En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 196.11 PTS
+0.00 %
5 186.00
-0.14 %
SBF 120 PTS
4 120.70
+0.01 %
DAX PTS
11 423.28
+0.19 %
Dowjones PTS
25 823.41
-0.50 %
7 030.50
-0.45 %
1.133
-0.10 %

L'Iran annonce avoir testé avec succès un missile de croisière

| AFP | 411 | Aucun vote sur cette news
Le missile de croisière Hoveizeh montré lors d'une cérémonie à Téhéran le 2 février 2019. L'Iran a annoncé avoir testé avec
Le missile de croisière Hoveizeh montré lors d'une cérémonie à Téhéran le 2 février 2019. L'Iran a annoncé avoir testé avec "succès" ce missile d'une portée supérieure à 1.350 km  ( ATTA KENARE / AFP )

L'Iran a testé samedi avec "succès" un missile de croisière d'une portée supérieure à 1.350 km, une annonce coïncidant avec le 40e anniversaire de la Révolution islamique.

Ce nouveau test intervient alors que les Etats-Unis plaident pour une interdiction des tirs de missiles et de fusées spatiales par l'Iran, qui menacent selon Washington la sécurité du Moyen-Orient.

"Le missile de croisière Hoveizeh a été testé avec succès après avoir parcouru une distance de 1.200 kilomètres et a atteint sa cible", a déclaré le ministre iranien de la Défense Amir Hatami lors d'une cérémonie officielle.

"Il peut être prêt dans le plus court laps de temps possible et vole à très basse altitude", a-t-il ajouté au cours de la présentation d'une exposition dédiée aux armes intitulée "40 ans de prouesses défensives", à Téhéran.

Le ministre a qualifié le missile Hoveizeh de "réussite défensive" et de "bras de la République islamique d'Iran".

Ce missile sol-sol fait partie, selon lui, de la série de missiles de croisière Soumar dont les premiers modèles, d'une portée de 700 kilomètres, avaient été dévoilés en 2015.

Selon un rapport publié en 2017 par l'Institut international des études stratégiques (IISS) de Londres, l'Iran développe une douzaine de types de missiles d'une portée de 200 à 2.000 km et pouvant emporter des charges de 450 à 1.200 kg.

Ces programmes inquiètent les Occidentaux, qui accusent l'Iran de vouloir augmenter la portée de ses missiles et de déstabiliser le Moyen-Orient, et Israël, ennemi juré de Téhéran. Certains officiers généraux iraniens affirment régulièrement souhaiter la destruction de l'Etat hébreu.

L'Iran nie ces accusations et répète que ses programmes de missiles sont une question de sécurité nationale, qu'ils n'ont qu'un but défensif et que cette question n'est pas négociable.

Critiques

Aux termes de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU, l'Iran ne doit mener "aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des charges nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques".

Occidentaux et Iraniens interprètent différemment ce paragraphe.

Mardi, l'amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale en Iran, a affirmé que son pays n'avait "aucune volonté" d'augmenter la portée de ses missiles, à l'heure où Téhéran fait l'objet de nouvelles pressions occidentales à cause de ses programmes de développement balistique.

"Sur le plan scientifique ou opérationnel, rien n'empêche l'Iran d'augmenter la portée de ses missiles. Néanmoins, tout en s'efforçant constamment d'améliorer leur précision, sur la seule base de sa doctrine de défense, (l'Iran) n'a aucune volonté d'augmenter la portée de (ses) missiles".

Exposition d'armements dans la capitale iranienne Téhéran le 2 février 2019 à l'occasion des célébrations du 40e anniversaire de la Révolution islamique
Exposition d'armements dans la capitale iranienne Téhéran le 2 février 2019 à l'occasion des célébrations du 40e anniversaire de la Révolution islamique ( ATTA KENARE / AFP )

Mi-janvier, après l'échec d'une tentative iranienne de placement d'un satellite sur orbite, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a accusé Téhéran de "provocation", et de chercher "à améliorer ses capacités balistiques qui menacent l'Europe et le Proche-Orient".

En décembre, les Etats-Unis avaient exhorté le Conseil de sécurité de l'ONU à prendre des mesures punitives contre l'Iran pour limiter son programme de missiles balistiques, mais la Russie ou la France avaient plutôt insisté en faveur de l'instauration d'un "dialogue" avec Téhéran.

Washington a fait de l'Iran son ennemi numéro un et a adopté des sanctions économiques draconiennes après s'être retiré en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien jugé trop laxiste par Donald Trump.

Samedi, les Etats-Unis ont marqué le 40e anniversaire de la Révolution islamique en fustigeant les "promesses non tenues" du pouvoir iranien.

"En 1979, l'ayatollah Khomeiny a promis la prospérité matérielle et spirituelle aux Iraniens. Quarante ans plus tard, le régime corrompu de l'Iran a détruit l'économie du pays, souillé le noble héritage iranien et produit seulement #40annéesd'échecs", a commenté le département d'Etat américain sur son compte Twitter.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

Fin de partenariat commercial et de développement...

Publié le 21/02/2019

 Groupe BIC - Communiqué de presse Clichy - 21 février 2019 Suivez l'actualité de BIC sur         Déclaration des Transactions sur Actions Propres du 11 au…

Publié le 21/02/2019

Envea annonce également la signature d'un protocole cadre de coopération avec AtmoSud pour le rayonnement de la filière française sur le bassin méditerranéen...

Publié le 21/02/2019

Le directoire de Klépierre a décidé, le 20 février, de procéder à l'annulation de 6...

Publié le 21/02/2019

EMISSION D'UN EMPRUNT EURO PP ARTEA annonce la réalisation d'une émission obligataire Euro PP d'un montant de 18,2 MEUR. Cet emprunt obligataire assimilable à celui…