En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.150
-0.07 %

L'Insee relève de nouveau sa prévision de croissance en France pour 2017

| AFP | 665 | 3 par 1 internautes
L'Insee relève de nouveau sa prévision de croissance pour 2017
L'Insee relève de nouveau sa prévision de croissance pour 2017 ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Une croissance jamais vue depuis 2011: l'Insee a de nouveau relevé mardi sa prévision pour la France en 2017, à 1,9%, et anticipe un maintien de la cadence début 2018 qui ne fera toutefois que légèrement décroître le taux de chômage.

C'est la deuxième fois que l'institut statistique révise à la hausse sa prévision de croissance pour cette année. Tablant initialement sur 1,6%, il avait revu en octobre dernier ce chiffre, le faisant passer à 1,8%.

Dans sa note de conjoncture trimestrielle, l'organisme public a encore rehaussé sa prévision de 0,1 point, se montrant plus optimiste que le gouvernement, la Banque de France, la Commission européenne et les autres organismes internationaux.

"La croissance est installée depuis fin 2016 sur un rythme solide, d'environ 0,5% par trimestre", a commenté lors d'une conférence de presse Julien Pouget, chef du département de la conjoncture à l'institut statistique. D'ici la mi-2018, "la France garderait cette cadence", a-t-il pronostiqué.

Dans le détail, le PIB devrait ainsi augmenter de 0,6% sur les trois derniers mois de l'année, puis progresser de 0,5% au premier trimestre 2018. Il devrait ensuite légèrement ralentir à 0,4% au deuxième trimestre.

A ce rythme, l'"acquis de croissance" - c'est-à-dire le niveau que le PIB atteindrait si l'activité ne progressait pas sur les deux derniers trimestres de 2018 - s'établirait à fin juin à 1,7%, laissant donc augurer un bon chiffre sur l'ensemble de l'année.

A l'origine de cette bonne cadence, l'optimisme des chefs d'entreprises: le climat des affaires a atteint en novembre son plus haut niveau depuis début 2008.

France : indicateurs économiques
France : indicateurs économiques ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Outre la production qui devrait être dynamique, aussi bien dans l'industrie que les services, l'investissement des entreprises devrait rester particulièrement solide et progresser de 1,2% au dernier trimestre 2017, puis de 1,1% et 0,9% sur les deux trimestres suivants.

- Calendrier fiscal à double tranchant -

L'Hexagone devrait aussi profiter en fin d'année d'une envolée des exportations, grâce à un rattrapage des ventes aéronautiques civiles, à de bonnes exportations agricoles et au redressement du tourisme après les attentats de 2015 et 2016.

Début 2018, les exportations aéronautiques devraient par contrecoup marquer le pas et les importations augmenter pour servir la demande intérieure. Mais selon l'organisme statistique, le commerce extérieur ne devrait plus peser négativement sur la croissance à mi-2018, ce qui serait du jamais vu depuis cinq ans.

En revanche, le pouvoir d'achat des ménages devrait pâtir début 2018 du regain d'inflation et "des effets du calendrier fiscal", selon l'Insee.

Les mesures défavorables au pouvoir d'achat (hausse de la CSG, de la fiscalité sur le tabac et les produits pétroliers) seront en effet concentrées sur le début d'année, tandis que les mesures favorables, en particulier la réduction de la taxe d'habitation, interviendront en fin d'année.

De fait, la consommation des ménages devrait ralentir et progresser de seulement 0,3% par trimestre d'ici la mi-2018, après avoir augmenté de 0,6% au troisième trimestre 2017.

Et ce malgré l'accélération des revenus d'activités liée à la hausse des difficultés de recrutement des entreprises, qui n'hésitent pas à augmenter les salaires pour attirer ou conserver des salariés.

Un paradoxe alors que le taux de chômage reste élevé. Ce dernier, qui avait augmenté au troisième trimestre de façon inattendue à 9,7% de la population active dans la France entière, devrait s'établir à mi-2018 à 9,4%. Une lente décrue, qui s'explique en particulier par la réduction du nombre de contrats aidés décidée par le gouvernement.

Selon Dorian Roucher, chef de la section synthèse conjoncturelle à l'Insee, fin 2017, 38% des entreprises déclarent souffrir de difficultés de recrutement, "ce qui est une proportion inédite depuis 10 ans".

"Ça suggère qu'il y a des capacités qui ont été détruites" au cours des dernières crises successives, aussi bien en actifs de production qu'en capital humain, a-t-il avancé.

Une étude Pôle emploi dévoilée mardi montre qu'entre 200.000 et 330.000 projets de recrutements ont été abandonnés "faute de candidats" en 2017.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Trigano communique les caractéristiques des deux Pactes Dutreil...

Publié le 19/10/2018

Cette notation est assortie d'une perspective 'stable'...

Publié le 19/10/2018

Le rapport d'échange proposé pour la fusion s'établit à 0,2745 action ordinaire Safran par action Zodiac Aerospace...

Publié le 19/10/2018

Le titre est sur un dernier cours de 0,412 euro...

Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…