5 390.46 PTS
+0.20 %
5 383.50
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 288.02
+0.14 %
DAX PTS
13 059.84
+0.39 %
Dowjones PTS
23 557.99
+0.14 %
6 409.29
+0.36 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'EI contre-attaque pour défendre sa dernière ville en Syrie

| AFP | 348 | 4 par 1 internautes
Carte de Syrie localisant Boukamal, ultime bastion de l'EI conquis par l'armée syrienne jeudi et partiellement repris par l'EI vendredi
Carte de Syrie localisant Boukamal, ultime bastion de l'EI conquis par l'armée syrienne jeudi et partiellement repris par l'EI vendredi ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Chassé de son dernier fief urbain en Syrie, le groupe Etat islamique (EI) a mené vendredi une contre-offensive spectaculaire et repris près de la moitié de la ville de Boukamal, tentant de prouver qu'il restait puissant malgré l'effondrement de son "califat".

Trois ans après avoir conquis de vastes territoires en Syrie et en Irak voisin, l'EI n'est plus que l'ombre de lui-même sur le terrain, chassé de toutes les grandes villes qu'il contrôlait dans ces deux pays.

Jeudi, les jihadistes avaient même perdu leur dernière cité en Syrie, Boukamal, une ville de moindre importance à la frontière avec l'Irak, dans la province orientale de Deir Ezzor.

Mais au lendemain de ce revers face à l'armée syrienne et ses alliés, les jihadistes tentaient de se battre jusqu'au dernier souffle pour reprendre le contrôle de Boukamal.

"L'EI a contre-attaqué dès jeudi soir et a repris plus de 40% de Boukamal", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les jihadistes (...) ont repris de nombreux quartiers dans le nord (...)" de la ville, a-t-il ajouté précisant que "de violents combats" étaient toujours en cours.

- L'EI veut exister encore -

D'après l'OSDH, l'offensive du régime syrien qui avait conduit à la reprise --temporaire-- de Boukamal jeudi a été menée notamment par des miliciens irakiens, des combattants du Hezbollah libanais et des Gardiens de la Révolution iraniens.

En contre-attaquant, l'EI semble vouloir prouver que si son territoire s'est réduit comme peau de chagrin, lui existe toujours.

L'organisation jihadiste reste la plus redoutée au monde: elle est toujours capable d'inspirer des auteurs d'attentats sanglants en Syrie et à travers le monde.

Le mystère entoure toujours le sort de son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, qui s'est manifesté pour la dernière fois dans un enregistrement présumé diffusé le 29 septembre.

Il avait alors appelé ses combattants à "résister" alors que l'EI multipliait les revers.

Les jihadistes ne contrôlent plus que 30% de la province syrienne de Deir Ezzor, qui était totalement entre leurs mains il y a encore quelques mois.

L'EI, qui tient encore une vingtaine de villages dans la vallée de l'Euphrate, est la cible dans cette province de deux offensives distinctes.

Des soldats de l'armée syrienne dans un quartier de Deir Ezzor repris au groupe Etat islamique (EI), le 5 novembre 2017
Des soldats de l'armée syrienne dans un quartier de Deir Ezzor repris au groupe Etat islamique (EI), le 5 novembre 2017 ( STRINGER / AFP/Archives )

L'une menée par l'armée du président syrien Bachar al-Assad, l'autre par des combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenus par Washington.

Ailleurs en Syrie, l'EI se maintient dans deux quartiers de Damas et dans des poches du centre et du sud du pays.

Face à cet effondrement, le régime syrien appuyé par les Russes, et les Kurdes soutenus par les Américains, émergent comme les grands gagnants du conflit en Syrie.

A Deir Ezzor, coupée en deux par l'Euphrate, les troupes gouvernementales opèrent du côté ouest du fleuve et contrôlent 38% de cette province pétrolière.

Positionnées sur la rive est, les FDS --qui avancent face à l'EI mais à un rythme plus lent que celui du régime-- contrôlent quant à elles 32% de la province.

- 'Entrave aux soins' -

Une fois le groupe ultraradical complètement chassé de la province de Deir Ezzor, l'armée du régime et les FDS se feront face, augmentant les risques de collision ou même d'affrontement entre les deux belligérants rivaux.

Selon les analystes, le régime chercherait même à reprendre des territoires ou des villes conquis par les FDS, comme Raqa, ex-capitale de l'EI en Syrie et d'où les jihadistes ont été chassés le 17 octobre.

En six ans de guerre, le régime a pu reprendre le contrôle de 52% du pays. Contrairement aux premières années de guerre, très peu de pays réclament aujourd'hui le départ du président Bachar al-Assad.

Une femme syrienne déplacée par les combats dans la région de Boukamal, dans un camp à Arisha dans la province voisine de Hassake le 14 octobre 2017
Une femme syrienne déplacée par les combats dans la région de Boukamal, dans un camp à Arisha dans la province voisine de Hassake le 14 octobre 2017 ( Delil souleiman / AFP/Archives )

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime, le conflit en Syrie s'est complexifié depuis avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

La rébellion anti-Assad, elle, est devenu quasi-inexistante, ayant perdu de nombreux fiefs notamment depuis l'entrée en action de la Russie auprès du régime en 2015.

Les différentes factions se concentrent dans la province d'Idleb (nord-ouest), frontalière de la Turquie. Certains groupes y sont engagés dans des guerre intestines.

Mais les rebelles contrôlent aussi la Ghouta orientale, région à l'est de Damas assiégée depuis 2013 par le régime, qui connaît une dégradation de la situation humanitaire, avec des pénuries de nourritures et de médicaments.

L'ONU a réclamé vendredi du gouvernement syrien l'évacuation de la Ghouta de plus de 430 patients, dont près de 30 "cas urgents".

"L'entrave à l'accès à des soins médicaux adéquats pour quelque 350.000 civils qui sont assiégés depuis quatre ans est une violation claire et répugnante du droit à la santé", ont assuré dans un communiqué deux experts des droits de l'Homme de l'ONU.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 SAINT-ETIENNE 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 24/11/2017

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C a progressé de 100 en octobre par rapport à septembre en France, à 5 616 000 personnes, a annoncé le Ministère du travail. Il a…

Publié le 24/11/2017

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros Siège social : 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121…

Publié le 24/11/2017

Fouad Chéhady est nommé responsable de la Transformation et de l’Excellence opérationnelle, membre du comité exécutif de Natixis. Il est rattaché à Laurent Mignon, Directeur général de…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe. Saint-Gobain détient déjà la société Isoroc Russie et la marque correspondante depuis 2016. Isoroc…

CONTENUS SPONSORISÉS