En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 909.05 PTS
-
5 898.0
-
SBF 120 PTS
4 646.28
-
DAX PTS
13 221.12
+0.11 %
Dow Jones PTS
27 934.02
-0.36 %
8 338.74
+0.12 %
1.107
-0.06 %

L'Eglise propose un forfait financier pour les victimes de prêtres pédocriminels

| AFP | 295 | 1 par 2 internautes
Les évêques de France réunis à Lourdes, le 5 novembre 2019
Les évêques de France réunis à Lourdes, le 5 novembre 2019 ( PASCAL PAVANI / AFP/Archives )

Les évêques de France ont voté samedi en faveur d'une "somme forfaitaire" pour les victimes d'agressions sexuelles commises par des prêtres lorsqu'elles étaient mineures, un dispositif qui doit être précisé en avril mais jugé insuffisant par les victimes.

Réunis à Lourdes, les quelque 120 évêques ont voté "très largement" ce dispositif, destiné à la "reconnaissance de la souffrance" subie par les personnes agressées et qui passe par "une somme d'argent unique et forfaitaire", a annoncé à la presse Eric de Moulins-Beaufort, le président de la Conférence des évêques de France (CEF).

Ce n'est "ni une indemnisation qui dépend de la justice de notre pays ou de la justice canonique, ni une réparation", a expliqué M. de Moulins-Beaufort.

Son montant sera proposé aux évêques lors de leur prochaine réunion à Lourdes en avril, tout comme le fonds de dotation spécifique, qui permettra de verser le forfait financier. Le versement interviendra donc à la suite de cette rencontre. Il sera proposé à l'initiative de "chaque évêque" pour les "victimes qu'il connaît".

D'après une source au sein de la CEF, la somme pourrait représenter quelques milliers d'euros.

Sont concernées "au premier chef" les personnes pour lesquelles les faits sont prescrits. Pour celles dont les dossiers judiciaires sont encore en cours, le versement interviendra après.

Le fonds de dotation sera alimenté par les "évêques", les "prêtres coupables quand ils sont vivants", et des fidèles qui voudront bien venir nous aider", selon le président de la CEF. Son montant sera connu en avril.

Les évêques réfléchissent par ailleurs à l'idée d'un "geste liturgique". Cela pourrait être une prière à l'attention des victimes, par exemple lors du Vendredi Saint.

L'Eglise catholique est depuis plusieurs années en pleine tourmente avec les révélations successives sur des scandales d'agressions pédophiles commises pendant des décennies par des prêtres ou des religieux et souvent couverts par leur hiérarchie.

- "Dysfonctionnements" au sein de l'Eglise -

"Le mot +responsabilité+ de l'Eglise n'apparaît pas, ça me gêne beaucoup", a réagi auprès de l'AFP Jean-Luc Souveton, prêtre, agressé lorsqu'il était mineur, membre du groupe de travail avec la CEF sur cette question. Une critique également observée par un autre membre du collectif, Michel, prêtre aussi victime ayant requis l'anonymat: "ça manque".

Les évêques de France réunis en assemblée plénière à Lourdes le 5 novembre 2019
Les évêques de France réunis en assemblée plénière à Lourdes le 5 novembre 2019 ( PASCAL PAVANI / AFP/Archives )

Ce mot n'a pas été prononcé par Eric de Moulins-Beaufort. Ce dernier a toutefois souligné qu'il s'agissait de reconnaitre que les victimes avaient aussi souffert "du silence, de la négligence, de l'indifférence, de l'absence de réaction, ou de mauvaises décisions ou des dysfonctionnements au sein de l'Eglise".

"D'une certaine façon, ils le disent sans le dire, c'est très important", a admis Véronique Garnier, une autre victime. Cette dernière regrette toutefois, comme d'autres, que l'épiscopat n'ait pas attendu la fin des travaux de la Ciase, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise, attendus pour début 2021.

"Les évêques contournent les préconisations de la Commission Sauvé, pour ne pas avoir à affronter ce qui va être un tsunami", juge Olivier Savignac, autre personne agressée. Lui comme M. Souveton ont regretté en particulier que ne soit pas mise en place une véritable indemnisation, octroyée par une instance indépendante, avec barèmes en fonction de la singularité de chaque cas. "Ils s'en tirent a minima".

"Il y a bien peu de respect pour l'expertise de la commission Sauvé", a jugé François Devaux, président de l'association La parole Libérée.

"Depuis 2016 les victimes attendent des choses de nous, on ne va pas les faire attendre encore jusqu'au printemps 2021", a affirmé Eric de Moulins-Beaufort. "Nous tiendrons compte de l'avis de la Ciase sur ce dispositif s'il le faut".

Pour d'autres victimes, le fait que le forfait soit versé à l'initiative de l'évêque est un non-sens. "Quand on voit la tension qu'il peut y avoir entre l'évêque et la victime dans certains diocèses", souligne M. Sauveton. "Ca risque de laisser de côté bien des victimes", a-t-il dit. "A Lyon, on va s'appuyer sur Barbarin ?", a ironisé François Devaux.

Pour M. Souveton, "on a l'impression qu'il y avait un travail de co-création pour des mesures justes à jouer ensemble et qu'on a déclaré forfait".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2019

Lauréat de la première édition de l'appel à projets "Inventons la Métropole du Grand Paris", Foncière Atland a lancé ce mardi 19 novembre les travaux...

Publié le 19/11/2019

MedinCell tiendra une audioconférence à l'attention de l'ensemble de ses actionnaires et de la communauté financière le mardi 3 décembre afin de...

Publié le 19/11/2019

L'action Macy's abandonne plus de 10% mardi à la Bourse de New York. La chaîne de grands magasins a révélé mardi avoir été victime d'une cyber-attaque.

Publié le 19/11/2019

Guerbet annonce l'approbation d'une nouvelle indication pour Lipiodol Ultra-Fluide au Danemark dans la chimio-embolisation (cTACE) des tumeurs chez...

Publié le 19/11/2019

ESI Group a annoncé un troisième trimestre "dans la continuité du premier semestre"...