En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
-0.47 %

La Chine juge "ridicules" les accusations d'ingérence du vice-président américain

| AFP | 448 | Aucun vote sur cette news
Le vice-président américain Mike Pence devant le Hudson Institute, un cercle de réflexion conservateur de Washington, le 4 octobre 2018.
Le vice-président américain Mike Pence devant le Hudson Institute, un cercle de réflexion conservateur de Washington, le 4 octobre 2018. ( Jim WATSON / AFP )

La Chine a jugé vendredi "injustifiées" et "ridicules" les accusations du vice-président américain Mike Pence selon lesquelles Pékin s'ingèrerait dans les élections aux Etats-Unis.

"Nous appelons les Etats-Unis à cesser leurs méfaits, à arrêter d'accuser sans fondement et de diffamer la Chine et de nuire aux intérêts de la Chine et aux relations sino-américaines", a déclaré dans un communiqué Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Dans un discours cinglant, prononcé jeudi devant un cercle de réflexion conservateur de Washington, Mike Pence a accusé Pékin d'agression économique à coups de "vols" de technologies, d'agression militaire notamment en mer de Chine du Sud, de violations croissantes des droits de l'homme et, surtout, d'ingérence politique afin d'obtenir le départ du président américain Donald Trump.

- "Tout à fait ridicule" -

Le numéro deux du gouvernement des Etats-Unis "a lancé des accusations injustifiées contre la politique intérieure et étrangère de la Chine", qu'il a "diffamée en affirmant qu'elle s'ingère dans les affaires intérieures et dans l'élection américaine", a déclaré Hua Chunying.

Le président américain Donald Trump à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le 25 septembre 2018 à New York
Le président américain Donald Trump à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le 25 septembre 2018 à New York ( TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives )

"Il ne s'agit de rien d'autre que de parler en se fondant sur des rumeurs, de confondre le vrai et le faux et de créer quelque chose sur du vent. La partie chinoise est fermement opposée à cela", a dit la porte-parole.

Reprenant des accusations proférées par Donald Trump la semaine dernière au Conseil de sécurité de l'ONU, M. Pence a dressé le réquisitoire le plus dur contre la Chine jamais entendu depuis l'arrivée du milliardaire républicain à la Maison Blanche: retour en arrière sur les libertés, "agression" économique et militaire, et surtout ingérence politique pour se débarrasser de Donald Trump.

M. Pence a accusé Pékin d'avoir "lancé un effort sans précédent pour influencer l'opinion publique américaine, les élections" législatives de novembre "et l'environnement menant à l'élection présidentielle de 2020".

Les relations entre les deux grandes puissances commerciales se sont détériorées ces dernières semaines, Donald Trump infligeant 250 milliards de dollars de taxes douanières sur des importations chinoises.

"Il est tout à fait ridicule de la part des Etats-Unis de stigmatiser leurs échanges normaux et leur coopération avec la Chine comme étant une ingérence de la Chine", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"La Chine obéit toujours au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres et nous n'avons pas d'intérêt à nous immiscer dans les affaires intérieures et les élections des Etats-Unis", a-t-elle insisté.

Taxes américaines sur les produits chinois
Taxes américaines sur les produits chinois ( Gal ROMA / AFP )

Le numéro deux du gouvernement des Etats-Unis a repris dans un même discours très détaillé les accusations proférées ces dernières semaines par plusieurs membres de l'administration, à commencer par le président la semaine dernière en plein Conseil de sécurité de l'ONU. Et a ainsi confirmé l'impression d'une offensive tous azimuts pour faire plier Pékin en pleine guerre commerciale.

"La Chine s'ingère dans la démocratie américaine" et, "pour dire les choses de manière abrupte, le leadership du président Trump fonctionne: la Chine veut un président américain différent", a-t-il lancé.

Au passage, Mike Pence a estimé que l'ingérence russe dans la politique américaine n'était "que peu de chose par rapport à ce que la Chine fait à travers ce pays".

Selon M. Pence, les autorités chinoises tentent d'"exploiter les divisions entre les niveaux fédéral et local" et ont une stratégie précise pour influencer les électeurs américains avant les scrutins cruciaux de mi-mandat, à l'occasion desquels le camp républicain risque de perdre la majorité au Congrès.

"Plus de 80% des comtés américains ciblés par la Chine" à travers ses taxes douanières "ont voté pour le président Trump en 2016, et maintenant la Chine veut retourner ces électeurs contre notre administration", a-t-il estimé.

- Fin de l'idylle -

L'idylle des débuts entre Donald Trump et Xi Jinping est donc bien loin. Et le président américain le reconnaît sans détours, estimant la semaine dernière à l'ONU que son homologue chinois n'était "peut-être plus" son "ami".

Mais en même temps qu'il passait à l'acte en déclenchant le conflit commercial pour tenter de résorber son déficit, le gouvernement américain a renoué avec le discours virulent de la campagne Trump.

Dénonçant une "agression économique" à coups de "vols" de technologies, le vice-président a confirmé qu'après les tarifs douaniers infligés sur 250 milliards de dollars d'importations chinoises, Washington était prêt à "faire substantiellement plus que doubler la mise en l'absence d'accord équitable".

La Maison Blanche a fait savoir parallèlement qu'elle tentait de former "une coalition" avec d'autres économies majeures pour "combattre la Chine dans le domaine commercial".

Mike Pence a aussi adopté un ton très ferme sur d'autres sujets.

"La Chine a bâti un Etat de surveillance inégalé, qui ne cesse de grossir et de devenir plus intrusif, souvent avec l'aide de la technologie américaine", a-t-il affirmé.

"Pendant un certain temps, Pékin a progressé vers plus de liberté et de respect des droits de l'Homme, avant d'effectuer ces dernières années un retour en arrière drastique", a ajouté le vice-président américain.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...

Publié le 14/12/2018

 Communiqué de presse Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social établie conformément aux dispositions de…