5 256.18 PTS
-0.48 %
5 252.0
-0.49 %
SBF 120 PTS
4 213.66
-0.43 %
DAX PTS
12 385.60
-0.53 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
22 149.21
+1.97 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

La confiture de groseilles de Bar-le-Duc: une friandise de luxe faite à la plume d'oie

| AFP | 224 | 4 par 1 internautes
Les baies sont épépinées une à une, à la plume d'oie: la confiture de groseilles de Bar-Le-Duc, ancestrale friandise de luxe à 200 euros le kilo, est élaborée selon une recette ultra-secrète, connue aujourd'hui d'une seule personne.
Les baies sont épépinées une à une, à la plume d'oie: la confiture de groseilles de Bar-Le-Duc, ancestrale friandise de luxe à 200 euros le kilo, est élaborée selon une recette ultra-secrète, connue aujourd'hui d'une seule personne. ( JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP )

Les baies sont épépinées une à une, à la plume d'oie: la confiture de groseilles de Bar-Le-Duc, ancestrale friandise de luxe à 200 euros le kilo, est élaborée selon une recette ultra-secrète, connue aujourd'hui d'une seule personne.

Pour confectionner cette douceur, dont la première mention remonte à 1344, c'est le fruit entier qui est utilisé, et non son seul jus, comme dans les gelées, explique Anne Dutriez, 37 ans, désormais seule détentrice du secret de production. Le tout est garanti sans pépins.

La légende raconte qu'un jour qu'il ne supportait plus avoir des grains de groseilles dans les cavités dentaires, le duc de la ville, Robert Ier, exigea que l'on épépine les fruits avant d'en faire une confiture. Outil le plus adapté à l'époque pour répondre à la demande, la plume d'oie est choisie - et toujours utilisée plus de six siècles plus tard.

Si l'on peut douter de la véracité du récit - le duc Robert était à peine né en 1344 - elle fait partie, au même titre que la plume, de l'histoire d'une confiture dont la confection n'a pas varié d'un pouce.

Il faut tout d'abord récupérer les groseilles. Anne Dutriez, qui a repris l'entreprise de confitures "A la lorraine" en 2000, en achète environ 400 kilos à des particuliers de la Meuse au mois de juin. Chaque groseille est ensuite isolée, "en laissant 2mm de tige".

D'une main, Anne Dutriez tient la groseille, introduit la pointe de la plume en son centre et en ressort les pépins - environ 7 à 8 par fruit - sans altérer la chair, avant de refermer la groseille. 
D'une main, Anne Dutriez tient la groseille, introduit la pointe de la plume en son centre et en ressort les pépins - environ 7 à 8 par fruit - sans altérer la chair, avant de refermer la groseille.  ( JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP )

Puis arrive la plume. Le geste est précis, et nécessite "au moins deux ou trois saisons" de pratique pour être effectué rapidement, explique la jeune femme, joignant le geste à la parole. D'une main, elle tient la groseille, introduit la pointe de la plume en son centre et en ressort les pépins - environ 7 à 8 par fruit - sans altérer la chair, avant de refermer la groseille.

Si plusieurs dizaines de femmes épépinaient les groseilles en 1974, quand le grand-père d'Anne Dutriez a racheté le secret de fabrication de la confiture, elles ne sont plus que cinq à venir, trois semaines durant, enlever précautionneusement chaque pépin. Au début du XXe siècle, elles étaient 400.

- Indicible secret -

Le geste est précis, et nécessite
Le geste est précis, et nécessite "au moins deux ou trois saisons" de pratique pour être effectué rapidement, explique Anne Dutriez. ( JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP )

Afin d'éviter que le moindre pépin ne se glisse malicieusement dans la confiture, chaque grain est réexaminé au moment de passer dans les grandes casseroles - vieilles de plus de 100 ans.

"J'essaye d'en trouver des similaires, mais c'est impossible !", explique Mme Dutriez, qui fait mijoter ses confitures dans les mêmes ustensiles que ceux utilisés à la fin du XIXe siècle par Georges Amiable, l'homme qui transmit le secret à son grand-père.

A l'arrivée, les petits pots de 85g sont vendus 18 à 20 euros. En transparence, on y devine les fruits entiers, perceptibles en bouche.

Quant à la recette de ce "caviar de Bar-le-Duc", on n'en saura rien: seules Anne et sa sœur connaissent le secret de fabrication. Qu'elles n'entendent pas pour autant breveter: ce serait assumer qu'il devienne public dans 20 ans - impensable pour la famille.

Les petits pots de 85g sont vendus 18 à 20 euros.
Les petits pots de 85g sont vendus 18 à 20 euros. ( JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP )

D'autres ont bien essayé de se lancer sur ce créneau de niche. Mais sans le secret, la concurrence s'est cassée les dents. "Un a essayé du temps de mon grand-père, deux depuis que j'ai repris en 2000. Mais ils ont fini par fermer", confie Anne Dutriez.

Elle espère le transmettre un jour à l'un de ses deux fils, qui semble intéressé. "Mais il n'a pas encore passé l'adolescence, alors on verra !", sourit-elle.

D'ici là, l'entreprise, qui produit de 5.000 à 6.000 pots par an - contre 30.000 en 1974 - espère croître, et dépasser ses horizons en exportant au delà des clients étrangers habituels que sont l'Allemagne et les Etats-Unis.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

  Démission de Madame Nicole LOWE de son mandat d'administrateur   Suresnes - 19 février 2018 Madame Nicole Tinkham LOWE, qui travaillait à la direction…

Publié le 19/02/2018

Biocorp reprend la main sur ses systèmes Newseal et Carpseal

Publié le 19/02/2018

Le nouveau design de référence IoT basse consommation s'inscrit dans la stratégie de Kerlink d'accompagner les fabricants d'équipements, les fabricants d'objets électroniques et...

Publié le 19/02/2018

Gaussin Manugistique a signé deux contrats avec le Groupe Bolloré...

Publié le 19/02/2018

BURELLE SA Siège social : 19 boulevard Jules Carteret 69007 LYON Société anonyme au capital social de 27 799 725…

CONTENUS SPONSORISÉS