En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 429.20 PTS
-
5 435.50
+0.12 %
SBF 120 PTS
4 346.62
-
DAX PTS
12 540.73
-
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.00 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

L'enseignement catholique sous contrat réclame "l'équité" avec le public

| AFP | 552 | Aucun vote sur cette news
L'enseignement catholique sous contrat scolarise 18% des élèves
L'enseignement catholique sous contrat scolarise 18% des élèves ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )

L'enseignement privée catholique sous contrat, qui scolarise quelque 18% des élèves en France, a tapé du poing sur la table mardi, en appelant à "l'équité" afin d'être "considéré en juste proportion des services qu'(il) rend".

L'école catholique "ne réclame aucun traitement de faveur" mais souhaite être traitée, en termes de budget notamment, de manière conforme à ce que prévoient les textes, dont la loi Debré de 1959 (qui régit les rapports entre l'Etat et les établissements du privé sous contrat), a déclaré Pascal Balmand, à la tête du secrétariat général de l'enseignement catholique (SGEC), lors de sa conférence de rentrée.

Il se dit par exemple "préoccupé" par le dossier des forfaits acquittés par les collectivités locales aux écoles catholiques, qui doivent être équivalents à l'argent versé aux écoles publiques mais qui, selon lui, ne le sont pas. Pour les lycées agricoles, le SGEC constate par exemple une différence de 39% entre le public et le privé.

Pascal Balmand veut aussi que l'Etat intervienne pour réduire la différence de rémunération entre les professeurs suppléants dans le privé et dans le public, qui peut atteindre "de 400 à 600 euros par mois" pour un salaire net de 1.100 euros. Les salaires des enseignants du privé sous contrat sont payés par l'Etat.

Il demande par ailleurs aux préfets de "porter un regard équitable" sur les demandes adressées pour le maintien des emplois aidés. L'enseignement catholique en compte 10.000, dont 6.000 pour l'accompagnement des enfants en situation de handicap, qui sont, comme dans le public, conservés. Mais il s'inquiète pour les 4.000 restants, alors que "le lobbying de tel ou tel groupe de pression semble permettre de préserver certains emplois aidés ici ou là".

Autre motif de grogne: le SGEC n'a pas été convié aux négociations en cours sur les modalités d'entrée dans l'enseignement supérieur, organisées par le ministère de l'Enseignement supérieur avec la plupart des acteurs du monde éducatif. Une lettre envoyée par M. Balmand à la ministre Frédérique Vidal le 21 septembre est restée sans réponse, a-t-il déploré.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer plaide "en faveur de l'école de la confiance, mais il n'y a pas de confiance sans dialogue", a déclaré le secrétaire général. Il a nié avoir de moins bonnes relations avec ce gouvernement qu'avec le précédent: "Ces dossiers ne sont pas nouveaux (...) mais à force de ne pas être entendus, nous les portons de façon moins +douce+".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

Trappes, Bollène, Cambridge & San Diego, 16 juillet 2018 - 07 :00 (CET) (CET)     Chiffre d'affaires du 2ème trimestre 2018 Chiffre d'affaires du 1er semestre…

Publié le 13/07/2018

GAUMONT       Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions du capital social prévues par l'article L. 233-8-II du code de…

Publié le 13/07/2018

L'ANR de liquidation dilué grimpe à 2,2 euros (1,49 euro au 31 mars 2017)...

Publié le 13/07/2018

Officiis Properties rappelle avoir cédé l'immeuble Salengro le 19 décembre 2017...

Publié le 13/07/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement       SICAF au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…