En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
-
5 368.0
-
SBF 120 PTS
4 309.93
-
DAX PTS
12 157.67
-
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.80 %
1.166
-0.04 %

Manifestations anti-étrangers: Merkel dénonce "la haine dans la rue"

| AFP | 239 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants d'extrême droite le 27 août 2018 à Chemnitz dans l'est de l'Allemagne
Des manifestants d'extrême droite le 27 août 2018 à Chemnitz dans l'est de l'Allemagne ( Odd ANDERSEN / AFP )

"La haine dans la rue" n'a pas sa place en Allemagne, a mis en garde mardi la chancelière Angela Merkel, alors que l'inquiétude grandit dans le pays après les incidents survenus à Chemnitz lors de manifestations d'extrême droite contre les étrangers.

"Ce que nous avons vu n'a pas sa place dans un Etat de droit", a déclaré la chancelière allemande lors d'une conférence de presse à Berlin avec son homologue croate.

"Nous avons vu des chasses collectives, nous avons vu de la haine dans la rue, et cela n'a rien à voir avec un Etat de droit", a-t-elle insisté, évoquant les images des manifestations à Chemnitz de ces deux derniers jours.

Les "chasses" contre les étrangers organisées par des sympathisants d'extrême droite dimanche dans les rues de Chemnitz, dans l'ex-RDA, puis les violences qui ont marqué lundi soir un nouveau rassemblement d'environ 6.000 d'entre eux - dont plusieurs ont défilé en faisant le salut hitlérien - constituent un choc pour le pays.

Lundi soir, vingt personnes, dont deux policiers, ont été blessées lors d'échauffourées entres manifestants d'extrême droite et contre-manifestants d'extrême gauche, selon un dernier bilan de la police locale.

"Bien sûr l'Histoire ne repasse pas les plats, mais lorsque des foules excitées d'extrême droite créent de l'agitation au coeur de l'Allemagne et que l'Etat de droit est dépassé par les événements, cela rappelle un peu la situation de la République de Weimar", estime mardi le magazine Der Spiegel, sur son site internet.

Une référence au régime politique démocratique né en Allemagne dans le sillage de la Première guerre mondiale, qui dut affronter régulièrement des tentatives de déstabilisation dans la rue et finit par disparaître lors de la prise du pouvoir d'Adolf Hitler en 1933.

- Fausse rumeur -

Une nouvelle manifestation prévue mardi après-midi à Dresde cette fois, ville proche de Chemnitz et capitale de l'Etat régional de Saxe, où l'extrême droite est fortement implantée, n'a rencontré que peu d'écho.

L'élément déclencheur est survenu au cours du week-end, lorsqu'un Allemand de 35 ans a été tué à coups de couteau durant une rixe en marge d'une fête locale, pour un motif inconnu. La police a arrêté deux suspects, un Syrien et un Irakien d'une vingtaine d'années accusés d'avoir agi après une "altercation verbale".

La police anti-émeutes en action le 26 août 2018 à Chemnitz dans l'est de l'Allemagne
La police anti-émeutes en action le 26 août 2018 à Chemnitz dans l'est de l'Allemagne ( Andreas SEIDEL / dpa/AFP )

Depuis, les franges les plus radicales de la ville, et de toute la région de Saxe, mobilisent l'opinion contre l'immigration et la politique du gouvernement d'Angela Merkel, à qui il reproche d'avoir laissé entré plus d'un million de demandeurs d'asile venant notamment de Syrie et d'Irak, en 2015 et 2016. Ils ont défilé aux cris de "Les étrangers dehors" ou "Nous sommes le peuple".

Le chef du gouvernement de Saxe, Michael Kretschmer, a mis en garde contre les fausses rumeurs affirmant que l'homme a été tué en essayant de protéger une femme.

- Alliance -

Fers de lance de ces initiatives: le mouvement ultra anti-islam Pegida, né dans cette région, et l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), principal parti d'opposition à la chambre des députés à Berlin. Mais pas seulement.

"A Chemnitz, une alliance assez incroyable mêlant des hooligans, des néonazis, l'AfD et les militants de Pegida s'est constituée. Les violences montrent que des mouvements se réunissent qui au final sont tous issus du même moule, le tout dans une atmosphère extrêmement xénophobe et agressive", a estimé la directrice de la Fondation Amadeu Antonio contre le racisme sur la chaîne de télévision n-tv.

Selon la police, les hooligans et extrémistes se sont mobilisés via les réseaux sociaux et sont venus aussi d'autres régions, comme le Brandebourg ou la Bavière.

La Saxe, bastion de l'AfD en Allemagne
La Saxe, bastion de l'AfD en Allemagne ( Thorsten EBERDING / AFP )

Le parti social-démocrate, membre de la coalition gouvernementale d'Angela Merkel, s'est inquiété du raidissement idéologique au plan national, mais aussi international.

Pour le chef de la diplomatie Heiko Maas, l'extrémisme de droite représente "une menace pour la cohésion de nos sociétés". Nous devons tout faire pour défendre (...) la démocratie et la liberté, pas seulement à Chemnitz, mais partout dans le monde".

Josef Schuster, le chef du Comité central des Juifs en Allemagne, a lui aussi exprimé ses inquiétudes, jugeant que "chaque citoyen avait le devoir de s'élever contre les mouvances d'extrême droite".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Selon le 'Financial Times', l'investisseur activiste CIAM a écrit à la direction de Scor pour lui reprocher son rejet de l'offre de rachat soumise en août par l'assureur Covéa.

Publié le 18/09/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 10 AU 14 SEPTEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 18/09/2018

Le projet de retrait de la cote de Tesla, finalement avorté fin août, a déclenché une enquête judiciaire aux Etats-Unis, selon l'agence 'Bloomberg'. En cause, la communication erratique d'Elon…

Publié le 18/09/2018

Vinci a annoncé le succès d’une émission obligataire de 1,750 milliard d’euros, répartis entre une souche de 0,75 milliard d’euros à échéance septembre 2025, assortie d’un coupon de…

Publié le 18/09/2018

PARIS-LA DEFENSE (FRANCE), 18 septembre 2018 - Le Conseil de surveillance de Tarkett a décidé de nommer Fabrice Barthélemy en qualité de Président du Directoire de Tarkett par…