En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 348.23 PTS
-1.65 %
5 290.5
-1.53 %
SBF 120 PTS
4 224.66
-1.62 %
DAX PTS
12 049.21
-1.55 %
Dowjones PTS
25 764.00
-0.38 %
7 503.68
+0.00 %
1.116
+0.04 %

L'obésité est dans le pré, selon une étude qui réhabilite la vie urbaine

| AFP | 351 | Aucun vote sur cette news
L'augmentation moyenne de l'IMC dans les zones rurales a été de 2,1 points pour les hommes comme pour les femmes, alors qu'elle n'a été que de 1,3 pour les hommes et 1,6 pour les femmes dans les villes
L'augmentation moyenne de l'IMC dans les zones rurales a été de 2,1 points pour les hommes comme pour les femmes, alors qu'elle n'a été que de 1,3 pour les hommes et 1,6 pour les femmes dans les villes ( YOSHIKAZU TSUNO / AFP/Archives )

Et si, contrairement à une idée répandue, l'épidémie mondiale d'obésité provenait davantage des campagnes que du mode de vie urbain? C'est ce qu'avance une vaste étude publiée mercredi.

"L'obésité augmente plus rapidement dans les zones rurales de la planète que dans les villes", écrivent les auteurs de cette étude parue dans la revue Nature.

"Cela signifie que nous devons repenser notre manière de répondre à ce problème mondial de santé publique", estime dans un communiqué l'auteur principal de l'étude, le professeur Majid Ezzati, de l'Imperial College de Londres.

Ces travaux compilent plus de 2.000 précédentes études, portant sur 112 millions d'adultes de 200 pays entre 1985 et 2017.

Les chercheurs se sont focalisés sur l'évolution de l'indice de masse corporelle (IMC) de tous ces individus durant cette période.

Cet indice sert à mesurer le surpoids et l'obésité. On l'obtient en divisant le poids (en kilos) par la taille (en mètres) au carré. Au-dessus de 25 pour un adulte, on est en surpoids. À partir de 30, on parle d'obésité.

L'obésité dans les zones rurales des pays à faibles et moyens revenus monte en flèche, en raison notamment d'un accès plus facile aux aliments ultratransformés et aux boissons sucrée
L'obésité dans les zones rurales des pays à faibles et moyens revenus monte en flèche, en raison notamment d'un accès plus facile aux aliments ultratransformés et aux boissons sucrée ( DIPTENDU DUTTA / AFP/Archives )

Selon l'étude, de 1985 à 2017, l'IMC a globalement augmenté de 2 points pour les femmes et de 2,2 pour les hommes, soit un gain de poids de 5 à 6 kilos en moyenne par individu.

Or, "55% de cette hausse globale est due à l'augmentation observée dans les zones rurales", selon l'étude. Dans certains pays à faibles et moyens revenus, les zones rurales comptent même pour 80% de l'augmentation.

En outre, durant les 32 années étudiées, l'augmentation moyenne de l'IMC dans les zones rurales a été de 2,1 points pour les hommes comme pour les femmes, alors qu'elle n'a été que de 1,3 pour les hommes et 1,6 pour les femmes dans les villes.

"Les résultats de cette vaste étude contredisent l'idée communément répandue selon laquelle l'augmentation mondiale de l'obésité est due au fait que de plus en plus de gens vivent dans des villes", selon le Pr Ezzati.

Malnutrition après sous-nutrition

L'étude distingue les pays riches des pays pauvres. Dans les pays riches, l'IMC était déjà plus élevé dans les zones rurales en 1985.

"Les discours de santé publique ont tendance à se concentrer sur les aspects négatifs de la vie urbaine", note le Pr Ezzati.

Cours de fitness aux Etats-Unis
Cours de fitness aux Etats-Unis ( JEWEL SAMAD / AFP/Archives )

"En réalité, vivre en ville donne accès à une meilleure nutrition et à davantage d'exercice physique (grâce à de meilleures infrastructures sportives, ndlr)", poursuit-il.

A l'inverse, l'obésité dans les zones rurales des pays à faibles et moyens revenus monte en flèche, en raison du changement des conditions de vie: accès plus facile aux aliments ultratransformés et aux boissons sucrées, dont la consommation favorise la prise de poids, et mécanisation de l'agriculture, qui entraîne une baisse de l'activité physique.

Résultat: les populations de ces zones sont passées d'un problème de sous-nutrition à un problème de malnutrition.

"Avec la hausse de leur niveau de vie, ces populations rurales sont confrontées à un nouveau défi, qui n'est plus de se fournir suffisamment à manger, mais de se fournir une nourriture de bonne qualité", assure le Pr Ezzati.

Selon le commentaire d'un scientifique extérieur à l'étude, lui aussi publié par Nature, ces conclusions sont "fondamentales".

En effet, jusqu'à présent, "les politiques de prévention en santé publique se sont focalisées sur l'obésité en ville", souligne Barry Popkin, spécialiste de la nutrition à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill (Etats-Unis).

Il cite par exemple les mesures destinées à favoriser la marche et le vélo en ville.

Selon lui, les résultats de l'étude devraient inciter à prendre davantage en compte les zones rurales des pays pauvres. Parmi les pistes avancées, une taxation accrue des aliments ultratransformés et des sodas.

L'obésité, à laquelle une journée européenne sera consacrée le 18 mai, favorise la mortalité due aux maladies cardiovasculaires, au diabète et à certains cancers.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'environ 13% des adultes (11% des hommes et 15% des femmes) étaient obèses en 2016. Selon une étude publiée l'an passé, si cette tendance se confirme, près d'un quart de la population mondiale sera obèse en 2045.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/05/2019

Le secteur des semi-conducteurs, mais aussi l'ensemble du compartiment technologique, plombent l'ambiance en Europe en ce début de semaine à l'image...

Publié le 20/05/2019

Tikehau Capital Advisors, principal actionnaire de Tikehau Capital SCA, annonce des engagements fermes et irrévocables portant sur 195 millions d’euros de nouveaux fonds propres provenant de…

Publié le 20/05/2019

Sur un marché en forme...

Publié le 20/05/2019

L'Allemagne commande trois ACJ350-900 XWB et devient ainsi le premier client gouvernemental de ce type d'appareil qui a déjà fait l'objet de commandes...

Publié le 20/05/2019

Le bras de fer entre le gouvernement américain et l’équipementier télécoms chinois Huawei a des conséquences en Europe. Infineon (-4,56% à 17,15 euros) et STMicroelectronics (- 7,06% à 14,50…