En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

L'héritage raciste du président Wilson pèse sur les droits de l'Homme à l'ONU

| AFP | 499 | Aucun vote sur cette news
Le Palais Wilson, qui abrite le siège du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, à Genève, le 8 janvier 2018
Le Palais Wilson, qui abrite le siège du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, à Genève, le 8 janvier 2018 ( Fabrice COFFRINI / AFP )

Comment condamner le racisme dans le monde au nom de la communauté internationale lorsque vos bureaux sont installés dans un immeuble baptisé du nom d'un raciste ?

Le hasard a voulu que le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme investisse un immeuble de 225 pièces inauguré en 1875 à Genève sur les bords du lac Léman, qui a pris en 1924 le nom de Palais Wilson, en mémoire de l'ancien président américain Woodrow Wilson.

Un siècle après que ce dernier eut négocié l'accord de paix mettant un terme à la Première Guerre mondiale et présidé à la création de la Société des Nations à Genève, ancêtre de l'ONU, ses positions en matière de droits de l'homme, en particulier sur les races, ont refait surface.

Le Palais Wilson, qui abrite le siège du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, à Genève, le 8 janvier 2018
Le Palais Wilson, qui abrite le siège du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, à Genève, le 8 janvier 2018 ( Fabrice COFFRINI / AFP )

Le procès en révision est parti de l'Université de Princeton -- dont Wilson a été l'un des présidents - mais n'a pas encore atteint la ville de Genève, souvent considérée comme la capitale des droits de l'Homme.

Certains pensent toutefois qu'il ne serait pas incongru de revoir le lien unissant son nom au bureau des droits de l'Homme, étant donné ses positions consternantes à l'égard des noirs américains.

"Wilson était un raciste. Je pense qu'il n'y a aucun doute là-dessus", a affirmé à l'AFP Margaret MacMillan, historienne à l'Université d'Oxford.

"Le fait que (le Palais Wilson) abrite le bureau des droits de l'Homme (...) est à mon avis malencontreux. C'est un de ces accidents de l'Histoire."

- 'Un homme de son temps' ? -

A Princeton, un groupe d'étudiants noirs a soulevé en 2015 la question du nom de l'ex-président attribué à la prestigieuse école des affaires internationales au sein de l'Université.

Princeton a créé un comité chargé d'étudier des contributions d'historiens, incluant des preuves que Woodrow Wilson était en fait un réactionnaire lorsqu'il s'agissait d'égalité pour les noirs, adoptant des politiques de ségrégation dans l'administration fédérale et s'entourant uniquement de suprémacistes blancs.

Le Palais Wilson, qui abrite le siège du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, à Genève, le 8 janvier 2018
Le Palais Wilson, qui abrite le siège du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, à Genève, le 8 janvier 2018 ( Fabrice COFFRINI / AFP )

"Nous ne pouvons pas simplement excuser la politique raciste de Wilson en expliquant qu'il était +un homme de son temps+", a écrit N.D.B Connolly, historien à l'Université Johns Hopkins, dans une lettre au comité.

Paula J. Giddings, historienne à l'université Smith College, a souligné qu'à cause de ses positions, la ségrégation raciale a été "inscrite au coeur de la nation".

Le comité a finalement décidé de laisser le nom de Wilson à ses institutions, mais a réclamé "la transparence sur les erreurs et les défauts" de l'ancien président.

- 'Un homme avec de multiples facettes' -

Le nom de Wilson est commémoré partout dans le monde, comme par exemple à Paris où une avenue lui est dédiée. Et à Genève, juste à côté du Palais Wilson se dresse le luxueux Hôtel Président Wilson.

Mais tout en reconnaissant la contribution importante de l'ancien président à la création de la SDN, Mme MacMillan a estimé que le Palais Wilson aurait été plus approprié pour abriter la Conférence de l'ONU sur le Désarmement.

Lors d'une interview à l'AFP le mois dernier, le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme Zeid Ra'ad Al Hussein a confié qu'il avait "toujours été favorable à une meilleure compréhension de l'histoire".

"Le président Wilson est clairement un homme avec de multiples facettes", a déclaré M. Zeid. "Sans lui, il est probable qu'il n'y aurait pas eu de Société des Nations et pas d'ONU."

"Mais, oui, les positions sur le racisme étaient condamnables, certainement à la lumière d'aujourd'hui, mais (...) à l'époque aussi", a-t-il reconnu.

M. Zeid a rappelé que le Palais Wilson avait été baptisé par les autorités helvétiques et que l'immeuble appartient toujours au Canton de Genève, et donc qu'un changement de nom, quoique improbable, ne serait pas du ressort de l'ONU.

Mais le Haut-Commissariat pourrait suggérer une solution de compromis, comme celle adoptée par l'Université de Princeton, où les bâtiments ou institutions historiques conservent leur nom accompagné d'une information au public, sous forme par exemple d'une plaque, rappelant les préjugés de Woodrow Wilson.

Pour le chef de l'association Human Rights Watch, Kenneth Roth, la transparence sur les erreurs de l'ancien président est une chose importante.

"Je pense que le moyen le plus efficace de traiter cette question est d'être clair sur les côtés sombres de l'histoire de Wilson (...) mais sans nier le fait qu'il a joué un rôle important dans la Société des Nations", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…