En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 454.44 PTS
+0.59 %
5 454.50
+0.60 %
SBF 120 PTS
4 365.17
+0.57 %
DAX PTS
12 769.24
+0.85 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

L'or précolombien offre une vision du luxe au Met de New York

| AFP | 235 | Aucun vote sur cette news
Une visiteuse de l'exposition sur l'or précolombien au Met, le 26 février 2018 à New York
Une visiteuse de l'exposition sur l'or précolombien au Met, le 26 février 2018 à New York ( ANGELA WEISS / AFP )

Du Pérou au Mexique, sur plus de 2.500 ans, le Metropolitan Museum de New York propose, à partir de mercredi, une exposition sur la vision précolombienne du luxe, avec l'or en invité d'honneur.

Les quelque 300 pièces, réunies jusqu'au 28 mai au Met, ont survécu aux pillages systématiques des conquistadors espagnols, qui ont souvent fondu l'or ou l'argent qu'ils avaient volés, pour transformer des œuvres en lingots.

"La plupart des sites ont été complètement détruits", rappelle Joanne Pillsbury, responsable de l'art américain ancien au Met. Elle a supervisé l'installation à New York de cette exposition qui a déjà fait une première étape à Los Angeles.

Pour reconstituer ce parcours, qui débute au Pérou autour de l'an 1200 avant Jésus-Christ et s'achève au Mexique après l'arrivée d'Hernan Cortés durant la première moitié du XVIème siècle, il a fallu convaincre 52 institutions de douze pays différents, qui ont accepté le principe d'un prêt.

Beaucoup sont situées dans les pays d'origine de ces objets, au Pérou, au Mexique, mais aussi en Colombie, au Costa Rica, au Belize et au Guatemala.

Un visiteur de l'exposition sur l'or précolombien au Met, le 26 février 2018 à New York
Un visiteur de l'exposition sur l'or précolombien au Met, le 26 février 2018 à New York ( ANGELA WEISS / AFP )

"Ces œuvres étaient parmi les plus importantes de leurs époques", souligne Joanne Pillsbury.

L'exposition n'a pas cherché à donner un aperçu de l'ensemble de l'art précolombien, mais à présenter ce qui s'est fait de mieux chez les peuples indigènes d'Amérique Centrale et du Sud.

Certaines pièces sont d'une finesse extrême, comme cette oreillette en or et turquoise de la culture Mochica avec un guerrier en relief, paré de minuscules accessoires amovibles.

Les objets présentés avaient quasiment tous une fonction décorative, de cérémonie ou ornementale plutôt qu'utilitaire. Ils étaient souvent l'expression d'un statut social ou politique.

- Or, plumes et jade -

Un visiteur de l'exposition sur l'or précolombien au Met, le 26 février 2018 à New York
Un visiteur de l'exposition sur l'or précolombien au Met, le 26 février 2018 à New York ( ANGELA WEISS / AFP )

L'intérêt de l'exposition est d'ailleurs renforcé par la contextualisation des œuvres, permis par les résultats de recherches archéologiques récentes.

Elles ont notamment permis de découvrir que ces couronnes, bracelets, pendentifs et ornements en or étaient portés aussi bien par des femmes que par des hommes, explique Joanne Pillsbury.

C'est ce qu'a confirmé la découverte majeure, en 2006, d'une momie de femme couverte de bijoux et ornements sur le site de Huaca Cao Viejo, dans le nord du Pérou, exemple de la culture Mochica, l'une des plus anciennes d'Amérique.

Ce travail, qui éclaire des civilisations qui utilisaient peu ou pas l'écrit et ont donc peu transmis, "n'aurait pas pu être fait il y a 30 ans", assure Joanne Pillsbury.

Pour elle, "cette exposition évoque des dialogues transfrontaliers, que ce soit dans le passé ou au présent".

Les Incas, les Mayas ou les Aztèques, les peuples les plus connus, mais aussi les Moche, les Chimu ou les Lambayeque se sont influencés et la technique du travail de l'or a voyagé du Pérou jusqu'au Mexique, où elle s'est implantée le plus tardivement.

Si l'or était révéré par tous ces peuples, qui lui prêtaient des origines surnaturelles, il n'a pas toujours été le matériau le plus prisé de l'ère précolombienne.

Comme le montrent plusieurs objets de l'exposition, le jade a longtemps eu une place de choix, mais son extrême dureté et son éclat inférieur à celui de l'or lui ont ensuite fait perdre du terrain.

Jamais démodée, la plume d'oiseau a également fait les beaux jours de l'art précolombien et même au-delà, comme en atteste "La Messe de saint Grégoire", tableau prêté au Met par le musée des Jacobins d'Auch.

Réalisé au Mexique en 1539 après la prise du pouvoir par les Espagnols, "c'est un exemple du métissage culturel et aussi technique" qui mêle l'iconographie biblique, la plume et des motifs aztèques, explique Fabien Ferrer-Joly, conservateur du musée des Jacobins.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Wall Street était encore bien orienté hier, avec au passage un nouveau record pour le Nasdaq

Publié le 18/07/2018

EOS imaging retombe en bourse, sur la place parisienne ce mercredi...

Publié le 18/07/2018

Ericsson bondit de 9,13% à 74,10 couronnes suédoises à la faveur de deux bonnes nouvelles : des comptes moins dégradés que prévu au deuxième trimestre et une activité dynamique aux Etats-Unis.…

Publié le 18/07/2018

Greenpeace et le réseau Sortir du nucléaire portent plainte contre EDF et sa filiale Framatome suite aux problèmes de soudures constatés sur le...

Publié le 18/07/2018

  IGE+XAO Société Anonyme au capital de 5 467 823,90 euros Siège social : 16 Boulevard Déodat de Séverac 31770 COLOMIERS 338 514 987 RCS Toulouse SIRET : 338 514 987 000…