En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.50
-1.9 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 071.03
-1.6 %
7 523.53
-1.47 %

L'armée américaine frappe une milice pro-Iran en Irak après la mort de deux Américains

| AFP | 1116 | 4 par 5 internautes
Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, s'exprime lors d'une conférence de presse au Pentagone le 5 mars 2020
Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, s'exprime lors d'une conférence de presse au Pentagone le 5 mars 2020 ( Olivier DOULIERY / AFP/Archives )

L'armée américaine a frappé cinq positions en Irak d'une milice pro-iranienne dans la nuit de jeudi à vendredi, à titre de représailles après la mort de deux militaires américains dans une attaque à la roquette sur une base de la coalition internationale en Irak.

"Ces frappes étaient défensives, proportionnées et en réponse directe à la menace posée par les groupes armés chiites pro-iraniens qui continuent à attaquer les bases accueillant les forces de la coalition" internationale antijihadiste en Irak, a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

Elles ont visé cinq unités de stockage d'armement des Brigades du Hezbollah (Kataeb Hezbollah), l'une des factions pro-Iran les plus radicales d'Irak, "pour réduire leurs capacités à mener de futures attaques contre les forces de la coalition", a précisé le ministère américain de la Défense.

"Ces groupes terroristes doivent cesser leurs attaques contre les forces américaines et de la coalition, sinon ils devront en subir les conséquences, au moment et à l'endroit de notre choix", a ajouté le Pentagone.

Le ministre américain de la Défense Mark Esper avait prévenu un peu plus tôt que Washington allait "punir les coupables" après qu'une trentaine de roquettes ont été tirées mercredi en début de soirée sur la grande base de Taji, dans la banlieue de Bagdad, qui abrite des militaires de la coalition.

Deux militaires américains et une militaire britannique ont été tués dans cette attaque, la 22e contre des intérêts américains en Irak depuis la fin octobre, qui a également fait 14 blessés américains, britanniques, polonais et autres, dont cinq sont dans un état grave.

Opération purement américaine

Un responsable américain dans la région a précisé que les frappes de représailles n'étaient "pas une opération de la coalition, c'est une opération spécifiquement américaine".

A Bagdad, des responsables locaux de la sécurité ont précisé à l'AFP que des bases des brigades du Hezbollah dans la zone de Jorf al-Sakher, dans la province de Babylone qui borde Bagdad au sud, avaient été visées par au moins cinq bombardements.

Photo d'archives montrant des soldats américains sur la base irakienne de Taji, le 6 mars 2017
Photo d'archives montrant des soldats américains sur la base irakienne de Taji, le 6 mars 2017 ( SABAH ARAR / AFP/Archives )

Les forces de sécurité irakiennes sont aussitôt entrées en état d'alerte, ont-ils ajouté.

Fin 2019, des bombardements aériens américains à la frontière irako-syrienne avaient fait 25 morts dans les rangs de supplétifs irakiens de l'Iran en riposte à la mort d'un sous-traitant américain dans une attaque contre une base du nord du pays.

Les factions irakiennes pro-Iran promettent régulièrement de "venger" leur chef, Abou Mehdi al-Mouhandis, tué en janvier à Bagdad par Washington aux côtés du général iranien Qassem Soleimani.

Jeudi, les brigades du Hezbollah ont salué "ceux qui ont mené cette opération contre les forces d'occupation américaines" sans toutefois la revendiquer. Elles ont appelé à plus d'attaques anti-Américains.

Questionné jeudi au Congrès, le général Kenneth McKenzie, chef du commandement militaire américain central (Centcom), qui couvre notamment l'Irak et la Syrie, a rappelé que les Etats-Unis avaient envoyé plus de 10.000 militaires dans la région en renfort après la mort du général Soleimani.

Et ces renforts seront nécessaires tant que l'administration du président Trump appliquera sa politique de "pression maximum" sur l'Iran, combinant isolement diplomatique et sanctions économiques, a-t-il prévenu.

"A l'avenir, l'objectif de Centcom est de positionner suffisamment de forces dans la région pour parvenir à un état permanent de dissuasion contre l'Iran et s'adapter à de futures menaces iraniennes", a-t-il ajouté.

Les autorités irakiennes sont dans une position délicate face à la coalition: elles continuent à mener des opérations avec ses troupes contre les jihadistes, mais le Parlement a récemment voté l'expulsion des 5.200 soldats américains du pays et le gouvernement doit maintenant faire appliquer cette décision.

Et alors même que la coalition avait annoncé suspendre ses activités en Irak en raison des tensions entre Téhéran et Washington, dimanche encore, elle a perdu deux hommes --des Américains-- dans des combats contre des jihadistes dans le nord irakien.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 03/04/2020

Le bâtiment du New York Stock Exchange, à Wall Street, le 23 mars à New York ( Angela Weiss / AFP/Archives )La Bourse de New York repartait plus franchement dans le rouge vendredi après un…

Publié le 03/04/2020

L'indice ISM américain des services pour le mois de mars atteint 52,5, contre un consensus de 43 et un niveau de 57,3 un mois avant...

Publié le 03/04/2020

Exxon, Chevron comme Halliburton ou encore Schlumberger pourraient prolonger leur rebond dans le sillage de la hausse des cours du pétrole. Vers 14h30, le baril de WTI américain gagnait 6,7% à…

Publié le 03/04/2020

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, le 2 avril 2020 à la Maison Blanche, à Washington ( MANDEL NGAN / AFP )Le secrétaire américain au Trésor a promis jeudi aux petites et…

Publié le 03/04/2020

Les marchés actions américains ont clôturé dans le vert jeudi. Le début de séance a été mitigé suite à la publication d’une forte hausse des inscriptions hebdomadaires. Les indices ont…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Les Bourses européennes ont clôturé dans le rouge. L’évolution de la pandémie de Covid-19 inquiète et son impact est considérable sur l’activité économique. Les Etats-Unis ont ainsi…

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…

Publié le 03/04/2020

Le producteur californien de voitures électriques a livré 88.400 véhicules au premier trimestre.

Publié le 03/04/2020

Une valeur de qualité...

Publié le 03/04/2020

PSA donne du matériel médical, dont 400.000 masques...