmement technique.

Lundi après-midi, le tribunal s'est penché sur les causes précises de l'effondrement de ce terminal qui ressemblait" à un énorme tunnel" en verre, qui s'est affaissé sur lui-même.

Pour les experts interrogés lors de l'instruction fleuve de ce dossier, c'est la technique d'armature en béton utilisée, à dessein uniquement esthétique, qui est en cause.

Le prototype, construit par GTM, a été conçu "uniquement pour voir l'aspect esthétique et non pour des études sur la structure", a indiqué à la barre le représentant du bureau d'études Ingerop.

Selon lui, l'ouvrage était "très complexe" car "ADP voulait que son terminal ne ressemble à aucun autre". L'architecte "ne voulait pas avoir des bouts de béton qui dépassent", a ajouté le représentant du bureau d'études.

"Secret de fabrication d'ADP" ?

Il est notamment reproché au groupe ADP - à la fois maître d'ouvrage (concepteur) et maître d'œuvre (client) - de s'être montré négligent "eu égard à la complexité et au caractère atypique de l'ouvrage envisagé", qui relevait "d'une conception innovante et audacieuse, mais aussi complexe voire hasardeuse", selon les éléments recueillis lors de l'enquête judiciaire.

"On a vérifié tout au long de la conception que l'ouvrage était réalisable", s'est défendu Guillaume Sauvé, directeur Ingénierie et Aménagement d'ADP.

"Pour que ce soit réalisable, encore faut-il que cela ne s'écroule pas ! Vous n'étiez pas en train de construire un vulgaire bloc de béton", s'est énervée la présidente.

Lors de l'instruction, les experts ont montré un défaut des calculs de la résistance du béton. Or ces calculs sont introuvables.

Selon la présidente, ces derniers n'ont pas été transmis par ADP aux trois autres entreprises mises en causes au cours de la conception du bâtiment.

"Dans le dossier, certains experts parlent de secret de fabrication d'ADP", souligne-t-elle.

- "Des notes de calculs ont-elles été détruites ?" demande la présidente.

- "Il n'y a pas obligation de garder ces notes, nous les avons détruites au fur et à mesure", a répondu Guillaume Sauvé.

Les autres entreprises, qui expliquent n'avoir jamais eu "une vue d'ensemble du projet" malgré des contrôles tout au long du chantier, ont aussi mis en cause un "délai extrêmement contraignant" exigé par Aéroports de Paris.

Le procès, qui portera mardi essentiellement sur les expertises, se poursuit jusqu'à vendredi.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 16/01/2019

Wall Street a fini en hausse, rassurée par des mesures chinoises en faveur de la croissance et par un bond de Netflix, malgré des résultats d'entreprises américaines mitigés et un rejet de…

Publié le 16/01/2019

Combo des logos de Renault SA, Nissan Motor et Mitsubishi Motors réalisé à Tokyo le 23 novembre 2018 ( Kazuhiro NOGI / AFP/Archives )Plusieurs représentants du gouvernement français seront…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

Alors que la Chambre des communes s’apprêtait à voter le projet de Brexit négocié entre Theresa May et l’Union européenne, la Bourse de Paris est repartie de l’avant,…

Publié le 16/01/2019

Vente-unique.com a enregistré sur l'exercice 2017-2018, clos fin septembre, un chiffre d’affaires de 87,2 millions d'euros, en hausse de 14%. " Compte tenu d’une très forte activité commerciale…

Publié le 16/01/2019

Nexity et Morning Coworking (Groupe BAP) ont annoncé leur rapprochement pour renforcer et développer leur place sur le marché du coworking. Le promoteur immobilier a pris une participation de 54%…

Publié le 16/01/2019

La Française de l’Energie a totalisé sur le 1er semestre 2018-2019 un chiffre d’affaires de 3,3 millions d'euros, en repli de 2%. " Comme prévu, l’installation à Avion de deux nouveaux…

Publié le 16/01/2019

Valneva a annoncé la signature d'un contrat de 59 millions de dollars avec le Département de la Défense américain pour la fourniture de son vaccin contre l'encéphalite japonaise IXIARO. Selon les…